Ouvrir le menu principal
Odile de Vasselot de Régné
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Activités
Famille
Autres informations
Membre de
Conflit

Odile de Vasselot de Régné, née en 1922, est une résistante, fondatrice et anciennement proviseur du lycée Sainte-Marie d'Abidjan.

Activité de résistanteModifier

Odile de Vasselot de Régné a servi comme résistante au cours de la Seconde Guerre mondiale, comme agent de renseignements et comme membre du réseau Comète. Ce réseau s'est donné pour mission d'exfiltrer les aviateurs alliés tombés en zone occupée[1].

Sollicitée pour témoigner de son expérience de résistante, elle donne de nombreuses conférences notamment dans des écoles. Elle écrit ses mémoires de guerre en 1999[2] et 2000[3].

Activité d'enseignementModifier

Après la guerre, Odile de Vasselot poursuit ses études. Après une licence en histoire à la Sorbonne, elle devient enseignante dans le secondaire à Sainte-Marie de Neuilly, collège fondé par Madeleine Daniélou, puis dirige le collège Sainte-Marie du Trocadéro, aujourd'hui disparu. Elle s'engage au sein de la Communauté apostolique Saint-François-Xavier.

À la demande du président Félix Houphouët-Boigny, la Communauté apostolique Saint-François-Xavier envoie en 1962 Odile de Vasselot fonder le collège Sainte-Marie d'Abidjan. Le collège ouvre ses portes à Adjamé puis s'installe 5 ans plus tard en 1967 dans ses locaux définitifs de Cocody, et devient lycée en 1970. Ce lycée francophone accueille dès l'origine des demoiselles issues de l'élite ivoirienne. Cela donne à Mlle de Vasselot l'occasion de fréquents contacts avec des personnalités parmi lesquelles le président Félix Houphouët-Boigny, dont la résidence se trouvait à côté du lycée[4].

ŒuvresModifier

  • Tombés du Ciel : histoire d'une ligne d'évasion, édité à compte d'auteur en 1999, réédité par les éditions du Félin en 2005
  • Sous l'occupation... J'avais 20 ans, édité à compte d'auteur, 2000

SourcesModifier

  • Faire quelque chose, film de Vincent Goubet, 2000. Dans ce film, le réalisateur recueille le témoignage de 34 résistants dont Odile de Vasselot.
  • Conférence d'Odile de Vasselot, Youtube. Odile de Vasselot, résistante du réseau d'évasion "Comète" de la Belgique aux Pyrénées, évoque Andrée de Jongh, fondatrice de ce réseau.

Notes et référencesModifier

  1. Odile de Vasselot, Tombés du Ciel : histoire d'une ligne d'évasion, n° (ISBN 2-86645-5835), collection Résistance-Liberté-Mémoire, Éditions du Félin, 2005.
  2. Tombés du Ciel : histoire d'une ligne d'évasion, ouvrage édité à compte d'auteur en 1999, et réédité par les Éditions du Félin en 2005, où Odile de Vasselot fait part de son engagement dans le réseau Comète.
  3. Sous l'occupation... J'avais 20 ans, ouvrage édité à compte d'auteur, où Odile de Vasselot évoque l'ensemble de son expérience de la guerre et de ses activités de résistance, qui dépassent le seul réseau Comète décrit dans son précédent ouvrage. Elle entre dans les détails de la vie de sa famille, afin de rendre son témoignage plus concrets au premier lectorat qu'elle vise alors : ses neveux et nièces.
  4. En 1988, la télévision ivoirienne relaye la nouvelle de son départ au journal télévisé, signe de l'aura qu'elle a acquise en 26 ans.