Oligomycine

grupe des composés chimiques

Oligomycine A
Image illustrative de l’article Oligomycine
Structure de l'oligomycine A
Identification
No CAS 579-13-5
No ECHA 100.014.334
No CE 209-437-3
No RTECS RK3328000
PubChem 5281899
SMILES
InChI
Propriétés chimiques
Formule brute C45H74O11
Masse molaire[1] 791,0625 ± 0,0445 g/mol
C 68,32 %, H 9,43 %, O 22,25 %,
Précautions
SGH[2]
SGH07 : Toxique, irritant, sensibilisant, narcotique
Attention
H302,

Unités du SI et CNTP, sauf indication contraire.

L'oligomycine est un antibiotique de la famille des macrolides introduit par Lardy, Johnson et Mcmurray[3]. L'oligomycines A et C est produite par les bactéries du genre Streptomyces : Streptomyces diastatochromogenes, S. libani et S. avermitilis [4]. Elle est utilisée en pharmacie comme antibiotiques [ref].

Il s'agit d'une famille de composés apparentés dont les substituants sont représentés dans le tableau ci-dessous :

Oligomycines[5]
Oligomycins.png
  R1 R2 R3 R4 R5
Oligomycine A –CH3 –H –OH –H,–H –CH3
Oligomycine B –CH3 –H –OH =O –CH3
Oligomycine C –CH3 –H –H –H,–H –CH3
Oligomycine D
(Rutamycine A)
–H –H –OH –H,–H CH3
Oligomycine E –CH3 –OH –OH =O CH3
Oligomycine F –CH3 –H –OH –H,–H –CH2CH3
Rutamycine B –H –H –H –H,–H –CH3
44-Homooligomycine A –CH2CH3 –H –OH –H,–H –CH3
44-Homooligomycine B –CH2CH3 –H –OH =O –CH3

L’oligomycine A est un inhibiteur sélectif de l'ATP synthétase, enzyme insérée dans la membrane interne mitochondriale assurant la production d'ATP grâce à l'oxydation des coenzymes réduites par les voies métaboliques de dégradation des nutriments telles que le cycle de Krebs ou la β-oxydation [ref].

Plus précisément, l'oligomycine A agit en bloquant le canal à protons de l'ATP synthase situé dans sa sous-unité FO. Les protons ne peuvent plus refluer dans la matrice mitochondriale à travers la membrane mitochondriale interne sous l'action du gradient électrochimique généré par la chaîne respiratoire, et ne peuvent donc plus actionner le rotor moléculaire permettant la phosphorylation de l'ADP en ATP au niveau de la sous-unité F1. Le flux d'électrons à travers la chaîne respiratoire s'en trouve sensiblement ralentie, mais ne s'arrête pas totalement en raison du phénomène de découplage mitochondrial[6]. Ceci survient sous l'effet de la diffusion des protons à travers la membrane grâce à des protéines découplantes telles que la thermogénine.

Notes et référencesModifier

  1. Masse molaire calculée d’après « Atomic weights of the elements 2007 », sur www.chem.qmul.ac.uk.
  2. Fiche Sigma-Aldrich du composé Oligomycin A ≥95% (HPLC), consultée le 13 décembre 2015.
  3. (en) HUIJING F, « The use of oligomycin as an inhibitor of oxidative phosphorylation. », J Biochem.,‎ , p. 1
  4. (en) P.W. YANG, « Oligomycins A and C, Major Secondary Metabolites Isolated from the Newly Isolated Strain Streptomyces diastaticus », Folia Microbiol. 55 (1), 10–16,‎
  5. (en) Masaya Nakata, Takashi Ishiyama, Shinichi Akamatsu, Youichi Hirose, Hiroshi Maruoka, Rika Suzuki et Kuniaki Tatsuta, « Synthetic Studies on Oligomycins. Synthesis of the Oligomycin B Spiroketal and Polypropionate Portions », Bulletin of the Chemical Society of Japan, vol. 68, no 3,‎ , p. 967-989 (DOI 10.1246/bcsj.68.967, lire en ligne)
  6. (en) Martin Jastroch, Ajit S. Divakaruni, Shona Mookerjee, Jason R. Treberg et Martin D. Brand, « Mitochondrial proton and electron leaks », Essays in Biochemistry, vol. 47,‎ , p. 53-67 (PMID 20533900, PMCID 3122475, DOI 10.1042/bse0470053, lire en ligne)