Ouvrir le menu principal

Œnanthe aquatique

espèce de plantes
(Redirigé depuis Oenanthe aquatica)

Oenanthe aquatica

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir fenouil.
Oenanthe aquatica
Description de cette image, également commentée ci-après
Œnanthe aquatique
Classification
Règne Plantae
Division Magnoliophyta
Classe Magnoliopsida
Ordre Apiales
Famille Apiaceae
Genre Oenanthe

Nom binominal

Oenanthe aquatica
(L.) Poir., 1798

Statut de conservation UICN

( LC )
LC  : Préoccupation mineure

L'œnanthe aquatique ou fenouil aquatique (Oenanthe aquatica) est une plante herbacée, toxique, de la famille des Apiaceae et du genre Oenanthe. Cette plante qui évoque un fenouil qui serait aquatique a une floraison annuelle ou pérenne. Comme beaucoup de plantes semi-aquatiques, elle présente deux types de feuilles très différents : les feuilles submergées sont finement divisées, ce qui n'et pas le cas des feuilles aériennes. La base de la tige atteint jusqu'à 8 cm d'épaisseur en raison de sa croissance primaire. La racine principale épaisse est à vie courte, rapidemnet remplacée par des racines fines, touffues ou en forme de pousses.

Les fleurs, produites de juin à septembre, produisent un nectar qui a une odeur légèrement vineuse.

Les schizocarpes sont facilement propagées par l'eau, mais une multiplication végétative existe aussi

ToxicitéModifier

Toutes les parties de la plante sont toxiques, contenant notamment, comme principal poison actif de l'oenanthotoxine (cycutotoxine).

Les symptômes d'empoisonnement chez l'homme ne sont pas consensuels. Les chevaux, bovins et porcs y semblent sensibles. L'absorption de la plante conduit à une gastro-entérite avec diarrhée et convulsions.


Occurrence, répartitionModifier

Cette espèce se rencontre dans toute l'Europe, en Asie occidentale, au Kazakhstan, dans le Caucase et en Sibérie. En Amérique du Nord, l'espèce a été introduite.

HabitatsModifier

Ses habitats sont certaines zones humides, tels qu'étangs envasés, abords de roselières, à des profondeurs atteignant 1 m. L'espèce tolère de fortes fluctuations du niveau de l'eau et préfère les eaux calcaires (basiques) et eutrophes (riches en nutriments). L'espèce est plutôt rare, mais peut être abondante localement. Hors de l'eau, on la trouve sur des sols humides, parfois assez secs une partie de l'année, dont le niveau d'eau fluctue fortement et avec une profondeur variant de 50 à 100 centimètres en moyenne.

ÉcologieModifier

 
Floraison de l'Œnanthe aquatique en surface de l'eau

Cette espèce s'est adaptée aux niveaux imprévisiblemnet fluctuant des berges de zones humides où elle vit, alors que sa cousine proche Oenanthe conioides (endémique des berges de l'estuaire de l'Elbe), s'est adaptée aux niveaux de l'estuaire, rythmés par le cycle des marées[1].

Plante médicinale (autrefois)Modifier

Cette espèce a autrefois fait partie de la pharmacopée traditionnelle, ce pourquoi elle fait encore l'objet de recherche sur sa biochimie[2]. Elle a fait l'objet de recherche sur sa toxicité/mutagénicité[3].

Elle a été utilisée contre la toux, des flatulences et pour favoriser le drainage.
De nos jours, elle n'est plus utilisée qu'en homéopathie et parfois pour des maladies des glandes respiratoires et mammaires, l'indigestion, la gastrite ou comme additif de traitement contre la tuberculose.

GénétiqueModifier

L'oeunanthe aquatique a aussi fait l'objet d'études génétiques[4]

IllustrationsModifier

Notes et référencesModifier

  1. Jensch D & Poschlod P (2008) Germination ecology of two closely related taxa in the genus Oenanthe: Fine tuning for the habitat?. Aquatic Botany, 89(4), 345-351 (résumé)
  2. Vincieri, F. F., Coran, S. A., Giannellini, V., & Bambagiotti A, M. (1981). Isolation and Structural Elucidation of Oenanthe aquatica (L.) Fruit C15 Polyacetylen Hydrocarbons. Chemische Berichte, 114(2), 468-476.
  3. Eck-Varanka, B. M., Kováts, N., Hubai, K. E., Paulovits, G., Ferincz, Á., & Horváth, E. (2016). Screening potential genotoxic effect of aquatic plant extracts using the mussel micronucleus testLudwigia palustris. Journal of Coastal Life Medicine, 4(1), 36-38.
  4. Favre-Bac, L., Godé, C., & Arnaud, J. F. (2014). Characterization of polymorphic microsatellite markers for the fine-leaved water-Dropwort Oenanthe aquatica and the Gypsywort Lycopus europaeus, two farmland remnant wetland species. Conservation genetics resources, 6(4), 995-998 (résumé).

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • Vincieri F.F, Coran S.A & Bambagiotti M (1976) Composition of the Oenanthe aquatica essential oil. Planta medica, 29(02), 101-112.
  • Vincieri F F, Coran S.A, Giannellini V & Alberti M.B (1985) Oxygenated C15 polyacetylenes from Oenanthe aquatica fruits. Planta medica, 51(02), 107-110.
  • Waris H (1959) Neomorphosis in seed plants induced by amino acids I. Oenanthe aquatica. Physiologia Plantarum, 12(4), 753-766 (résumé).