O-Train
Image illustrative de l’article O-Train

Image illustrative de l’article O-Train
Une rame d'Alstom Citadis près de la station Bayview sur la ligne de la Confédération.

Situation Ottawa
Drapeau de l'Ontario Ontario

Drapeau du Canada Canada

Type Métro léger
Entrée en service 15 octobre 2001
Longueur additionnée des lignes 20,5 km
Lignes 2
Stations 17
Véhicules Alstom Citadis, Alstom Coradia LINT
Écartement des rails 1 435 mm
Exploitant OC Transpo
Lignes du réseau  1  - Ligne de la Confédération
 2  - Ligne Trillium
Réseaux connexes Transitway

Image illustrative de l’article O-Train
Plan du réseau

L'O-Train est un réseau de métro léger à Ottawa, en Ontario (Canada) opéré par OC Transpo. Le réseau comporte une ligne est-ouest, la ligne de la Confédération, ainsi qu'une ligne nord-sud, la ligne Trillium.

DénominationModifier

Le nom du système est proposé par une agence de publicité d'Ottawa travaillant pour OC Transpo. Le nom « O-Train est basé sur le morceau Take the 'A' Train de Duke Ellington, qui fait référence à ligne A du métro de New York . Comme Ottawa est une ville bilingue de facto, le nom devait fonctionner en anglais et en français. Il survit à un concours interne de dénomination d’OC Transpo et est adopté peu après[1],[2].

De sa création jusqu'en 2014, le terme « O-Train » fait initialement référence à l'unique ligne ferroviaire de la capitale nationale du Canada. Avec la construction d'une deuxième ligne, la marque O-Train est étendue au réseau de métro léger et la ligne d'origine est renommée « Ligne Trillium »[1].

Vue d'ensembleModifier

L'O-Train est composé de deux lignes fonctionnant en site propre infranchissable[note 1].

La ligne de la Confédération, ou ligne 1, est une ligne à alimentation électrique reliant l’ouest à l'est de la ville, de Tunney's Pasture à Blair. Les correspondances avec la ligne Trillium sont possibles à la Bayview, à l'ouest du centre-ville, tandis que les correspondances avec le réseau de Transitway sont possibles à Tunney's Pasture, Hurdman et Blair. À l'exception de quatre stations, la ligne est surtout en tranchée ou aérienne, utilisant l'ancienne emprise de bus à haut niveau de service du Transitway[3].

La ligne Trillium, ou ligne 2, est une ligne à alimentation diésel reliant le sud et le nord de la ville de Greenboro à Bayview, où les correspondances avec la ligne Trillium sont possibles. Bien que la ligne soit parallèle au corridor sud-est du Transitway, les correspondances avec le réseau de BHNS ne sont possible qu'à Greenboro[4].

Ligne Caractéristiques
 

 

Tunney's Pasture ↔ Blair
Ouverture / Fermeture
/ —
Longueur
12,5 km
Durée
Nb. d’arrêts
13
Matériel
Alstom Citadis Spirit
Jours de fonctionnement
LMaMeJVSD
Jour / Soir / Nuit / Fêtes
O / O / N / O
Voy. / an
Dépôt
Belfast
Desserte : Tunney's Pasture, Bayview, Pimisi, Lyon, Parlement, Rideau, uOttawa, Lees, Hurdman, Tremblay, St-Laurent, Cyrville, Blair
Autre :
 

 

Greenboro ↔ Bayview
Ouverture / Fermeture
/ —
Longueur
km
Durée
16[5] min
Nb. d’arrêts
5
Matériel
Alstom LHB Coradia LINT 41
Jours de fonctionnement
LMaMeJVSD
Jour / Soir / Nuit / Fêtes
O / O / N / O
Voy. / an
3 012 million[6]
Dépôt
Walkley
Desserte : Greenboro, Mooney's Bay, Carleton, Carling, Bayview
Autre :

HistoriqueModifier

 
Les infrastructures mises en place lors du projet pilote sont rudimentaires.

Projet piloteModifier

L'O-Train est lancé le 15 octobre 2001 en tant que projet pilote visant à offrir une solution de remplacement au réseau de bus à haut niveau de service dont Ottawa a fait en 1983 l'épine dorsale de son réseau de transport en commun[7],[8].

Le système utilise trois rames automotrices alimentée au diesel et à plancher bas. Utilisant une voie ferrée désertée par le Canadien Pacifique, l'O-Train est légalement constitué en ligne de chemin de fer principale[9],[10]. On le décrit souvent comme un «train léger», puisqu'il est prévu à l'origine d'en faire un tram-train[10].

La construction des stations et une voie d'évitement, pour permettre aux deux trains de circuler dans les deux directions, ont été réalisées au coût de 21 millions de dollars. La ligne emploie les rames diesel afin d'éviter les coûts de l'électrification[7],[8].

Projet abandonné de 2006Modifier

 
Projet adopté en 2006 et abandonné.

Le , le conseil municipal d'Ottawa a adopté un projet de tram-train à double voie. Ce projet aurait exigé la suppression du service de train léger diesel sur l'actuelle ligne Trillium afin d'utiliser son emprise, puis prolonger le trajet depuis Bayview vers le centre-ville, via les rues, puis, de là, vers l'université d'Ottawa, via le Transitway. Vers le sud, le prolongement aurait dû se faire depuis Greenboro vers les banlieues de Riverside South et Barrhaven[11]. La construction devait commencer à l'automne 2006 et devait se terminer à l'automne 2009. La nouvelle ligne aurait utilisé des rames électriques Siemens S70 Avanto[12].

En 2006, après l'élection de Larry O'Brien à la mairie, le conseil municipal débat avec trois options : le statu quo, la coupure de certaines sections ou l'abandon complet[13]. Faisant face à ces choix, le nouveau maire Larry O'Brien optait pour la conservation de la partie sud-ouest tout en laissant tomber celle vers le centre-ville qui aurait pu causer des problèmes de circulation. Certains conseillers avait introduit des modifications à ce dernier tracé afin de faire passer le O-Train dans des tunnels au coût de 500 millions de dollars supplémentaires[14]. Le conseil vote à 12 contre 11 en faveur de la proposition du maire tout en laissant la porte ouverte à une étude au sujet des tunnels mais la part des fonds nécessaire à la construction venant des gouvernements provincial et fédéral n'est pas confirmée à la date de signature du contrat et O'Brien retire son accord. Le conseil municipal annule finalement le projet à 13 contre 11[15].

 
Les infrastructures du projet pilote sont améliorées en vue de la pérennisation du service.


Pérennisation de la ligne TrilliumModifier

En 2014, des travaux majeurs sont annoncés pour pérenniser la ligne Trillium[16], notamment en remplaçant les abri et en ajoutant des édicules munis de salle de contrôle aux stations. Les salles de contrôles comprennent des portillons d'accès avec lecteur de carte à puce permettant l'introduction d'un nouveau mode de paiement[17]. Des écrans sont aussi ajoutés afin d'annoncer les horaires des lignes[18],[19]. Les édicules sont inaugurés en novembre 2017[17].

 
Une seconde ligne s'ajoute au réseau en 2019.

Ligne de la ConfédérationModifier

Le 19 décembre 2012, le conseil municipal approuve à l'unanimité la construction d'une seconde ligne d'O-Train, la ligne de la Confédération, d'une longueur de 12,5 kilomètres avec 13 stations entre Tunney's Pasture et Blair. La ligne serait érigée dans l'emprise existante du Transitway, à l'exception du centre-ville, où un tunnel et des stations souterraines devraient être construites[20].

La ligne de la Confédération est inaugurée le 14 septembre 2019[21].

Selon la ville d'Ottawa, la Ligne de la Confédération représente le plus important projet d’infrastructure de transport d’Ottawa depuis la construction du canal Rideau[21].

Prolongements prévusModifier

 
Les travaux de prolongement en cours permettront de rejoindre l'aéroport international Macdonald-Cartier avec l'O-Train.

Étape 2Modifier

L'« Étape 2 » est un projet de la ville d'Ottawa qui doit prendre la suite de la construction de la ligne de la Confédération. Il consiste à construire 39 kilomètres de chemin de fer et 23 nouvelles stations supplémentaires.

Les travaux de l’Étape 2 commencent en 2019. À la fin des travaux en 2023, 70 % de la population d'Ottawa se trouvera à moins de cinq kilomètres du train[22],[23].

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Il existe deux jonctions (en) avec les voies ferrées de la subdivision Beachburg de Via Rail Canada et de l'embranchement Walkley du Canadien National.

RéférencesModifier

  1. a et b « O-Train name approved for Ottawa light rail system », CBC News Network, (consulté le 29 décembre 2014)
  2. (en) Tom, « Rolling into the future with a classic Acart brand #tbt », sur acart.com (consulté le 31 octobre 2019)
  3. « Confederation Line », City of Ottawa, (consulté le 15 juin 2015)
  4. « Service O-Train élargi | OC Transpo », sur www.octranspo.com (consulté le 31 octobre 2019)
  5. (fr) « Ligne Trillium de l’O-Train », OC Ttanspo (consulté le 10 août 2015)
  6. (en) « Transit Ridership Report Fourth Quarter and End-of-Year 2014 » [PDF], American Public Transportation Association (APTA) (via: http://www.apta.com/resources/statistics/Pages/ridershipreport.aspx ), (consulté le 19 juin 2015), p. 33
  7. a et b Geoff Noxon, O-Train : Projet d’un train léger sur rail, Ottawa, Transport Canada, coll. « Études de cas sur le transport durable », , 9 p. (lire en ligne)
  8. a et b R.T. Leclair, General Manager/Directrice général, Transportation, Utilities and Public Works/Transport, services et travaux publics, « Report to/Rapport au: Transportation and Transit Committee/ Comité de transport & des services de transport en commun and Council/et au Conseil », sur app06.ottawa.ca, (consulté le 27 octobre 2019)
  9. Transport Canada Government of Canada, « Railway Operating Certificates », sur www.tc.gc.ca, (consulté le 31 octobre 2019)
  10. a et b (en-GB) « Ottawa Light Transit System », sur Railway Technology (consulté le 31 octobre 2019)
  11. (fr) « Carte du réseau de transport en commun », Ville d'Ottawa (consulté le 27 juin 2007)
  12. (fr) « Tronçon Nord-Sud : Rapports du Conseil et des comités », Ville d'Ottawa (consulté le 27 juin 2007)
  13. (en) « City fears $1B LRT lawsuit », Ottawa Sun (consulté le 27 juin 2007)
  14. (en) « Council talks LRT one more time », Ottawa Business Journal (consulté le 27 juin 2007)
  15. (en) « Ottawa council kills light rail project », Canadian Broadcasting Corporation (consulté le 27 juin 2007)
  16. (en-CA) Jon Willing, « Big O-Train maintenance contract up for grabs », Ottawa Sun, (consulté le 28 octobre 2019)
  17. a et b « OC Transpo launches new fare gates | CTV News Ottawa », sur ottawa.ctvnews.ca (consulté le 28 octobre 2019)
  18. « OC Transpo new bus arrival screens at Greenboro | CTV News Ottawa », sur ottawa.ctvnews.ca (consulté le 30 octobre 2019)
  19. (en) « OC Transpo going digital with new information signs », CBC News,‎ (lire en ligne)
  20. « Confederation Line », City of Ottawa, (consulté le 15 juin 2015)
  21. a et b (fr) « Ligne de la confédération », Ville d'Ottawa (consulté le 8 août 2015)
  22. (fr) « Étape 2 », Ville d'Ottawa (consulté le 7 août 2015)
  23. Plan de l'Étape 2

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier