Obélisque de la piazza del Popolo

L'obélisque de la piazza del Popolo, appelé aussi obelisco Flaminio (il marque le début de la Via Flaminia), est l'un des premiers obélisques égyptiens transportés à Rome. Il est en granite rouge d'Assouan ; il mesure 23,30 m et pèse 235 t.

Obélisque de la piazza del Popolo
Rome-Piazza del Popolo-Obélisque et églises Santa Maria.jpg
Obélisques
Autre nom
Obelisco Flaminio
Commanditaire
Construction
Matériau
granite rouge d'Assouan
Inscriptions
Poids
235 t
Hauteur actuelle
23,3 m
Emplacement d’origine
Emplacement actuel
Ordonnateur
Date d’installation
-10 puis 1587
Coordonnées
Localisation sur la carte de Rome
voir sur la carte de Rome
Red pog.svg

Trois lieux historiquesModifier

 
l'obélisque

HéliopolisModifier

C'est l'un des deux obélisques provenant du temple de Rê à Héliopolis et transportés à Rome par Auguste. Celui-ci a été érigé autrefois dans le temple du soleil de l'antique cité égyptienne par Séthi Ier et Ramsès II, (-XIIIe siècle).

Trois de ses faces sont gravées au nom de Séthi Ier, et la quatrième au nom de son fils Ramsès II.

Le second obélisque transporté d'Héliopolis par Auguste est l'actuel obélisque de la piazza di Montecitorio.

Circus MaximusModifier

Il fut érigé vers l'an -10 sur la spina du Circus Maximus, où un autre obélisque, celui du Latran, sera implanté en 357 en sa compagnie. Puis on perd leur trace : on constate qu'ils tombèrent ou furent renversés tous deux à une date inconnue.

Piazza del PopoloModifier

Ces deux grands obélisques du Circus Maximus furent retrouvés brisés au cours de fouilles menées en 1587 par le pape Sixte V qui les fit transporter, ainsi que d'autres, pour orner les places de Rome.

Cet obélisque a été réérigé par Domenico Fontana en face de l'église Santa Maria del Popolo en 1589 : il devint alors le monument central de la piazza del Popolo nouvellement aménagée autour de lui. Elle fut rénovée par Giuseppe Valadier en 1793, puis à nouveau entre 1816 et 1824 [réf. souhaitée].

 
Piazza del Popolo, vers 1855. Carte stéréoscopique prise en deux temps.

NotesModifier

Articles liésModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

LiensModifier

BibliographieModifier

  • J. J. Gloton, « Les obélisques romains de la Renaissance au néo-classicisme », Mélanges d'archéologie et d'histoire de l'École française de Rome, 73 (1961), pp. 437-469.
  • Labib Habachi, The Obelisks of Egypt, skyscrapers of the past, American University in Cairo Press, 1985 (ISBN 977-424-022-7)
  • Filippo Coarelli, Guide archéologique de Rome, Hachette, 1998 (ISBN 2-01-235428-9)