Olivier de Paderborn

cardinal de l'Église catholique romaine

Olivier de Paderborn
Biographie
Naissance vers 1170 Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Allemagne
Décès
Otrante
Cardinal de l'Église catholique
Créé
cardinal

par le pape Honoré III
Titre cardinalice Cardinal-évêque de Sabina
Évêque de l'Église catholique
Fonctions épiscopales Évêque de Paderborn

(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Olivier de Paderborn, ou encore Thomas Olivier et Olivier de Sachse, (né vers 1170 en Westphalie ou en Frise, et mort le à Otrante), est un cardinal allemand de l'Église catholique du XIIIe siècle, nommé par le pape Honoré III.

BiographieModifier

Olivier étudie la théologie, les langues, le physique et les mathématiques. Il est chanoine à Paderborn à partir de 1196 et est professeur au chapitre de Paderborn et de Cologne. Le pape Innocent III lui donne l'église d'Épernay en 1213. Olivier prêche la croisade en Flandre, dans le diocèse d'Utrecht, en Frise et dans le nord-ouest de l'Allemagne et il recrute cinquante mille croisés. La ville de Damiette au Nil, tombe en 1219 grâce à une machine, inventée par Olivier. Olivier combine la connaissance des langues avec celle de la physique et des mathématiques. Dans une lettre qu’Olivier, fait prisonnier à Damiette, adresse en 1222 au sultan d’Égypte Al-Kâmil pour le remercier de l’avoir traité avec beaucoup d’humanité pendant sa captivité et de l’avoir finalement libéré, il exprime sa conviction que peu de choses finalement séparaient les chrétiens des musulmans, à partir du moment où ces derniers acceptaient l’autorité de l’Ancien Testament. À ses yeux, l’islam était une révélation imparfaite et spécifique, au même titre que le judaïsme, et constituait une étape vers le christianisme qu’il devrait finir par rejoindre à l’approche de la fin des temps considérée comme proche[1].

Olivier est élu évêque de Paderborn en 1223, diocèse qu'il résigne lors de sa création comme cardinal. Le pape Honoré III le crée cardinal au consistoire du . Il ne participe pas à l'élection papale de 1227 à l'issue de laquelle Grégoire IX est élu. Il est légat auprès de l'empereur Frédéric II et prêche les croisades en Allemagne. Il veut accompagner l'empereur vers la Terre sainte, mais il meurt après une épidémie.

Notes et référencesModifier

  1. André Vauchez et Bénédicte Sère, « Les chrétiens d'occident face aux juifs et aux musulmans au Moyen Âge. XIe-XVe siècle », Recherches de Science Religieuse,‎ (lire en ligne)

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

LittératureModifier

  • Erich Weise, Der Kölner Domscholaster Oliver und die Anfänge des Deutschen Ordens in Preußen
  • Hans J. Brandt, Karl Hengst, Die Bischöfe und Erzbischöfe von Paderborn., Paderborn 1984, (ISBN 3-87088-381-2); S. 117-120.

Liens externesModifier