OK-GLI
Description de cette image, également commentée ci-après
OK-GLI actuellement exposé au musée des techniques de Spire.
Caractéristiques
Date de construction 1984
Performances
Nombre de vols 25
Temps passé dans l'espace 0

L'appareil OK-GLI (Bourane Analog BTS-02) est un véhicule d'essai soviétique (Bourane aerodynamic analogue) du programme de la navette spatiale Bourane. Il a été construit en 1984, et a été utilisé pour 25 vols tests entre 1985 et 1988 avant d'être retiré. Il est maintenant exposé au musée des techniques de Spire en Allemagne.

ConstructionModifier

Le développement de Bourane a commencé au début des années 1970 comme une réponse au programme de la navette spatiale américaine. La construction des navettes a commencé en 1980 et en 1984 le premier Bourane à grande échelle a été déployé. Le premier vol d'essai suborbital d'une maquette a eu lieu en . Comme le projet avançait, cinq vols supplémentaires de maquettes ont été réalisées.

Le véhicule d'essai OK-GLI (Bourane Analog BTS-02 ou « Bourane analogique aérodynamique ») a été construit en 1984. Il est équipé de quatre réacteurs Lyulka AL-31 montés à l'arrière (le réservoir de carburant pour les moteurs occupe un quart de la soute). Cette navette Bourane pouvait décoller par ses propres moyens, comme un véritable avion, pour effectuer ses vols d'essais, contrairement à la navette de test équivalente du programme américain, Enterprise, qui est entièrement sans moteur et était lancée depuis un avion porteur.

Les réacteurs étaient utilisés pour décoller d'une piste d'atterrissage normale, et une fois qu'OK-GLI avait atteint un point désigné, les moteurs étaient coupés et OK-GLI retournait sur Terre en planant. Cela a fourni de précieuses informations sur les caractéristiques de pilotage manuel ou automatique de la conception Bourane.

Vols d'essaiModifier

Neuf essais de roulage et vingt-cinq vols d'essai d'OK-GLI ont été réalisés[1], après quoi la navette a été « usée ». Tous les tests et les vols ont été effectués à Baïkonour.

Date Description Vitesse maximale Altitude maximale Temps Équipages / Notes[2]
Essai de roulage 1 45 km/h 5 minutes Rimantas Stankevičius, Igor Volk
Essai de roulage 2 200 km/h 14 minutes Rimantas Stankevičius, Igor Volk
Essai de roulage 3 270 km/h 12 minutes Rimantas Stankevičius, Igor Volk
Essai de roulage 4 300 km/h Rimantas Stankevičius, Igor Volk
Vol 1 480 km/h 1 500 m 12 minutes Rimantas Stankevičius, Igor Volk
Essai de roulage 5 170 km/h 12 minutes Rimantas Stankevičius, Igor Volk
Vol 2 520 km/h 3 000 m 36 minutes Rimantas Stankevičius, Igor Volk
Essai de roulage 6 14 minutes Anatoli Levchenko, Alexandr Shchukin
Vol 3 540 km/h 4 000 m 23 minutes Rimantas Stankevičius, Igor Volk
Vol 4 530 km/h 4 000 m 22 minutes Rimantas Stankevičius, Igor Volk
Vol 5 600 km/h 4 500 m 25 minutes Anatoli Levchenko, Alexandr Shchukin
Vol 6 650 km/h 5 000 m 23 minutes Anatoli Levchenko, Alexandr Shchukin
Vol 7 700 km/h 4 000 m 24 minutes Rimantas Stankevičius, Igor Volk. Premier atterrissage automatique.
Vol 8 750 km/h 6 000 m 17 minutes Rimantas Stankevičius, Igor Volk
Vol 9 17 minutes Anatoli Levchenko, Alexandr Shchukin
Vol 10 28 minutes Rimantas Stankevičius, Igor Volk
Vol 11 19 minutes Rimantas Stankevičius, Igor Volk
Essai de roulage 7 2 minutes Anatoli Levchenko, Alexandr Shchukin
Essai de roulage 8 25 minutes Anatoli Levchenko, Alexandr Shchukin
Vol 12 20 minutes Anatoli Levchenko, Alexandr Shchukin
Vol 13 19 minutes Rimantas Stankevičius, Igor Volk
Vol 14 21 minutes Alexandr Shchukin, Igor Volk. Atterrissage automatique.
Vol 15 19 minutes Ivan Bachurin, Aleksei Boroday
Vol 16 Rimantas Stankevičius, Igor Volk
Vol 17 Ivan Bachurin, Aleksei Boroday
Vol 18 22 minutes Rimantas Stankevičius, Igor Volk
Vol 19 32 minutes Rimantas Stankevičius, Igor Volk
Vol 20 Ivan Bachurin, Aleksei Boroday
Vol 21 Ivan Bachurin, Aleksei Boroday
Vol 22 Ivan Bachurin, Aleksei Boroday
Vol 23 20 minutes Rimantas Stankevičius, Igor Volk
Vol 24 Rimantas Stankevičius, Igor Volk
Vol 25 19 minutes Rimantas Stankevičius, Igor Volk
Essai de roulage 9 Rimantas Stankevičius, Viktor Zabolotski

Après la retraiteModifier

Après que le programme a été annulé, OK-GLI a été entreposé à la base aérienne de Joukovski, près de Moscou, où il a été exposé pendant la session annuelle du Salon international aérospatial de Moscou. En 2000, Bourane Analog a été vendu à une compagnie australienne appelée Buran Space Corporation (BSC), détenue par l'astronaute australien Paul Scully-Power. Il a été démonté et transporté par bateau à Sydney, en Australie via Göteborg, en Suède[3], arriva le , et apparut comme une attraction touristique statique sous une grande structure provisoire à Darling Harbour (en) pour quelques années[4],[5].

 
OK-GLI sur en route vers Spire sur le Rhin près de Bonn.
 
OK-GLI lors de son dernier voyage, vers le musée des techniques de Spire.

Après remontage, OK-GLI a été exposé dans un abri temporaire pour les Jeux olympiques de 2000 à Sydney. Les visiteurs pouvaient se promener autour et à l'intérieur du véhicule (une passerelle a été construite le long de la soute de la navette), et les plans ont été mis en place pour une tournée de plusieurs villes d'Australie et d'Asie. Les propriétaires, cependant, ont fait faillite après les Jeux olympiques, et le véhicule a été déplacé à l'air libre et stocké pendant un an, dans une aire de stationnement et protégé par rien de plus qu'une grande bâche, où il a subi une détérioration et du vandalisme répété[6].

Le véhicule d'essai OK-GLI a ensuite été proposé à la vente, y compris par une vente aux enchères sur la radio de Los Angeles News 980 KFWB-AM avec un prix de départ de 6 millions de dollars[7], toutefois, il n'a reçu aucune offre réelle[8]. En , une équipe de journalistes allemande a retrouvé la navette OK-GLI au Bahreïn[9]. Il fut ensuite acheté par le Sinsheim Auto & Technik Museum, devant être acheminé vers l'Allemagne en 2005[10]. En raison de problèmes juridiques, il est resté au Bahreïn pendant cinq ans, en attendant le règlement d'une transaction judiciaire internationale sur les honoraires[11].

Le , l'OK-GLI a commencé son voyage par la mer vers le musée des techniques de Spire où il a été rénové et sert d'exposition[12].

Le voyage connut un début inquiétant lorsque, pendant le transfert de la barge de stockage au navire, il y eut une défaillance du mécanisme de levage qui fit tomber la queue de la navette du dessus de la hauteur du pont au fond de la cale. Personne ne fut blessé, et le navire et comme la navette ne souffrirent que de dommages mineurs.

Notes et référencesModifier

  1. (en) « Buran Energia Timeline History », Krzys Kotwicki (consulté le )
  2. (en) « Buran Analogue Chronology », astronautix.com (consulté le )
  3. (en) « Transporting the Russian Space shuttle Buran »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), ProCargo (consulté le )
  4. (en) « Buran Analogue/002 in Sydney » (consulté le )
  5. (en) « Russian shuttle lands down under », collectSpace, (consulté le )
  6. (en) « Analog Buran Test Vehicle » (consulté le )
  7. (en) Jim Banke, « Russian Shuttle Buran, Slightly Used, Goes Up for Auction Today », Space.com, (consulté le )
  8. (en) Jim Banke, « Auction Fails to Sell Buran, Russian Shuttle Remains Available », Space.com, (consulté le )
  9. (en) « Kurioser Fund: Sowjet-Shuttle am Persischen Golf aufgetaucht (trans. "Strange find: Soviet shuttle found at Persian Gulf") », (consulté le )
  10. (en) « Sinsheimer Museum kauft den Sowjet-Shuttle (trans. "Sinsheimer museum buys a Soviet shuttle") », (consulté le )
  11. (en) « Russian Space Shuttle Navigates Rhine River », Der Spiegel,‎ (lire en ligne, consulté le )

Pour en savoir plusModifier

  • Heinz Elser, Margrit Elser-Haft, Vladim Lukashevich: Buran - History and Transportation of the Russian Space shuttle OK-GLI to the Technik Museum Speyer, two Languages: German and Englisch, 2008 (ISBN 3-9809437-7-1)

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :