Ouvrir le menu principal

Odolric (Oudry[c 1], Odalric[1],[2], Odobric[3]) (? - 1046) est un homme d’Église français et un saint catholique.

Sommaire

HistoireModifier

La première activité connue d'Odolric est d'être archidiacre de Langres[c 1].

Après l'expulsion de l'archevêque Buchard III par le troupes de l'empereur Conrad II du Saint-Empire et la guerre entre ce dernier et Eudes II de Blois pour la succession de Rodolphe III de Bourgogne, la situation du siège demeure très confuse à Lyon. Géraud Ier comte de Forez tente pour contrôler la cité d'attribuer le siège à son fils « à peine adolescent » contre les partisans d'une l'élection canonique. Il faut attendre la mort de l'empereur en 1039 et le refus d'Halinard, abbé de Abbaye Saint-Bénigne de Dijon pour que le candidat impérial s'impose[4].

Odolric est finalement nommé et investi par le roi Henri III en 1041 pour résoudre la crise de succession sur le trône archiépiscopal qui durait depuis 1033[b 1]. Il le choisit à la demande des clercs lyonnais[a 1] et sur la requête d'Halinard, vers qui allait initialement le choix de l'Empereur[c 1].

Il serait mort empoisonné[5],[c 1].

PostéritéModifier

Odolric est fêté à Lyon le 4 juillet[6].

Notes et référencesModifier

  • Jacques Gadille (dir.), René Fédou, Henri Hours et Bernard de Vregille, Le diocèse de Lyon, Paris, Beauchesne, coll. « Histoire des diocèses de France » (no 16), , 350 p. (ISBN 2-7010-1066-7, notice BnF no FRBNF34728148)
  1. Gadille et al. 1983, p. 306-307.
  • Jean-François Reynaud, François Richard (dir.) et Michel Rubellin, « Les archevêques de Lyon, les abbayes lyonnaises et la Réforme grégorienne », dans L'abbaye d'Ainay : des origines au XIIe siècle, Lyon, Presses universitaires de Lyon, , 302 p. (ISBN 978-2-7297-0806-1, notice BnF no FRBNF42414418), p. 181-201
  1. a b c et d Arch. de Lyon, p. 39.

Autres référencesModifier

  1. Émile Jolibois, La Haute-Marne ancienne et moderne: dictionnaire géographique, statistique..., impr. Ve Miot-Dadant, 1858, p. 396
  2. Remi Ceillier, Histoire générale des auteurs sacrés et ecclésiastiques, Volume 20, Paris, 1757, page 305 [1].
  3. Jacques Pernetti, Recherches pour servir à l'histoire de Lyon, ou Les Lyonnois ..., Frères Duplain, 1757, volume 1, page 107 [2].
  4. F. Gingins-La-Sarraz Histoire de la ville et du canton des Equestres Georges Bridel imprimeur, Lausanne 1865
  5. De Mangin, Histoire Ecclesiastique Et Civile, Politique, Litteraire ..., 1765, page 544 [3].
  6. Nominis : Saint Oldoric.
  7. « Archevêques de Lyon / » [archive du ], sur http://sbib.ck.bpi.fr/, Bibliothèque publique d'information, (consulté le 5 octobre 2013).
  8. « Histoire de Lyon », sur http://www.editions-lyonnaises.fr, Éditions lyonnaises d'art et d'histoire, (consulté le 5 octobre 2013).

articles connexesModifier