Objets de la vie quotidienne pendant la Renaissance florentine

Les objets de la vie quotidienne pendant la Renaissance florentine sont ceux du renouveau qu'a apporté l'émergence de la Renaissance dans les objets usuels de la vie quotidienne à Florence que cette période a transcendés ou même inventés à partir de ceux issus du Moyen Âge (ces objets d'art sont évidemment ceux de la bourgeoisie aisée des notables et des aristocrates).

Certains événements traditionnels et rituels sont les prétextes de ces créations :

Le mariage, l'accouchement, ... accompagnés des ustensiles courants et la naissance des meubles spécifiques : la table fixe dite occidentale, le cabinet, le dressoir, ... tous décorés des meilleurs artistes de leur temps.

Le mariageModifier

 
Cassone au Palazzo Vecchio de Florence, salle d'Hercule

Le coffre de mariage florentin : le cassoneModifier

Le futur mari (auparavant le père de la mariée) offre à sa future femme, un coffre de mariage. Le Florentin est décoré devant et dans le couvercle, par les meilleurs peintres.

 
Coffret de l'atelier Embriachi

L'atelier de Baldassare degli Embriachi à Florence était réputé pour ses sculptures en ivoire ou en os sur ces objets.

Le tableau de mariageModifier

 
Le Printemps de Botticelli

Il permet comme cadeau à l'occasion de cette cérémonie de consacrer les époux dans une scène emplie de mythologie, de symbolique, sacrée ou profane en les représentant comme personnages de la scène. Ainsi dans Le Printemps et Pallas et le Centaure de Botticelli figurent les époux Lorenzo di Pierfrancesco de Médicis, un cousin de Laurent de Médicis, et sa femme Sémiramis Appriani (que l'on peut identifier comme les deux personnages vêtus de rouge, couleur de la passion dans Le Printemps).

La coupe de mariageModifier

La coupe nuptiale de Barovier (1470) en est le meilleur exemple : elle est en verre bleu émaillé avec des émaux polychromes et représente les thèmes récurrents de l'époque concernant le mariage et ses vertus : « Amour, Pudeur, Éternité ».

La tête de lit ou dosseretModifier

La spalliera (di letto) italienne était peinte ; parmi les exemplaires typiques on notera la tavola Strozzi et La Chasse de nuit de Paolo Uccello.

L'accouchementModifier

 
Desco da parto de Masaccio

Il concerne celui du primogenito (le premier-né) qui consacre l'épouse en mère.
À cette occasion on offre à l'accouchée un ensemble d'accouchement composé des pièces suivantes :

Le plateau d'accouchéeModifier

Le desco da parto, est un plateau de bois en tondo décoré et peint recto-verso, qui permet de servir les boissons destinées à la nouvelle mère (bouillon, ...).

Un ensemble de vaisselle ornéeModifier

En majolique il comporte :

  • le bol de bouillon (scodella),
  • avec son couvercle plat (tagliere) qui sert également de plat pour le pain,
  • une tasse pour boire (ongaresca),
  • une salière (saliera) insérée dans le pied[1].

Objets de la vie quotidienneModifier

La vaisselle d'apparatModifier

Elle comporte une décoration incrustée, colorée en noir par le niello, ou en couleurs par les émaux.

Outre les pièces de vaisselle des événements particuliers cités au-dessus, la vaisselle devient ostentatoire, avec certains éléments anodins aujourd'hui :

  • La salière comme objet destiné au contenu coûteux des épices, se pare des meilleurs émaux et ors :
  • L'aiguière, un pichet orné souvent en céramique ou en métal émaillé issu des ateliers des grands-ducs de Toscane, en majolique, à décor orientalisant[2] :
    • Le Triomphe de Diane, scènes de chasse (1554), réalisée par Reymond Pierre

Les ustensiles devenus bijouxModifier

  • Le dé à coudre (purement utilitaire jusqu'au Moyen Âge) s'orne à la Renaissance et connaît un engouement important en différentes matières (cuivre, argent, ivoire, or, os, bois ou porcelaine).

Les meublesModifier

Les pièces de l'habitat prennent clairement une destination (salle à manger, salle de réception au piano nobile, chambre à coucher, le cabinet particulier ou studiolo ...) et certains des objets y trouvent une place fixe et définitive, ceux que la Renaissance a fait naître ou a développé en œuvres d'art :

  • la table occidentale, un vrai meuble sculpté qui remplace le plateau volant posé sur des tréteaux du Moyen Âge : en bois[3] ou en pierre[4].
  • Le dressoir, meuble d'apparat qui remplace les étagères ouvertes
  • Le buffet à deux corps, en noyer, essence qui remplace le chêne médiéval et qui s'accompagne de sculptures issues de l'architecture[3]
  • Le cabinet forentin, un meuble écritoire à compartiments, ancêtre du meuble-secrétaire décoré d'éléments architectoniques comme le cabinet Farnèse[5].
  • Le fauteuil à haut dossier qui complète le banc et le tabouret, seuls sièges du Moyen Âge. Il garde le coffre de la chaire et perd son dais[3].
  • La sedia dantesca et la sedia savonarola, des fauteuils en X issus du faudesteuil médiéval
  • La cassapanea, banc-coffre à dossier plein et orné, à deux accotoirs et à façade lourdement sculptée.
  • Le lit à courtines qui remplace le lit à baldaquin.
  • Le sgabello, un siège mobile.
  • La chaise à bras dont le dossier ne dépasse plus la tête, souvent garnie de coussins mobiles.
  • Le caquetoire, réservé aux femmes.

Le studiolo italienModifier

Plusieurs exemples de ce genre de cabinet privé ou intime[6] révélant et entretenant la personnalité de son propriétaire dans un environnement qui peut être didactique, scientifique, symbolique ou encyclopédique :

Notes et référencesModifier

  1. scodella et tagliere au MET
  2. l'Aiguière au MET
  3. a b et c Château d'Écouen abritant le musée de la renaissance d'Écouen [1]
  4. Table Farnèse
  5. Notice sur le cabinet Farnèse
  6. Suivant les degrés de sa confidentialité : public (ouvert à tous), privé (ouvert aux invités et proches) ou intime (réservé au destinataire seul)

BibliographieModifier

  • Augusto Pedrini : Il mobilio gli ambienti e le decorazioni del Rinascimento in Italia secoli XV e XVI, Stringa editore, Gênes (1969)
  • Peter Thornton : L’Époque et son style : la Renaissance italienne 1400-1600, Paris (1991)
  • James Yorke : Engraved Decoration on Early Fifteenth-century Italian Furniture, Apollo (1989)
  • Ajmar-Wollheim, Marta, and Flora Dennis : At Home in Renaissance Italy. Exhibition catalogue. London: V&A, 2006.
  • Brown, Patricia Fortini : Private Lives in Renaissance Venice: Art, Architecture, and the Family. New Haven: Yale University Press, 2004.
  • Currie, Elizabet : Inside the Renaissance House. London : V&A, 2006 (ISBN 1851774904)

Voir aussiModifier

Liens internesModifier

Liens externesModifier

  • Domestic Art in Renaissance Italy au MET