Olivier Bibou Nissack

homme politique camerounais
Olivier Bibou Nissack
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Nationalité
Activité

Olivier Bibou Nissack est un homme politique, porte-parole de Maurice Kamto.

Il est arrêté et incarcéré depuis 2 ans, 4 mois et 5 jours dans le cadre des marches du 22 septembre 2020 au Cameroun. Il est transféré du secrétariat d’État à la Défense (gendarmerie) et séjourne à la prison centrale de Kondengui[1] depuis le (2 ans, 2 mois et 24 jours)[2].

BiographieModifier

Enfance, éducation et débutsModifier

Olivier Bibou Nissack est originaire de Ndikinemeki. Il fait des études de droit privé à Yaoundé.

CarrièreModifier

Olivier Bibou Bissack a été consultant à l'Association citoyenne pour la défense des intérêts collectifs.

Il est directeur exécutif chez Offre Tricolore SARL.

Il est porte-parole de Maurice Kamto[3].

Arrestation dans le cadre des marches du Modifier

Accusé de tentative de révolution[2], il séjourne depuis 2 ans, 4 mois et 5 jours dans les geôles de l'administration camerounaise[4].

DéroulementModifier

Olivier Bibou Nissack est interpellé à son domicile par les forces de l'ordre le . Il est arrêté et incarcéré dans le cadre des marches du 22 septembre 2020 au Cameroun. Transféré du Secrétariat d’État à la Défense (gendarmerie), il séjourne à la prison centrale de Kondengui[1] depuis le 03 (2 ans, 2 mois et 24 jours)[2].

Condamnation à 7 ans de prisonModifier

Lundi 27 décembre 2021, alors que les yeux sont rivés sur la Coupe d’Afrique des nations de football 2021 commençant le 9 janvier 2022, Olivier Bibou Nissack fait partie de la cinquantaine d’opposants camerounais condamnés pour « insurrection », « rébellion » ou « atteinte à la sûreté de l’État »[5].

Le tribunal militaire de Yaoundé, présidé par le colonel Misse Njone Jacques Beaudoin, a également prononcé la condamnation de près de cinquante autres militants du MRC. Ils avaient été arrêtés à la suite de la manifestation du 22 septembre 2020. Les peines vont d'une à six années d’emprisonnement[5].

Aucun des accusés, ni leurs avocats ne s'est rendu au procès; choisissant de contester la compétence du tribunal[5].

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Notes et référencesModifier