Observatoire européen du plurilinguisme

L'Observatoire européen du plurilinguisme (OEP) est constitué en association loi de 1901 de droit français, et comprend des personnes morales et physiques.

Issu de la société civile, l'OEP[1],[2] a pour objet de soutenir la diversité linguistique de l'Union européenne, y compris dans l'émergence d'une citoyenneté européenne à partir des langues et cultures européennes ; de promouvoir par le plurilinguisme la diversité culturelle en Europe, et de favoriser une prise de conscience des enjeux et impulser des politiques publiques pour le plurilinguisme, dans tous les domaines[non neutre]. L'OEP est né de l'initiative de plusieurs associations et d'une fondation qui se sont regroupées en pour organiser les premières Assises européennes du plurilinguisme.

Structures modifier

Association de droit français, les membres peuvent être des personnes morales ou physiques de toutes nationalités.

Outre ses organes statutaires classiques (Assemblée générale, Conseil d'administration, bureau), l'OEP comprend un Comité scientifique, un Comité d'initiative et des partenaires.

Comité scientifique modifier

  • François Rastier - Directeur de recherche au CNRS, Président de l'institut Ferdinand de Saussure
  • Heinz Wismann - Directeur d'études à l'EHESS (Centre de recherches interdisciplinaires sur l'Allemagne) - Président de l'Observatoire des Études Classiques en Europ
  • Jean-Claude Beacco - professeur à l'Université Paris-III, expert auprès du Conseil de l'Europe et de la Commission européenne
  • François Xavier d'Alimny - Président de la Fondation pour le Développement International, Banquier Conseil pour le pays de langue à la Société Générale
  • Christos Clairis - professeur à l'Université Paris V, vice-président de la société nationale internationale de la source de la source de la société
  • Pierre Judet de La Combe - Director of studies at EHESS (Centre de recherche interdisciplinaire sur l'Allemagne), and director of research, CNRS)
  • Marianne Lederer - ancienne directrice et professeur à l'école supérieure d'interprètes et de traducteurs de Paris
  • Jacqueline Nonon - ancienne directrice de la représentation de la Commission européenne à Paris, conseillère de l'ASEDIFRES
  • Monique Slodzian - professeur à l'INALCO (Institut national des langues et civilisations orientales)

Missions modifier

L'OEP s’est assigné cinq grandes missions[réf. souhaitée] :

  • La veille stratégique ;
  • La mutualisation des moyens avec ses membres et partenaires ;
  • La communication ;
  • La médiation : l'OEP établit ainsi des relations avec les décideurs afin d'influer sur les choix politiques ;
  • L’organisation d’événements.

Nombre de locuteurs de langues internationales modifier

La manière de comptabiliser les anglophones, francophones, hispanophones, (..), influe sur le calcul du nombre de leurs locuteurs respectifs. C'est la conclusion d'une étude dont Christian Tremblay, président de l'Observatoire Européen du Plurilinguisme, est coauteur[3],[4]. De telles études ne sont pas seulement académiques, mais ont un impact sur la vision de l'importance économique respective des langues les plus utilisées dans le monde.

En Europe, la Commission européenne a trois langues de travail : anglais, français, et allemand, parmi les 24 langues officielles de l'Union européenne ; l'anglais parait la plus utilisée, malgré le Brexit, et une volonté affichée de pluralisme linguistique. Le Conseil de l'Europe a deux langues de travail : anglais et français.

Bibliographie modifier

Notes et références modifier

  1. « Observatoire européen du plurilinguisme (OEP) Création », sur Journal-officiel.gouv.fr,
  2. « Observatoire européen du plurilinguisme (OEP) Modification », sur Journal-officiel.gouv.fr,
  3. Michel Feltin-Palas, « Une autre manière de compter les francophones », L'Express,‎ (lire en ligne, consulté le )
  4. Yves Montenay et Christian Tremblay, « Aperçu des données internationales sur la situation mondiale du français »,

Liens externes modifier