OSS 117 : Alerte rouge en Afrique noire

film de Nicolas Bedos, sorti en 2021

OSS 117 : Alerte rouge en Afrique noire ou OSS 117: Bons Baisers d'Afrique au Québec[1] est une comédie d'espionnage française réalisée par Nicolas Bedos et sortie en 2021.

OSS 117 :
Alerte rouge en Afrique noire
Description de cette image, également commentée ci-après
Logo du film.
Réalisation Nicolas Bedos
Scénario Jean-François Halin
Musique Anne-Sophie Versnaeyen
Nicolas Bedos
Acteurs principaux
Sociétés de production Mandarin Cinéma
Gaumont
M6 Films
Pays de production Drapeau de la France France
Genre Comédie d'espionnage
Durée 116 minutes
Sortie 2021

Série OSS 117

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution.

Il s'agit du onzième film mettant en scène le personnage d'OSS 117 et du troisième volet de la saga parodique portée par l'acteur Jean Dujardin, dont les deux premiers films, Le Caire, nid d'espions (2006) et Rio ne répond plus (2009), avaient été réalisés par Michel Hazanavicius.

Synopsis

modifier

Après sa fuite réussie d'Afghanistan, Hubert Bonisseur de La Bath, également connu sous le nom d'OSS 117, se voit confier un poste de bureau comme opérateur informatique par le chef du renseignement français, Armand Lesignac, opérant en tant que comptable fiscal de l'agence. Cependant, après la disparition d'un agent sur le terrain, Hubert est immédiatement convoqué pour se rendre en Afrique et retrouver son collègue, qui devait rencontrer le président du pays, Koudjo Sangawe Bamba, mais aucun contact n'a été établi.

Hubert se rend en Afrique et rencontre le président Bamba, qui garde près de lui des clones et des doublures en cas de tentative d'assassinat. Bamba informe Hubert de l'instabilité politique du pays, des tentatives de coup d'État contre son régime par de nombreux groupes opposants, et de son mécontentement que l'agent précédemment envoyé n'ait pas assisté à la réunion, manquant de respect. Avec l'influence du communisme qui se répand sur le continent, le président demande à Hubert de localiser la source et de déjouer toute révolution potentielle, surtout lorsque les intérêts du gouvernement français sont alignés avec le règne de Bamba. Dans le cadre de leur alliance, Hubert commence son enquête en suivant Léon Nkomo, un des principaux hommes de Bamba, et observe un échange suspect avec une partie non identifiée au palais présidentiel. Après avoir interrogé sans succès Nkomo, Hubert est piégé par un escroc, ce qui conduit à son arrestation par la police locale.

En prison, Hubert reconnaît l'agent disparu, Serge, et compromet imprudemment sa couverture en le réprimandant négligemment pour ne pas avoir rencontré le président Bamba, l'empêchant ainsi d'infiltrer l'opposition. Après une brève émeute, les deux hommes sont officiellement acquittés des charges sur ordre du président et libérés. Serge essaie de comprendre le but de l'acte d'Hubert, se demandant s'il s'agit d'incompétence et de stupidité pure, ou d'une ingéniosité profonde dans la planification. Il informe Hubert qu'il a appris qu'un marchand d'armes français, Roland Lépervier, organise un accord avec une rébellion souterraine. Ils le suivent jusqu'à un quai où il fait entrer des armes en contrebande dans des conteneurs et Serge place un traceur sur l'un des envois. Ils concluent par analyse que Lépervier n'agit pas seul, étant à peine un intermédiaire, et que les armes sont en réalité fournies par l'Union Soviétique pour soutenir leur révolution.

Le lendemain matin, utilisant le dispositif de traçage de Serge, ils se dirigent vers l'entrepôt de Lépervier, combattant des rebelles hostiles en cours de route, ils placent des charges explosives sur les conteneurs et s'échappent juste à temps avant qu'ils n'explosent, tuant Lépervier dans la déflagration. En essayant de retrouver leur chemin vers la ville, Serge reproche à Hubert son comportement condescendant persistant après que ce dernier l'ait averti de ne pas perturber le marais où se trouvent des crocodiles. Alors qu'il ignore les avertissements d'Hubert et continue de le provoquer, un crocodile entraîne Serge dans le marais, entraînant sa mort présumée.

Peu de temps après, Hubert est capturé par la rébellion souterraine et découvre qu'elle est dirigée par Zéphyrine Bamba, la femme du président. En lui expliquant la situation de son pays, elle lui révèle la cruauté et les motivations corrompues de son mari, animé par le pouvoir et la cupidité, tout en laissant ses compatriotes souffrir de pauvreté et d'oppression. Elle dévoile son véritable plan consistant à avoir les Soviétiques comme alliés, croyant que le communisme instaurera l'égalité parmi le peuple. Hubert semble sympathiser avec son pacifisme, ce qui mène à une nuit romantique entre eux, seulement pour que la mentalité coloniale d'Hubert entrave la compréhension mutuelle qu'ils semblaient avoir et suscite des tensions hostiles entre eux, aboutissant à sa réincarcération. Hubert, cependant, neutralise un garde, vole son déguisement et s'échappe du camp rebelle.

Acceptant l'invitation du président à la soirée formelle qu'il organise dans son palais à la suite de sa réélection, il retrouve Zéphyrine et tente de regagner sa confiance, promettant qu'il essaiera d'influencer les décisions du président pour qu'elles soient justes et bienveillantes envers le peuple. Après avoir assuré au président la neutralisation du coup d'État, Hubert tente de le convaincre de changer ses méthodes. Le président Bamba analyse une offre qui lui a été faite par l'Union Soviétique et se prépare à accepter leur alliance plutôt que celle avec les Français, préférant le nouvel accord malgré le maintien de sa position sur sa politique sociale. Un Hubert bouleversé révèle accidentellement que Zéphyrine est la chef de la révolution échouée, lui valant une condamnation à mort pour haute trahison. Zéphyrine assassine Bamba et la plupart de ses clones jusqu'à ce qu'Hubert l'empêche de tuer le dernier, car il maintiendra son alliance avec le gouvernement français. Le clone de Bamba ordonne à ses hommes d'emmener Zéphyrine, Hubert ignorant qu'ils continueront avec sa sentence, se moquant d'elle pour être "trop dramatique".

Hubert retourne en France et apprend d'Armand que Zéphyrine s'est échappée avec l'aide des Soviétiques et a repris sa position de leader de la rébellion à plein temps. Il reçoit l'ordre de se rendre en URSS où elle s'est réfugiée et de la traquer dans l'intention de la traduire en justice. Lors de son départ, Hubert se vante auprès d'Armand qu'il ne peut être remplacé, peu importe combien de nouveaux agents arrivent, lui disant qu'"il y aura toujours un OSS 117".

La scène mi-générique révèle que Serge a d'une manière ou d'une autre survécu, rampant dans une jungle africaine après que ses jambes aient été déchiquetées par les crocodiles.

Fiche technique

modifier

Distribution

modifier

Production

modifier

Genèse et développement

modifier

En 2014, Jean Dujardin déclare être partant pour incarner une troisième fois Hubert Bonisseur de La Bath[3]. En 2018, le réalisateur des deux premiers films Michel Hazanavicius confirme qu'il n'en sera pas le réalisateur[4]. Il explique ne pas avoir été séduit par le scénario et qu'il est sur un autre projet, Le Prince oublié[5]. En , Nicolas Bedos est annoncé comme réalisateur du film[6].

Le titre du film est annoncé en [7],[8].

Pierre Niney est annoncé en octobre 2019[9].

Tournage

modifier

Le tournage se déroule du [10] au [11] à Paris et au Kenya[12].

C'est le dernier film du comédien Wladimir Yordanoff, qui meurt le à l'âge de 66 ans.

Musique

modifier
OSS 117 : Alerte rouge en Afrique noire

Bande originale de Anne-Sophie Versnaeyen et Nicolas Bedos
Sortie [13]
Durée 50:04
Genre musique de film
Label Milan Records

La musique du film est composée par Anne-Sophie Versnaeyen et Nicolas Bedos, qui succèdent à Ludovic Bource. Anne-Sophie Versnaeyen avait déjà collaboré avec le réalisateur sur ses deux précédents longs métrages, Monsieur et Madame Adelman (2017) et La Belle Époque (2019).

Nicolas Bedos explique avoir écouté de nombreuses musiques de films des années 1980 pour préparer le film : « Durant la prépa, Jean et moi nous envoyions des musiques de Bill Conti, Marvin Hamlisch, John Williams, Peter Hamilton et d'autres grands compositeurs des années 80, pour s'imprégner de l'ambiance ». Pour la chanson du générique d'entrée, From Africa with Love, Nicolas Bedos déclare : « La chanson du générique s'inspire des tubes ringards des années 80 tout en parodiant l'esprit Goldfinger[13] ».

Liste des titres[14]
  1. Le bunker (2:19)
  2. Évasion (1:16)
  3. From Africa with Love (2:20) (interprété par Indy Eka)
  4. Retour d'Hubert (1:20)
  5. L'informatique (0:46)
  6. Hubert dactylo (0:53)
  7. Départ en mission (0:53)
  8. L'Afrique ! (1:21)
  9. Accueil discret (0:42)
  10. Hall d'hôtel (0:44)
  11. Micheline (0:58)
  12. Zéphyrine (0:55)
  13. Filature de Léon (1:09)
  14. La panne (2:14)
  15. Le serpent (0:57)
  16. Chez Léon (1:58)
  17. En prison (1:19)
  18. Le Baobab Select (0:44)
  19. Les caisses (0:41)
  20. Course poursuite (1:41)
  21. Les lions (1:07)
  22. Les espions (2:37)
  23. La bombe (2:13)
  24. Pris au piège (1:52)
  25. Nostalgie (0:45)
  26. Camp des rebelles (2:31)
  27. Évasion du camp (0:44)
  28. Dernière Bataille (1:13)
  29. Retour au palais (1:06)
  30. Leon, un félon ! (1:24)
  31. Quelle journée (1:15)
  32. Superman (2:36) (interprété par les Commodores)
  33. Le Freak (2:51) (interprété par Tessa B.)
  34. L'Armée rouge est la plus forte (2:42) (interprété par les Chœurs de l'Armée rouge)

Sortie et accueil

modifier

Date de sortie

modifier

En , il est annoncé que le film sortira en France le [15]. Le , Gaumont annonce que la sortie est repoussée au [16], avant d'annoncer en mars 2021 que la sortie est repoussée à une date indéterminée en raison du prolongement de la fermeture des salles de cinémas françaises. Le 25 mars, une nouvelle date de sortie est annoncée : le [17].

Accueil critique

modifier

En France, le film obtient une note moyenne de 2,85 sur le site AlloCiné, qui recense 32 titres de presse[18]. Du côté des avis positifs, Olivier De Bruyn du magazine Marianne écrit notamment « Avec son mauvais esprit et son sens très sûr de l’humour noir, OSS 117 : Alerte rouge en Afrique noire remplit son contrat et honore un genre, la comédie populaire, souvent maltraité par les cyniques et plébiscité par le public. Un “genre de films” qui fait assurément du bien. » Pour Caroline Vié de 20 Minutes « Nicolas Bedos tape sur le politiquement correct avec une belle énergie » avec un film qui « reste fidèle à l’esprit de la saga. » Anthony Jammot de Culturebox écrit quant à lui « peu importe l'évolution des mœurs, OSS 117 reste le même macho, raciste et arrogant et fait toujours recette auprès des mordus d'humour irrévérencieux ». Dans La Voix du Nord, Christophe Caron admet que « cet opus n’est sans doute pas au niveau des deux précédents » mais souligne que Nicolas Bedos « avait le bon profil pour perpétuer ce festival de blagues douteuses et jouissives tout en assurant le spectacle. On a bien rigolé, et on n’a même pas eu honte[18]. »

Du côté des avis négatifs, Marilou Duponchel des Inrockuptibles écrit notamment « Le film reconduit fidèlement et assez maladroitement parce que sans véritable inspiration, ni sens du rythme, les ingrédients qui avaient fait le sel réac, raciste, homophobe et misogyne de ses prédécesseurs. » Gérard Crespo du site aVoir-aLire.com regrette un manque de « verve et d’irrévérence ». Dans le magazine Première, Thierry Chèze remarque que « chaque vanne audacieuse ou gonflée sur l’Afrique et les Africains » est suivie « par une scène qui ressemble à une justification ou une excuse. Tout l’inverse des deux premiers volets qui affrontaient les questions du racisme et de l’antisémitisme par la seule arme de l’absurde, sans se soucier du qu'en-dira-t-on. » Dans Libération, on peut notamment lire « tout, des gags à la plastique de l’affaire, y transpire l’effort et la frime mais semble conspirer à une tiédeur généralisée –, et jamais l’entreprise n’y trouve sa rythmique, pas plus que le lieu assumé de son rire ». Céline Rouden de La Croix écrit notamment « si le scénariste Jean-François Halin n’a rien perdu de sa verve et cisèle une fois de plus quelques répliques cultes, le tout manque de rythme et d’entrain[18]. »

Box-office

modifier

Pour son premier jour d'exploitation en France, le film prend la tête du box-office avec 210 052 entrées, dont 59 282 réalisées lors d'avant-premières[19].

Au 1er octobre 2021, le film a enregistré 1 598 831 entrées en France[20] soit le plus bas score de la trilogie.

Pays ou région Box-office Date d'arrêt du box-office Nombre de semaines
  France 1 619 109 entrées[21] 13

  Total mondial 13 307 437 $ - -

Anecdotes

modifier

Trois comédiens de la série Au service de la France reprennent leur rôle : il s'agit des personnages de Roger Moulinier, Jacky Jacquard et Jean-René Calot. Ils apparaissent en clin d'oeil à cette série se déroulant dans le même univers parodique.

Notes et références

modifier
  1. Laurence Fournier, « Ce que vous pourrez voir d'intéressant au cinéma durant les 4 prochains mois », sur www.cinoche.com (consulté le )
  2. « JP BOX-OFFICE VERSION MOBILE > OSS 117: Alerte rouge en Afrique noire », sur jpbox-office.com, (consulté le )
  3. « Jean Dujardin : partant pour retrouver OSS 117 et Brice de Nice ! », sur AlloCiné, (consulté le )
  4. « OSS 117 : pas d'épisode 3 pour Michel Hazanavicius ? », sur AlloCiné, (consulté le )
  5. « OSS 117 3 : Michel Hazanavicius "n'aime pas le scénario" et confirme qu'il ne réalisera pas le film », sur AlloCiné, (consulté le )
  6. « OSS 117 : Nicolas Bedos va réaliser le 3e opus de la saga avec Jean Dujardin », sur AlloCiné, (consulté le )
  7. « OSS 117 3 : on connaît enfin le titre de la suite ! », sur AlloCiné (consulté le )
  8. « Le titre délicieusement ringard du nouvel OSS 117 vient d'être dévoilé », sur lefigaro.fr, (consulté le )
  9. L. B., « Pierre Niney rejoint le casting d'"OSS 117 : Alerte rouge en Afrique noire" », sur 20 Minutes,
  10. « Nicolas Bedos : "Le tournage du nouvel OSS 117 débute dans deux semaines" », sur Europe 1, (consulté le )
  11. Jérôme Lachasse, « OSS 117: JEAN DUJARDIN ET NICOLAS BEDOS ANNONCENT LA FIN DU TOURNAGE DU TROISIÈME VOLET », sur bfmtv.com, (consulté le )
  12. https://www.linternaute.com/cinema/tous-les-films/1261449-oss-117-3-la-suite-a-une-date-de-sortie-mais-il-va-falloir-etre-patient/
  13. a et b « OSS 117 : Alerte rouge en Afrique noire (2021) », sur Cinézik (consulté le )
  14. (en) OSS 117: Alerte rouge en Afrique noire - Soundtrack.net
  15. « OSS 117 3 : la date de sortie ! », sur AlloCiné (consulté le )
  16. « https://twitter.com/gaumont/status/1331189864692322304 », sur Twitter (consulté le )
  17. « La sortie du nouvel OSS 117, Alerte Rouge en Afrique Noire repoussée en août », sur France Info, (consulté le )
  18. a b et c « OSS 117 : Alerte rouge en Afrique noire - critiques presse », sur AlloCiné (consulté le )
  19. « 1er jour France : OSS 117 3 dynamite le box-office », sur Allociné, (consulté le )
  20. « Box-office OSS 117 : Alerte rouge en Afrique noire », sur JP's box-office (consulté le )
  21. « OSS 117 : Alerte rouge en Afrique noire », sur JPbox-office.com

Annexes

modifier

Bibliographie

modifier
  • David Fontaine, « OSS 117 : Alerte rouge en Afrique noire (Le retour de l'espion qu'on aimait) », Le Canard enchaîné, SAS Les Éditions Maréchal - Le Canard enchaîné, Paris, , p. 6, (ISSN 0008-5405)

Articles connexes

modifier

Liens externes

modifier

Sur les autres projets Wikimedia :