Ouvrir le menu principal

Octant (instrument)

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Octant (homonymie).
Octant

L'octant est un ancien instrument de navigation, utilisé en mer pour faire le point. Successeur du quartier de Davis et prédécesseur du sextant, c'est un instrument à réflexion (en) qui permet de mesurer une hauteur d'astre au-dessus de l'horizon. Son nom vient du latin octans qui signifie « huitième partie d'un tout ; arc de 45° ». Son ouverture angulaire est effectivement de 45°, mais il permet, par sa géométrie, de mesurer une hauteur d'astre jusqu'à 90°.

HistoireModifier

 
L'instrument de Hadley.

Au cours du XVIIe siècle les instruments de navigation qui se sont imposés sont le quartier de Davis, instrument à observation de dos qui permet de mesurer la hauteur angulaire du soleil grâce à l'ombre portée, et le bâton de Jacob, instrument plus universel qui peut aussi être utilisé de nuit pour observer la hauteur de l'étoile polaire ou plus généralement des distances angulaires entre objets astronomiques.

Avec l'avancement technologique, les objets réfléchissants, tels les miroirs deviennent de plus en plus communs. John Hadley invente un type d'instrument réfléchissant qu'il présente pour la première fois devant la Royal Society of London en 1731 [1]. Bien qu'il ne soit pas le premier à inventer ce type d'instrument [N 1], c'est son nom qui sera retenu.

FonctionnementModifier

L'instrument de Hadley est en fait un octant dont le limbe (45°) permet de mesurer des hauteurs jusqu'à 90°. Son principe de fonctionnement consiste à ramener, grâce à des miroirs mobiles, l'objet observé et l'horizon l'un par-dessus l'autre aux yeux de l'observateur, en faisant abstraction des mouvements du navire. Cet instrument est donné pour une exactitude de l'ordre de la minute d'angle[2]. Ainsi, cet instrument ressemble beaucoup au sextant, son célèbre successeur.

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Newton, Hooke et Nevil Maskelyne ont eux-aussi créé ce type d'instrument et c'est à Nevil que revient l'idée principale d'utiliser de tels instruments réfléchissants. Pour un développement complet sur le sujet, voir la page interwiki en anglais : en:Reflecting instrument

RéférencesModifier

  1. Cotter 1968, p. ?
  2. J.J. Levallois, Mesurer la Terre, Paris, AFT, (ISBN 2-907586-00-9), p. 304

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  •  Maurice Daumas, Les instruments scientifiques aux XVIIe et XVIIIe siècles, Paris, P.U.F., .
  •  (en) Charles H. Cotter, A History Of Nautical Astronomy, Londres, Hollis & Carter Ltd, , 408 p. (ISBN 0370004604, présentation en ligne)
  •  (en) William Edward May, A History of Marine Navigation, G. T. Foulis & Co. Ltd., Henley-on-Thames, Oxfordshire, (ISBN 0 85429 143 1, présentation en ligne)

Articles connexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externesModifier