Oggy et les Cafards

série télévisée d'animation française
Oggy et les Cafards
Description de cette image, également commentée ci-après
Logo à partir de la saison 8.
Type de série Série d'animation, aventure, comédie, slapstick[1]
Création Jean-Yves Raimbaud
Thème du générique Hugues Le Bars, Hervé Lavandier (saisons 1-4)
Vincent Artaud (saisons 5-7)
Nb. de saisons 8
Nb. d'épisodes 513 (liste)

Production

Durée 7–12 minutes
Production Marc du Pontavice

Diffusion

Pays d'origine Drapeau de la France France
Chaîne d'origine Gulli (depuis la saison 5)
Ancienne chaîne France 3 (saisons 1-2)
Canal+ Family (saisons 3-4)
Diff. originale en production
Public conseillé Tous publics
Site web www.oggy.com

Oggy et les Cafards est une série télévisée d'animation française en 513 épisodes de 7 minutes, créée par Jean-Yves Raimbaud. En 2020, la série totalise 7 saisons et 501 épisodes[2], et une nouvelle saison est diffusée depuis le .

D'après le studio Xilam, Oggy et les Cafards a été diffusé dans 150 pays à travers le monde[3]. Elle est à l'origine diffusée aux États-Unis avant d'être exportée en France l'année suivante[2]. Ici, la série commence à être diffusée en 1999. Oggy et les Cafards fut également rediffusée sur Canal J, Canal+, Gulli, Télétoon+, France 4 et TiJi. Au Québec, la série a été diffusée à partir du sur Canal Famille[4],[5].

Outre les produits dérivés, tels que les DVD et magazines, Oggy et les Cafards compte deux séries dérivées : Oggy et les Cafards - Next Gen (annoncée en 2020)[6],[7], et Oggy Oggy (sortie le sur la plateforme Netflix)[8].

En 2019, à l'occasion du 20e anniversaire de la série, les personnages entrent au Musée Grévin[9].

SynopsisModifier

La série relate les aventures comiques d’Oggy, un chat bleu anthropomorphe, reconnaissable de par sa carrure adipeuse, son nez de clown et ses gants blancs, sans cesse harcelé par un trio de cafards : Joey, Deedee et Marky. Oggy est également souvent aux prises avec son cousin Jack. Depuis la quatrième saison, la série compte un nouveau personnage, Olivia, désormais voisine et amour caché d'Oggy.

La série fait dans le slapstick, de la violence burlesque, exagérée à outrance[1].

ProductionModifier

Le projet remonte à 1997, peu après le succès des Zinzins de l'espace, lorsque Marc du Pontavice demande à Jean-Yves Raimbaud de créer une série d'animation afin de « contrer la déferlante des super-héros, des mangas et des héros de bande dessinée franco-belge[10]. » Le personnage d'Oggy sera donc conçu par Jean-Yves Raimbaud[11]. Après son décès, Olivier Jean-Marie, réalisateur de la série, décide de ne pas modifier la conception du personnage, notamment sa couleur bleue[11]. Le prénom de chacun des trois cafards, Joey, Deedee et Marky, fait référence à trois des membres du groupe de punk rock nommé les Ramones[11]. Oggy, quant à lui, doit son prénom au célèbre chanteur protopunk, Iggy Pop[11] ainsi qu'au personnage de Ziggy Stardust créé par David Bowie. Iggy Pop a d'ailleurs chanté pour le générique des Zinzins de l'espace[2].

La série est d'abord diffusé le aux États-Unis, où elle est classée TV-Y7[12], avant de s'exporter l'année suivante en France dans Les Minikeums sur France 3[2]. La première saison a coûté environ 9 millions d'euros, le coût de production a par la suite baissé sur les saisons suivantes[13]. La série « est regardée par 800 millions de foyers à travers le monde[2]. »

La troisième saison est commandée un peu plus tardivement, en 2008, à la suite du succès fulgurant de la série à travers le monde[14]. Jusqu'en 2016, le développement de la série se fait en Asie. Xilam décide de se relocaliser à Angoulême prévoyant à terme la création de 15 à 20 emplois[15].

En janvier 2021, de nouveaux épisodes sont annoncés[16].

Fiche techniqueModifier

  • Titre : Oggy et les Cafards
  • Création : Jean-Yves Raimbaud
  • Réalisation : Olivier Jean-Marie
  • Scénario : Jean-Yves Raimbaud, Olivier Jean-Marie, Paul Nougha, Michel Gaudelette et Nicolas Gallet
  • Direction artistique : Jean Journaux
  • Décors : Jean Journaux
  • Montage : Florence Poli (saison 1), Rodolphe Ploquin et David Sauve (saison 2), Patrick Ducruet et Fanny Bensussan (saison 3),Fanny Bensussan et Lou Bouniol (saison 4)
  • Musique : Hugues Le Bars et Hervé Lavandier (saisons 1-4), Vincent Artaud (saison 5-7)
  • Production : Marc du Pontavice
    • Production associée : Matthieu Gallian et Patrick Malka
    • Production déléguée : Marc du Pontavice
    • Production exécutive : Aziza Ghalila et Katell Lardeux
    • Coproduction : Paul Cadieux
  • Société de production : Gaumont Multimédia, 1998-1999 / Xilam depuis 1999
  • Pays d'origine :   France
  • Format : Couleur - 1,78:1 - son stéréo - HD (saison 4) - 4K (saisons 5-8)
  • Genre : Série d'animation, comédie, aventure, slapstick
  • Nombre de saisons : 8
  • Durée : 7-13 minutes

ÉpisodesModifier

Saisons Segments   Première diffusion Épisodes Nombre d'épisodes
Saison 1 78 1999-2000 1 à 78 26 (1 à 26, 27 à 52 et 53 à 78)
Saison 2 78 2000-2003 79 à 156 26 (1 à 26, 27 à 52 et 53 à 78)
Saison 3 39 2008 157 à 195 13 (1 à 13, 14 à 26 et 27 à 39)
Saison 4 74 2012-2013 196 à 269 26 (1 à 26, 27 à 52 et 53 à 74)
Saison 5 76 2017 270 à 345 26 (1 à 26, 27 à 52 et 53 à 76)
Saison 6 78 2017-2018 346 à 423 26 (1 à 26, 27 à 52 et 53 à 78)
Saison 7 78 2018-2019 424 à 501 26 (1 à 26, 27 à 52 et 53 à 78)
Saison 8 78 2021-présent 502 à 580 26 (1 à 26, 27 à 52 et 53 à 78)

Diffusions internationalesModifier

D'après le studio Xilam, Oggy et les Cafards a été diffusé dans 150 pays à travers le monde[3]. Plusieurs saisons de la série sont également présentes sur la plateforme de streaming Netflix[17].

Elle est à l'origine diffusée aux États-Unis sur la chaîne Fox Family Channel, avant d'être exportée en France l'année suivante en 1999[2]. Plus tard, aux États-Unis, la série sera aussi diffusée sur la chaîne Nicktoons dès 2015[18]. Du côté du Canada, au Québec, la série a été diffusée à partir du sur Canal Famille[4],[5].

En France, les deux premières saisons sont diffusées sur France 3 dans l'émission jeunesse Les Minikeums le [19], tandis que les deux suivantes sont diffusées sur Canal+ Family. Oggy et les Cafards fut également rediffusée sur Canal J, Canal+, Télétoon+, France 4 et TiJi. En 2016, le groupe Lagardère Active acquiert les droits de la série, permettant à sa chaîne jeunesse Gulli de diffuser l'intégralité des épisodes ainsi que les nouvelles saisons annoncées[20],[21]. En 2017, Gulli diffuse la cinquième saison[22]. À l'occasion du 20e anniversaire de la série, Gulli annonce une soirée spéciale anniversaire pour le avec deux épisodes inédits[23]. En date d'août 2021, la série est toujours diffusée sur Gulli[24].

En Europe, la série commence à être diffusée le sur CinéStar[25]. En Belgique, la série était diffusée sur RTBF. En Allemagne, la série a été diffusée sous le titre Oggy und die Kakerlaken sur ProSieben, et est diffusé depuis 2019 sur Super RTL[26].

Au Maroc, la série est diffusée sur 2M.

En Inde, le dessin animé a été diffusé sur Nickelodeon en 2009. Le 16 juillet 2012, Cartoon Network a obtenu les droits de Nick. Le changement de chaîne implique également différents doubleurs. En 2015, ils ont cessé de le diffuser après que Nick ait obtenu le droit de retour. Le 21 octobre de la même année, ils passent à Sonic Nickelodeon. En août 2020, Sonic Nickelodeon a réalisé "Hamara Wala Oggy" et a doublé la 4e saison. Contrairement aux autres chaînes, Hamara Wala Oggy n'est pas disponible uniquement en hindi : la semaine avant la première de Hamara Wala Oggy sur Sonic Nickelodeon, des pistes audio comme Kannada, Telugu et Tamil ont été ajoutées sur la chaîne. Les trois chaînes ont rendu l'émission populaire en Inde : en octobre 2021, Sony YAY! commencera à le diffuser.

UniversModifier

L'univers de la série prend place vraisemblablement dans un lotissement de banlieue, à quelque distance d'une grande ville très dense et pleine de gratte-ciels. Ce lotissement aux limites sans fin se présente sous la forme de maisons identiques avec toits rouge bordeaux vif, ceintes chacune d’un jardin clôturé par une haie. Ces terrains sont disposés en quadrillage et séparées par de grandes routes. Selon les épisodes, la taille des jardins peut varier, ainsi que l’orientation des maisons par rapport aux rues.

La maison d'Oggy se démarque des autres par un toit de couleur violette, des stores arc-en-ciel ou encore des statues sur la terrasse. Dans certains épisodes, le jardin est agrémenté de poireaux géants en guise d'arbres. Elle ne semble avoir aucun plan parfaitement défini. Certaines pièces sont récurrentes et ont une décoration constante d’un épisode à l'autre (tel que le salon où se trouve la télévision, les toilettes ou bien la cuisine), mais d’autres pièces peuvent apparaître pour un épisode seulement, et les couloirs ou les escaliers sont interminables si l’histoire le demande. La décoration intérieure et extérieure, criarde, montre l'originalité du personnage.

Géographiquement, Oggy vivrait dans un pays fictif, type occidental et très américanisé (boîte aux lettres américaine, bandes jaunes sur les routes…) même si certains éléments tendent à prouver qu'il vit en France (drapeau français inversé, texte en français…). Dans certains épisodes ils apparaissent également à d'autres époques et dans d'autres univers.

Personnages principauxModifier

Les personnages principaux ou secondaires ne parlent pas de façon intelligibles mais sous forme d’onomatopées et de mimiques. Les dialogues complexes (présentation d'un plan ou d'un contexte) sont illustrées par des images, parfois en phylactères ou dessins. Ce procédé reprend un des classiques universel du cartoon. Les cafards communiquent généralement avec des rires sardoniques[1]. Dans certains épisodes, les trois cafards n'apparaissent pas toujours simultanément. Autre caractéristique : les humains et les animaux anthropomorphes évoluent et interagissent dans un même univers.

  • Oggy : un chat bleu anthropomorphe et sans maître. Il est de nature placide, solitaire et pantouflard[27]. Ainsi, l’entretien de sa maison, le jardinage, la cuisine et la télé figurent en bonnes places parmi ses loisirs[28] ; il apprécie ponctuellement la compagnie pour s’adonner à diverses activités, de préférence calmes. Il est également très fier de ses ancêtres et n'hésite pas à montrer sa galerie de portraits. Il est assez sentimental et se prend facilement d’affection pour les êtres en détresse. Sa nature benêt amuse d'ailleurs les cafards. Il est amoureux d'Olivia dans la depuis sa venue dans la saison 4[28], bien que dans la première saison, il sortait parfois avec une humaine nommée Tania (apparue pour la première fois dans l'épisode Jalousie).
  • Les Cafards : Ils vivent derrière une grille d’aération dans une pièce (qui change selon les épisodes) de la maison d’Oggy. Ils sont des hédonistes et sadiques de surcroît. Leurs plaisirs consistent en particulier à tourmenter Oggy (ou toute autre victime à portée), se goinfrer et détruire leur environnement direct. Quand ils s’adonnent à leur passion destructrice, ils ne montrent jamais le moindre signe de regret. Pour des cafards, ils sont assez imposants, d’une stature de l’ordre de 10 à 15 centimètres environ, et ont la capacité de déployer leurs ailes pour voler.
    • Joey : un petit cafard violet. Agressif, autoritaire, machiavélique et vénal, il est le cerveau et chef du trio[29]. Il entraîne souvent ses frères dans des mauvais coups, échafaudant des plans pour servir ses objectifs ou pour se tirer d’une situation délicate.
    • Marky : un cafard vert de grande taille. Du type bellâtre fêtard, et très soigneux de son apparence, il n’hésite pas à faire le joli cœur avec tout individu femelle (poupée, insecte, ou femme)[30]. Il est rapide, il peut donc s’échapper plus facilement que ses frères.
    • Deedee : un cafard orange obèse et de taille moyenne. Il est du type costaud bon vivant, et un véritable goinfre qui peut vider sans problème le réfrigérateur de la cuisine[31]. Il a une certaine fibre artistique qu’il souhaiterait exprimer occasionnellement (opéra, cuisine…).

Personnages secondairesModifier

Ils ne sont pas présents dans tous les épisodes mais sont récurrents. À noter que si Jack est présent dans le générique, il n'apparaît cependant pas dans tous les épisodes de la série.

  • Jack : un chat vert olive, cousin[32] et beau-frère d’Oggy. Entreprenant, sûr de lui et fier, il est un personnage au caractère bien trempé, sanguin, voire autoritaire[32]. Dans certains épisodes, il développe même une mégalomanie pathologique. Il adore les sciences et invente des procédés étonnants. Il est également un adepte des activités remuantes (jeu de guerre, ski…) et des belles mécaniques (il conduit un Monster truck). Il n’est pas de nature à se laisser attendrir, ce qui est une cause fréquente de querelles avec Oggy, qu’il vient voir de temps en temps. Mais Jack est d'une grande aide pour Oggy lors de poursuite contre les cafards. Il se lie d'amour pour Monica[14], la sœur jumelle d'Oggy et ont un enfant ensemble, au grand dam d'Oggy qui doit parfois faire le baby-sitter. Jack occupe une maison dans le quartier, ordinaire à l'extérieur mais tapissée de peaux d'animaux artificielles (zèbre, léopard…) à l'intérieur - en particulier dans le salon.
  • Bob : un bouledogue, voisin d’Oggy[33]. C’est un solitaire peu sympathique qui s’adonne à des loisirs calmes ou raffinés (jardinage, danse classique…). Derrière cette muraille d’indifférence se cache un être violent et brutal qui se vengera de toute violation de sa sphère privée. Il a d'ailleurs le don de se trouver au mauvais endroit au mauvais moment, ce qui le rend souvent victime tout au long de la série de nombreuses péripéties, ce qui l'amène à répondre de façon assez violente. En fonction des circonstances, il peut être un allié ou un ennemi des cafards, ou de Oggy et Jack, et il sort quasiment toujours vainqueur de ses combats. Il s’entend assez bien avec Olivia. Le lotissement étant à géométrie variable, sa maison, assez ordinaire, change de position par rapport à celle d’Oggy selon les besoins de l’histoire. Il est plus sociable à partir de la saison 3. Bien qu'il n'apparaît pas dans le générique, son nom peut être aperçu plusieurs fois dans la série.
  • Olivia : une chatte blanche. Elle apparaît comme nouveau personnage pour la première fois dans le 1er épisode de la saison 4 Olivia, bien qu'un personnage lui ressemblant apparaît dans la première saison. Elle s’est installée dans une maison près d'Oggy et de Bob[34]. Elle est très fleur bleue, et veut être l’amie de tout le monde. Oggy en est amoureux[28], et elle-même est sensible aux attentions de celui-ci, et d’ailleurs, ils finissent par se marier. Sa maison se distingue par une toiture rose et un jardin très fleuri ; l'intérieur est soigné et décoré de papier-peints branchés et/ou originaux. La maison peut se trouver à côté ou en face de celle d'Oggy selon les besoins de l'histoire.
  • Monica : la sœur jumelle d'Oggy, plus téméraire que son frère et casse-cou, elle porte toujours des patins à roulettes[14].

Produits dérivésModifier

DVDModifier

En France
  • Oggy et les Cafards : Intégrale de la saison 1 : , ressortie le  ;
    • Oggy et les Cafards : saison 1 - volume 1 :
    • Oggy et les Cafards : saison 1 - volume 2 :
    • Oggy et les Cafards : saison 1 - volume 3 :
    • Oggy et les Cafards : saison 1 - volume 4 :
  • Oggy et les Cafards : Intégrale de la saison 2 :  ;
    • Oggy et les Cafards : saison 2 - volume 1 :
    • Oggy et les Cafards : saison 2 - volume 2 :
    • Oggy et les Cafards : saison 2 - volume 3 :
    • Oggy et les Cafards : saison 2 - volume 4 :
  • Oggy et les Cafards : Intégrale de la saison 3 :  ;
    • Oggy et les Cafards : saison 3 - volume 1 :
    • Oggy et les Cafards : saison 3 - volume 2 :
    • Oggy et les Cafards : saison 3 - volume 3 :
    • Oggy et les Cafards : saison 3 - volume 4 :
  • Oggy et les Cafards : Intégrale (saison 1 à 3) : .

FilmModifier

Un long métrage, intitulé Oggy et les Cafards, le film, est sorti le en France[35]. Le film a effectué 142 232 entrées[36].

Séries dérivéesModifier

En , une série dérivée de l'univers d'Oggy et les Cafards est annoncée[37]. Nommée Oggy Oggy, elle racontera les aventures d'Oggy lorsqu'il était chaton. Destinée aux enfants d'âge préscolaire, la série sera animée en trois dimensions et disponible sur Netflix[8],[38],[39]. Il s'agira de la première série d'animation française produite pour la plateforme[40]. Créée par Jean Cayrol et Cédric Guarneri, et réalisée par Frédéric Martin et produite par Marc du Pontavice de Xilam Animation, Oggy Oggy sort le [41]. Dans la série, le jeune Oggy est libéré de la tyrannie des cafards, Joey, Marky et Deedee[41].

En , une nouvelle version de la série est annoncée. Nommée Oggy et les Cafards - Next Gen, elle introduit le personnage de Piya, un éléphanteau de 7 ans fille des amis Indiens d'Oggy dont il a la charge pendant les vacances[6],[7].

AlbumModifier

Un album, intitulé Oggy et les Cafards : Le Show du chat[42], est sorti le en téléchargement et CD sous le label Sony Music Entertainment[43].

No Titre Durée
1. Générique Oggy et les Cafards 39 s
2. Gaga des gags d'Oggy min 48 s
3. Interlude « Le réveil d'Oggy » 19 s
4. Matez le matou min 19 s
5. Interlude « Un chat bien botté » 21 s
6. Love cats min 20 s
7. Interlude « Jack, un ami qui vous veut du bien » 22 s
8. Jack le pote min 11 s
9. Interlude « Cafard-naüm » 19 s
10. Oggy Rossini min 45 s
11. Interlude « Le chat volant » 20 s
12. Dans l'œil du chat min 58 s
13. Interlude « Cat's Woman » 20 s
14. Pussycat min 31 s
15. Interlude « Blues Cat » 24 s
16. Oggy le chat chou min 53 s
17. Interlude « Cafards à la playa » 52 s
18. Le ragga d'Oggy min 54 s
19. Générique Oggy et les Cafards 42 s
20. Oggy Never Falls in Love (uniquement en dématérialisé) min 36 s
36 min

Bandes dessinées et magazineModifier

Une série de bandes dessinées, composée de trois tomes, fut éditée par Dargaud entre 2010 et 2011[44]. Elle est scénarisée par Diego Aranega et dessinée et colorisée par Sylvain Frécon[44]. Aranega est récompensé en 2011 pour son travail sur la série lors du festival de la Bulle d'Or[45]. Le premier volet, intitulé Plouf, plouf, vrooo !, est paru le [46] ; le deuxième, Crac, boum, miaouuuuu !, le [46] ; et le troisième, Bip… Bip… Bip…, le [46].

Un magazine, intitulé Oggy et les Cafards, le mag, est paru en 2009 avec deux numéros[47],[48] puis à nouveau avec un unique numéro en 2011[49],[50],[51]. D'autres produits d'Oggy et les Cafards, tels que des peluches, vêtements, meubles, jeux de société et bagagerie, ont été commercialisés[43].

AutresModifier

En 2009, Corner Design propose du textile pour adultes à l'effigie des personnages de la série, alors que le Groupe Royer lance une gamme complète de tongs, tennis et chaussons pour enfants dès juillet 2009[52]. Pour la rentrée scolaire de la même année, Blues Filobranca annonce une gamme complète de sous-vêtements, vêtements de loisirs et vêtements de nuit pour enfants[52]. TF1 Games sort en septembre 2009, des jeux de sociétés et une gamme de neuf puzzles (de 30 à 100 pièces)[52].

En janvier 2010 sortent des jeux éducatifs et jeux de cartes[52]. Pour les rentrées scolaires de 2010 et 2011, le Groupe Hamelin édite des cahiers de texte, agendas, répertoire, carnets, étiquettes, emplois du temps, classeurs, trieurs, et cahiers, notamment[52].

En 2018, une salle d'escape game s'ouvre dans une dizaine de villes françaises, dont Paris, dans l'enseigne Majestic sur le thème de Oggy et les Cafards[23]. Aussi, entre le 9 février et le , les personnages d'Oggy et les Cafards prennent possession de l'Aquarium de Paris avec un spectacle inédit, une chasse au trésor, une exposition, des ateliers créatifs et projection d'épisodes de la série[53].

PolémiqueModifier

Le , la série crée la polémique aux États-Unis pendant sa diffusion sur Nicktoons lorsque de jeunes téléspectateurs aperçoivent dans un épisode, l'apparition d'un portrait d'une femme seins nus dans la caravane d'Oggy[18]. Face à la colère des parents et aux plaintes de nombreux téléspectateurs, Nickelodeon est rapidement intervenu en supprimant l'épisode de son site Internet et de son réseau télévisé[18].

AccueilModifier

Selon une étude Kantar-TNS sur la notoriété des dessins animés réalisée en 2018, Oggy et les Cafards est connu par 69 % des Français et occupe avec 30 % la première place des programmes jeunesse préférés des foyers français avec enfants, devançant Totally Spies (28 %) et Les lapins crétins (27 %)[2].

En 2019, à l'occasion du 20e anniversaire de la série, les personnages entrent au Musée Grévin[9]. En 2021, la série a engrangé 100 millions d'euros de revenus depuis sa création[54].

Notes et référencesModifier

  1. a b et c Dorothée Barba, « "Oggy et les cafards" : le dessin animé made in France qui s'exporte dans le monde entier », sur France Inter, (consulté le )
  2. a b c d e f et g Émilie Schneider, « Oggy et les cafards sur France 4 : retour sur cette success story de l'animation française », sur Allociné, (consulté le )
  3. a et b « Bande annonce de la saison 4 d'Oggy et les Cafards », sur Xilam, (consulté le )
  4. a et b « Horaire de Canal Famille », Le Soleil Télé, vol. 102, no 246,‎ , p. 34 (lire en ligne)
  5. a et b « Matinée et après-midi », La Presse Télé Plus, vol. 114, no 312,‎ , p. 10 (lire en ligne)
  6. a et b « Oggy et les Cafards – Next Gen », sur Xilam Animation, (consulté le )
  7. a et b (en-US) Animation Magazine, « 10 Shows to Catch at MIP Junior 2020 », sur Animation Magazine, (consulté le )
  8. a et b Aurélien Robert, « Netflix annonce "Oggy Oggy", sa première série d'animation française pour enfants », sur CNET France, (consulté le )
  9. a et b Nicolas Turcev, « Les personnages d'Oggy et les cafards entrent au musée Grévin », sur Livres Hebdo, (consulté le )
  10. Emilie Geffray, « Oggy et les cafards, le phénomène made in France, fête ses 20 ans », sur tvmag.lefigaro.fr, Figaro, (consulté le )
  11. a b c et d Xavier Hurtevent, « Oggy, superstar made in France », sur La Dépêche du Midi, (consulté le ).
  12. (en) « Oggy and the Cockroaches », sur TVGuide.com (consulté le )
  13. Nicolas Madelaine, « « Oggy et les cafards », le « Tom et Jerry » français, fête ses 20 ans », sur Les Échos, (consulté le )
  14. a b et c Olikos, « Oggy et les cafards, en attendant la saison 4 ! », sur lesgrandsclassiques.fr, (consulté le )
  15. « Nouveaux studios d'animation à Angoulême : "Oggy et les cafards" deviennent charentais », sur France 3, (consulté le )
  16. (en) « Xilam Animation Positions 'Oggy and the Cockroaches' Franchise for Long-Term Growth »,
  17. « Oggy et les Cafards », sur Netflix (consulté le )
  18. a b et c Damien Mercereau, « Oggy et les Cafards : le dessin d'une femme topless fait scandale aux USA », sur Le Figaro, (consulté le )
  19. « Oggy et les cafards, le phénomène made in France, fête ses 20 ans », tvmag.lefigaro.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  20. « Oggy et les Cafards arrivent sur Gulli », sur Le Figaro, (consulté le ).
  21. « Oggy et les Cafards - Saisons 5-6-7 », sur Xilam (consulté le ).
  22. Claire Lavarenne, « Tahiti Quest, Comme un animal, Oggy et les cafards... tout ce qui vous attend sur Gulli l'an prochain », (consulté le )
  23. a et b « Gulli: Soirée spéciale pour les 20 ans d'Oggy et les Cafards le 21 octobre », sur megazap.fr, (consulté le )
  24. « M6 KID / Gulli: Les matinées jeunesses riches et renforcées dés le mois de septembre », sur megazap, (consulté le )
  25. Snowwolf, Captain Jack et Nizou, « Planète Jeunesse - Oggy et les Cafards », sur www.planete-jeunesse.com, (consulté le )
  26. (de) Dennis Meischen, « Netflix macht Neuauflage von "Oggy und die Kakerlaken" – doch Fans werden enttäuscht sein », sur filmstarts.de, (consulté le )
  27. « Oggy et les cafards », sur programme.tv (consulté le )
  28. a b et c « Personnages - Oggy », sur Gulli (consulté le )
  29. « Personnages - Joey », sur Gulli (consulté le )
  30. « Personnages - Marky », sur Gulli (consulté le )
  31. « Personnages - Deedee », sur Gulli (consulté le )
  32. a et b « Personnages - Jack », sur Gulli (consulté le )
  33. « Personnages - Bob », sur Gulli (consulté le )
  34. « Personnages - Olivia », sur Gulli (consulté le )
  35. « Oggy et les Cafards », sur Allociné (consulté le ).
  36. « Oggy et les Cafards, le film (2013) », sur JPBox-Office (consulté le ).
  37. Enguérand Renault, « Xilam lance une nouvelle série en 3D », sur Le Figaro, (consulté le )
  38. « Netflix prépare son premier dessin animé français, une nouvelle adaptation d'Oggy et les cafards », sur BFM TV (consulté le )
  39. « Une adaptation de "Oggy et les cafards" sera le premier dessin animé français produit pour Netflix », sur Le HuffPost, (consulté le )
  40. « "Oggy oggy" sera le premier dessin animé français produit pour Netflix », sur huffingtonpost.fr, (consulté le )
  41. a et b « Oggy Oggy : la nouvelle série originale Xilam Animation à découvrir sur Netflix dès le 24 Août ! », sur Zone Bourse, (consulté le )
  42. « Oggy et ses cafards, le dessin animé culte enfin en CD et DVD ! », sur Le Post, (consulté le ).
  43. a et b « Nouveau en DVD et CD : Oggy et les Cafards ! », sur Fémin Actu, archivé sur Archive.is, (consulté le ).
  44. a et b « Oggy et les Cafards », sur Dargaud (consulté le ).
  45. « Palmarès de la Bulle d'Or 2011 », sur Dargaud, (consulté le ).
  46. a b et c « Oggy et les Cafards », sur Bedetheque (consulté le ).
  47. « Page d'accueil », sur NoOok, archivé sur Archive.is, (consulté le ).
  48. « Magazine Oggy et les Cafards », sur ZePresse.fr, archivé sur Archive.is (consulté le ).
  49. « Oggy et les Cafards, en attendant la saison 4 ! », sur Les Grands Classiques, (consulté le ).
  50. « Couverture du magazine », sur Wayback Machine (consulté le ).
  51. « Magazine Oggy et les Cafards (2011) », sur ZePresse.fr, archivé sur Archive.is, (consulté le ).
  52. a b c d et e « Xilam : Oggy est partout ! », sur Boursier.com, (consulté le )
  53. Julie M., « Oggy et les cafards à l'aquarium de Paris », sur Sortir à Paris, (consulté le )
  54. Nicolas Madelaine, « « Oggy », le « Tom and Jerry », français passe la barre des 100 millions de revenus », sur Les Échos, (consulté le )

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier