Offrande (christianisme)

L’offrande dans le christianisme est un don d’argent à l'Église. Lors de la célébration du culte chrétien, un moment est réservé à la collecte de dons. En fonction des églises, elle est collectée dans un plat à offrandes, une quêteuse, une sébile, un simple panier ou depuis 2018 via un panier connecté (don sans contact avec sa carte bancaire, son smartphone en NFC ou sa montre connectée). L'offrande peut être également donnée en dehors de la célébration, dans un tronc d'église, une borne "sans contact" ou par Internet.

HistoireModifier

OrigineModifier

Dans la Bible, l’offrande est un acte de reconnaissance à Dieu [1]. À l’époque de Moïse, Dieu a donné certaines prescriptions au peuple d’Israël. Il devait notamment lui apporter une part de sa richesse en guise de reconnaissance pour le pays que Dieu lui a donné pour héritage[2]. Les offrandes étaient en grande partie des produits agricoles : blé, orge, huile, animaux et la quantité correspondait au dixième de leur revenu, la dîme [3].

Dans le Nouveau Testament, notamment dans l’Épître aux Galates au chapitre 6, Paul de Tarse rappelle l’engagement des croyants envers leur pasteur et les démunis[4]. Dans ce même livre, l’offrande est comparée à une semence[5]. Ces concepts sont repris dans le deuxième épître aux Corinthiens au chapitre 9[5]. La motivation du donateur n’est plus une obligation, mais doit être un libre choix par générosité [6]. Paul de Tarse a fait plusieurs collectes dans le but d’aider les gens dans le besoin [7]. De plus, l’offrande est présentée comme un soutien pour la mission et un signe de compassion pour les démunis[8].

XXIe siècleModifier

Les offrandes par Internet sont devenues une pratique courante dans plusieurs églises chrétiennes évangéliques [9],[10].

UtilisationModifier

L’offrande est mise au service de l’Église, par exemple pour le soutien des ministres de Dieu, pasteurs ou missionnaires, le loyer ou les frais d'entretien du bâtiment, les ministères et l’aide aux démunis (humanitaire chrétien) [11], [12]. Pour les églises affiliées, l’offrande permet également de supporter les services de leur dénomination [13]. Selon une étude menée en 2014 auprès de 1 605 églises aux États-Unis par Christianity Today, les cinq principales dépenses sont les salaires du personnel (ministres) à 47%, les ministères et le support (aide humanitaire chrétienne) à 9%, le lieu de culte (hypothèque ou loyer du bâtiment à 7%, utilitaires à 7%, maintenance à 5%), le support à des missions internationales à 5% et le support à des missions locales à 4%[14]. Une étude de 2016 menée par le Leadership Network et le Vanderbloemen Search Group auprès de 1 252 églises aux États-Unis, au Canada, en Afrique du Sud et en Grande-Bretagne, donnait des chiffres semblables[15].

En 1948, l’évangéliste Billy Graham et son équipe d’évangélisation ont établi le Modesto Manifesto, un code d’éthique de vie et de travail pour se protéger des accusations d’abus financiers, sexuels et de pouvoir[16]. Ce code comprend des règles pour la répartition des offrandes reçues dans les églises, le travail uniquement avec des églises favorables à l’évangélisation coopérative, l’usage des estimations officielles des foules lors des évènements en plein air et l’engagement à ne jamais être seul avec une femme autre que son épouse, sauf si une autre personne est présente[17].

CritiquesModifier

Au XVIe siècle, de nombreux théologiens protestants ont critiqué la vente d’indulgences par l’Église catholique, pour la rémission des péchés [18].

L'offrande a été associée avec la théologie de la prospérité, qui a été répandue par des télévangélistes pentecôtistes et charismatiques [19],[20]. La foi chrétienne est considérée comme un moyen de s’enrichir financièrement et matériellement, par une « confession positive » et une contribution aux ministères chrétiens[21]. Des promesses de guérison divine et de prospérité sont garanties, en échange de certains montants de dons[22],[23]. La fidélité dans la dîme permettrait de s’éviter les malédictions de Dieu, les attaques du Diable, et la pauvreté[24],[25]. Les offrandes et la dîme occupent ainsi beaucoup de temps dans certains cultes[26]. Souvent associée avec la dîme obligatoire, cette doctrine a été comparée à un business religieux[27],[28],[29]. Les pasteurs qui adhérent à la théologie de la prospérité ont été critiqués par des journalistes pour leur style de vie bling-bling (vêtements luxueux, grandes maisons, voitures haut de gamme, avion privé, etc.) [30],[31],[32]. En 2012, dans un document publié sur le sujet, le Conseil national des évangéliques de France a mentionné que la prospérité était bien possible pour un croyant, mais que le matérialisme amène à l’idolâtrie et ce n’était pas le but de l’Évangile[33],[34].

Depuis les années 1970, divers scandales financiers de détournements de fonds ont été rapportés dans des églises et des organisations évangéliques[35]. Le Conseil évangélique pour la responsabilité financière a été fondé en 1979 pour renforcer l’intégrité financière dans les organisations et les églises évangéliques qui désirent volontairement être membres et se soumettre à des vérifications comptables annuelles[36]. Aux États-Unis, des télévangélistes ont demandé des offrandes pour acheter des jets privés [37].

En 2015, l’auteur américain du livre Sunday Morning Stickup a accusé certaines églises chrétiennes d’utiliser des stratégies de culpabilité pour ramasser les offrandes et la dîme des fidèles [38]. Notamment en déformant certains passages de la bible pour rendre obligatoire les contributions, en élevant les grands donateurs et en faisant perdre des avantages à des membres qui ne donnent pas assez.

Articles connexesModifier

Notes et référencesModifier

  1. Walter A. Elwell, Evangelical Dictionary of Theology, Baker Academic, USA, 2001, p. 46-47
  2. Richard Watson, A Biblical and Theological Dictionary, Carlton & Porter, USA, 1831, p. 835
  3. James Leo Garrett, Systematic Theology, Volume 2, Second Edition, Wipf and Stock Publishers, USA, 2014, p. 410
  4. Frank S. Thielman, Theology of the New Testament, Zondervan Academic, USA, 2011, p. 492
  5. a et b (en) Rodney Reeves, Spirituality According to Paul: Imitating the Apostle of Christ, USA, InterVarsity Press, , p. 158-159.
  6. Frank S. Thielman, Theology of the New Testament, Zondervan Academic, USA, 2011, p. 339
  7. Michael Barnett, Janice Gross Stein, Sacred Aid: Faith and Humanitarianism, Oxford University Press, UK, 2012, p. 67
  8. Mark L. Vincent, Matthew M. Thomas, A Christian View of Money: Celebrating God’s Generosity (4th edition), Wipf and Stock Publishers, USA, 2017, p. 43
  9. Michael Gryboski, Millennial-Majority Churches Detail Challenges, Success Stories in Growth and Finances, christianpost.com, USA, 18 juin 2018
  10. Ghana News Agency, Asoriba launches church management software, businessghana.com, Ghana, 3 février 2017
  11. Brian Stiller, Evangelicals Around the World: A Global Handbook for the 21st Century, Éditions Thomas Nelson, USA, 2015, p. 128-129
  12. Patton Dodd, Low-Income Communities Are Struggling to Support Churches, theatlantic.com, USA, 7 janvier 2018
  13. Norman Doe, Christian Law: Contemporary Principles, Cambridge University Press, UK, 2013, p. 332
  14. ChurchLawAndTax, How Churches Spend Their Money, churchlawandtax.com, USA, 28 août 2014
  15. Suzette Gutierrez-Cachila, New Study on Church Income/Spending Study Shows Insights to Establishing Better Finance System, gospelherald.com, USA 10 octobre 2016
  16. Seth Dowland, The “Modesto Manifesto”, christianhistoryinstitute.org, USA, #111, 2014
  17. Yonat Shimron, Billy Graham made sure his integrity was never in question, religionnews.com, USA, 23 février 2018
  18. Frank K. Flinn, Encyclopedia of Catholicism, Infobase Publishing, USA, 2007, p. 530
  19. Kate Bowler, Blessed: A History of the American Prosperity Gospel, OUP USA, USA, 2013, p. 73
  20. Randall Herbert Balmer, Encyclopedia of Evangelicalism: Revised and expanded edition, Baylor University Press, USA, 2004, p. 562
  21. Kate Bowler, Blessed: A History of the American Prosperity Gospel, OUP USA, USA, 2013, p. 59
  22. Laure Atmann, Au nom de Dieu et… du fric!, notreafrik.com, Belgique, 26 juillet 2015
  23. Bob Smietana, Prosperity Gospel Taught to 4 in 10 Evangelical Churchgoers, christianitytoday.com, USA, 31 juillet 2018
  24. Kate Shellnutt, When Tithing Comes With a Money-Back Guarantee, charismanews.com, USA, 28 juin 2016
  25. Venance Konan, Églises évangéliques d’Abidjan - Au nom du père, du fils et... du business, Journal Le Nouveau Réveil sur koffi.net, Côte d’Ivoire, 10 mai 2007
  26. Marie-Claude Malboeuf et Jean-Christophe Laurence, Églises indépendantes: le culte de l'argent, lapresse.ca, Canada, 17 novembre 2010
  27. Laurie Goodstein, Believers Invest in the Gospel of Getting Rich, nytimes.com, USA, 15 août 2009
  28. Jean-Christophe Laurence, Le business religieux, lapresse.ca, Canada, 17 novembre 2010
  29. Trésor Kibangula, RDC : pasteur, un job en or, jeuneafrique.com, France, 06 février 2014
  30. Cathleen Falsani, Falsani: Get real, ‘Preachers of L.A.’, ocregister.com, USA, 7 octobre 2013
  31. Trésor Kibangula, RDC : pasteur, un job en or, jeuneafrique.com, France, 06 février 2014
  32. Mfonobong Nsehe, Les pasteurs les plus riches du Nigéria, forbesafrique.com, France, 28 novembre 2015
  33. Henrik Lindell, Théologie de la prospérité : quand Dieu devient un distributeur de miracles, lavie.fr, France, 8 aout 2012
  34. AFP, Le ruineux Evangile des "théologiens de la prospérité", lepoint.fr, France, 26 mars 2013
  35. Michael J. Anthony, Introducing Christian Education: Foundations for the Twenty-first Century, Baker Academic, USA, 2001, p. 284
  36. Randall Herbert Balmer, Encyclopedia of Evangelicalism: Revised and expanded edition, Baylor University Press, USA, 2004, p. 239
  37. Arwa Mahdawi, Jet-set Jesus: televangelist to donate old private jet when he gets new $54m one, theguardian.com, UK, 1 juin 2018
  38. John Blake, How passing the plate becomes the 'Sunday morning stickup', cnn.com, USA, 14 juin 2015

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • Dons et offrandes, Jean-Marie Ribay, La Bégude de Mazenc, IMEAF, 2000, 71 p.
  • L’offrande chrétienne, V.S. Azariah, Delachaux et Niestlé, 1958, 99 p.
  • Dieu et mes sous, André Adoul, Guebwiller, LLB, 1983, 151 p.