Ogawa (Nagano)

village japonais

Le village d'Ogawa (小川村, Ogawa-mura?) est un village du district de Kamiminochi, dans la préfecture de Nagano, au Japon.

Ogawa
小川村
Ogawa (Nagano)
Hôtel de ville d'Ogawa
Drapeau de Ogawa
Drapeau
Administration
Pays Drapeau du Japon Japon
Région Chūbu
Préfecture Nagano
Code postal 〒381-3302
Démographie
Population 2 764 hab. (août 2015)
Densité 48 hab./km2
Géographie
Coordonnées 36° 37′ 02″ nord, 137° 58′ 29″ est
Superficie 5 807 ha = 58,07 km2
Localisation
Géolocalisation sur la carte : préfecture de Nagano
Voir sur la carte topographique de la préfecture de Nagano
City locator 15.svg
Ogawa
Géolocalisation sur la carte : Japon
Voir sur la carte administrative du Japon
City locator 15.svg
Ogawa
Géolocalisation sur la carte : Japon
Voir sur la carte topographique du Japon
City locator 15.svg
Ogawa
Liens
Site web Ogawa

ToponymieModifier

Ogawa-mura signifie littéralement « village des petits ruisseaux », une allusion aux ruisseaux qui ont leur source dans le village et se rejoignent les uns après les autres et forment la rivière Dojiri au sud-est du village.

GéographieModifier

SituationModifier

Le village d'Ogawa est situé dans le Nord-Ouest de la préfecture de Nagano sur l'île de Honshū, au Japon. C'est un village de montagne qui s'étend, dans sa longueur du nord au sud sur 8,5 km, dans la vallée de Hakuba, à l'ouest de la ville de Nagano et à l'est d'Ōmachi.

Le nord du village se trouve au pied des monts Kubiki. Avec l'ancien village de Nakajō, intégré depuis à Nagano, Il forme le bassin versant de la rivière Dojiri, un affluent du fleuve Shinano.

DémographieModifier

Au , la population s'élevait à 2 764 habitants[1], répartis sur une superficie de 58,07 km2[2].

La population du village ne cesse de décroître depuis les années 1950, passant de 9 438 habitants en 1950 à 5 132 en 1980 puis à 3 041 en 2010[2].

ClimatModifier

La température annuelle moyenne est d'environ 10 °C. L'hiver le mercure peut descendre jusqu'à −12 °C et grimper jusqu'à 35 °C en été. Le printemps arrive mi-avril avec la floraison des nombreux cerisiers du village. En été et en automne, le village d'Ogawa traversent des périodes de fortes précipitations[3].

HistoireModifier

Au début des années 1980, des fouilles archéologiques ont permis d'établir que des hommes ont habité le site du village d'Ogawa environ 5 000 ans av. J.-C. (fin de la période Jōmon)[4].

Un hameau est mentionné dans la région de l'actuel village d'Ogawa dans un texte du Ritsuryō, un ensemble de textes qui formalisent l'ancien système de lois du Japon médiéval [5]. De même, dans un volume du Engishiki, un recueil japonais de lois et de règlements datant de 927, il est fait allusion à un sanctuaire Ogawa[4].

Un document officiel de l'ère Ten'yō (1144-1145) mentionne l'existence d'un manoir appelé Ogawa no Shō appartenant à la maison impériale et un autre rapporte l'ordre donné par Minamoto no Yoritomo, fondateur et premier shogun du shogunat de Kamakura, de construire la pagode du temple Kōzan[4].

En 1392, un ancêtre du clan Mizuno, banni de la province de Mikawa, vient s'installer dans le nord de la province de Shinano. Il en est chassé par le clan Murakami et son fief passe sous le contrôle du clan Ōhigata de la lignée des Ogasawara.

À l'époque Sengoku (milieu du XVe siècle-fin du XVIe siècle), l'ancienne province de Shinano est le théâtre d'affrontements entre les seigneurs de guerre Uesugi Kenshin et Takeda Shingen. Le premier a fait construire le sanctuaire Togakushi et un site historique du village d'Ogawa fait référence à l'étendard de guerre du second[4].

Dans les années 1560, le clan Ōhigata prête le serment d'allégeance au chef du clan Takeda qui s'est rendu maître de la province de Shinano.

Après la chute du clan Takeda, en 1582, le clan Ōhigata se place sous la tutelle du clan Sanada. Et, en 1622, son fief est intégré au domaine de Matsushiro.

Jusqu'au début de l'ère Meiji (1868-1912), de nombreux hameaux se développent sur les ruines de l'ancien domaine du clan Ōhigata[4].

En 1871, une loi du gouvernement de Meiji met en place une nouvelle organisation administrative du pays ; le domaine de Matsushiro devient la préfecture de Matsushiro. Cette dernière est abolie, en 1876, lorsque la préfecture de Nagano est créée.

En 1889, en application du nouveau système d'administration des municipalités mis en place par le gouvernement de l'Empire du Japon installé à Tokyo, le processus de fusion des hameaux et villages, entamé en 1875, s'accélère et les deux villages de Minami-Ogawa et Kita-Ogawa sont créés dans le district de Kamiminochi[4].

Le , le village d'Ogawa est officiellement établi par la fusion des villages de Minami-Ogawa et Kita-Ogawa[6].

En 1964, lors des Jeux olympiques, la flamme olympique passe dans le village d'Ogawa[6].

ÉconomieModifier

L'économie du village d'Ogawa s'organise autour de l'agriculture (soja, maïs, sarrasin, potirons, pommes), l'exploitation forestière, les services et le commerce[7].

Culture locale et patrimoineModifier

Le village d'Ogawa est membre de l'association Les Plus Beaux Villages du Japon depuis 2009[8].

Patrimoine architecturalModifier

Sanctuaire OgawaModifier

La date de la fondation du sanctuaire d'Ogawa est inconnue mais il est mentionné pour la première fois, à l'époque de Heian (794–1185), dans un volume du Engishiki. Le bâtiment principal, ou honden, date de l'époque d'Edo (1603–1868) et est caractéristique du style architectural nagare[9].

Sanctuaire TogakushiModifier

Au milieu du XVIe siècle, alors que le Japon est en pleine guerre civile, un des nombreux conflits qui déchirent le pays oppose Takeda Shingen et Uesugi Kenshin dans la province de Shinano. Les prêtres du principal sanctuaire Togakushi, un sanctuaire de montagne situé dans le sud des monts Kubiki, à l'ouest du mont Iizuna, trahissent leur protecteur de la province d'Echigo en priant les dieux d'accorder la victoire au maître de la province de Kai à la bataille de Kawanakajima (1564) et se réfugient dans le domaine du clan Ōhigata favorable au clan Takeda. Alors qu'ils bâtissent un nouveau lieu de culte, le sanctuaire Togakushi sanin, l'original est détruit[10].

En 1594, le sanctuaire principal est reconstruit ; les religieux abandonnent le Togakushi sanin et retournent à Togakushi après 30 ans d'exil[10].

En 2015, il ne reste que des vestiges du Togakushi sanin dans le quartier d'Oneyama, dans la partie sud-ouest du village.

Temple KōsanModifier

Le temple Hōjūsan Kōsan, situé dans le quartier d'Inaoka, est un temple bouddhique dédié à la divinité de la miséricorde : Kannon. Sa pagode à trois niveaux, d'une hauteur de 17 m, a été construite en 1195[9].

Selon la légende attachée à ce temple, il aurait été construit en 808 sur l'ordre du shogun Sakanoue no Tamuramaro soucieux d'obtenir les faveurs de la déesse Kannon représentée par une statue de Kannon, œuvre du moine bouddhiste Kōbō-Daishi, fondateur de l'école Shingon.

ObservatoireModifier

Le village d'Ogawa possède aussi un observatoire astronomique et un planétarium.

Patrimoine naturelModifier

Arbres centenairesModifier

Le village d'Ogawa est planté de nombreux arbres, en particulier diverses variétés de cerisiers. Certains de ces arbres sont plus que centenaires comme le Cèdre du Japon du quartier d'Oneyama, haut de 33 m et vieux de plus de 500 ans en 2015, ou l'Edohiganzakura du quartier de Tateya, d'une hauteur de 15 m, vieux de plus de 300 ans en 2015 et qui, comme son nom l'indique en japonais, fleurit au moment de l'équinoxe de printemps[11].

Patrimoine gastronomiqueModifier

Une spécialité culinaire d'Ogawa est l'Oyaki. Il est constitué d'une pâte de sarrasin fermenté additionnée de légumes (aubergine, citrouille, nozawana), de champignons, de fruits, de pulpe de soja ou de pâte de haricot rouge, poêlée pour former des petits pains qui sont ensuite cuits à la vapeur ou grillés et assaisonnés de sel ou de sauce de soja[12].

Symboles municipauxModifier

La bannière d'Ogawa est composée du sinogramme japonais : (petit) stylisé. Ce motif, qui suggère une progression vers le ciel, représente le développement sans limites du village, la défense de la nature et d'une économie prospère par des villageois unis et fraternels[13].

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Références et notesModifier

  1. (ja) 小川村役場, « 広報おがわ8月号 » [PDF], sur www.vill.ogawa.nagano.jp,‎ (consulté le ), p. 7.
  2. a et b (ja) 小川村役場, « 位置/人口 » [« Emplacement / Population »], sur www.vill.ogawa.nagano.jp (consulté le ).
  3. (ja) 小川村役場, « 村の気候 » [« Le climat du village »], sur www.vill.ogawa.nagano.jp (consulté le ).
  4. a b c d e et f (ja) 小川村役場, « 村の歴史 » [« Histoire du village »], sur www.vill.ogawa.nagano.jp (consulté le ).
  5. Ce système organisait, en particulier, le pays en plusieurs divisions administratives.
  6. a et b (ja) 小川村役場, « 年表 » [« Chronologie »], sur www.vill.ogawa.nagano.jp (consulté le ).
  7. (ja) 小川村役場, « 産業農林業 » [« Agriculture et industrie du bois »], sur www.vill.ogawa.nagano.jp (consulté le ).
  8. (ja) The most beautiful villages in japan, « 加盟村一覧から探す » [« Liste des villages »] [archive du ], sur www.utsukushii-mura.jp (consulté le ).
  9. a et b (ja) 小川村役場, « 神社・仏閣 » [« Temples bouddhistes et sanctuaires »], sur www.vill.ogawa.nagano.jp (consulté le ).
  10. a et b (ja) 長野県小川村立屋地区, « 筏ヶ峰戸隠三院跡 » [« Vestiges du Togakushi sanin »] (consulté le ).
  11. (ja) 小川村役場, « 名所・旧跡 » [« Sites historiques »], sur www.vill.ogawa.nagano.jp (consulté le ).
  12. (ja) 小川村役場, « 小川の庄おやき村 » [« Emplacement / Population »], sur www.vill.ogawa.nagano.jp (consulté le ).
  13. (ja) 小川村役場, « シンボルマーク » [« Village de l'Oyaki »], sur www.vill.ogawa.nagano.jp (consulté le ).
  14. Ancienne résidence officielle du gouverneur de la préfecture de Nagano (bâtiments datant de 1920).
  15. (ja) 小川村役場, « 小川村郷土歴史館 » [« Maison de l'histoire d'Ogawa »], sur www.vill.ogawa.nagano.jp (consulté le ).

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :