Mobutu Nzanga

personnalité politique congolais (RDC)
(Redirigé depuis Nzanga Mobutu)

François-Joseph Mobutu Nzanga Ngbangawe, né le [Où ?] à Kinshasa, est un homme politique congolais, fils aîné de Mobutu Sese Seko et de sa seconde épouse, Bobi Ladawa. Il est l'actuel président de l'Union des démocrates mobutistes (Udemo) en république démocratique du Congo. Après avoir été ministre de l'Agriculture du gouvernement Gizenga I, il est membre du gouvernement Muzito, en tant que ministre d'État des Besoins sociaux de base jusqu’au .

BiographieModifier

Mobutu est marié à Catherine Bemba, la sœur de Jean-Pierre Bemba, et père de 3 enfants. Il a suivi l'enseignement primaire et secondaire en Belgique où il obtient son diplôme de fin d'études secondaires dans la section économique au collège Saint-Vincent de Soignies. Il a ensuite poursuivi des études en Arts et Sciences (Communications) à l’Université de Montréal ainsi qu'à l’Université Américaine de Paris où il a étudié les relations internationales.

Mobutu occupera successivement les postes de président du Conseil d'administration de la Société zaïroise de Banque (1991 - 1997), conseiller en communication de son père, le président de la République du Zaïre, le maréchal Mobutu Sese Seko (1997), président de la société Aries Communications (1998-2001), administrateur de la société Casa Agricola Solear et est également membre du cercle de réflexion Renaissance en Belgique.

Candidature à l'élection présidentielle de 2006Modifier

Le , Mobutu a annoncé sa candidature pour l’élection présidentielle du où il se retrouve notamment en compétition avec son beau-frère Jean-Pierre Bemba.

Le , Mobutu Nzanga fait partie de la liste provisoire des 32 candidats (dont 4 femmes) retenus pour l'élection présidentielle de 2006 par la Commission électorale indépendante (CEI) de la république démocratique du Congo (RDC). Cette liste doit ensuite être validée par la Cour suprême de Justice. Les 41 autres dossiers de candidature ont été invalidés pour "défaut de paiement de la caution" non remboursable de 50 000 dollars exigée par la loi électorale.

L'Union des démocrates mobutistes de Mobutu Nzanga présente également 187 candidats dans 9 provinces (aucun au Katanga et au Sud-Kivu) pour les élections législatives.

Début , « certains enfants des révolutionnaires martyrs », se déclarant victimes de Mobutu Sese Seko, exigent le retrait de la candidature de Mobutu Nzanga et le menacent d'une forme d’Al-Qaïda si le fils Mobutu ne se retirait pas.

Il arrive en quatrième position au premier tour de l’élection présidentielle avec 4,77 % des voix et est courtisé par les deux premiers : Joseph Kabila et Jean-Pierre Bemba pour leur amener ses voix pour le second tour prévu le . Le , Mobutu Nzanga a finalement décidé de rallier le camp du président Joseph Kabila.

Au gouvernementModifier

Mobutu Nzanga obtient le poste de ministre d’État de l’Agriculture à la nomination du gouvernement Gizenga le et conserve ce poste lors du remaniement du . Le , à la suite de la démission de Gizenga et la formation du gouvernement Muzito, il obtient le poste de vice-Premier ministre, ministre des Besoins sociaux de base, puis ministre de l’Emploi, du Travail et de la Prévoyance sociale lors du remaniement du .

Le , le président de la République Joseph Kabila rend publique sa décision du et brise l’alliance AMP-UDEMO en limogeant Mobutu Nzanga de son poste de vice-Premier ministre[1],[2].

Articles connexesModifier

Notes et référencesModifier

BibliographieModifier

  • « Les 50 personnalités qui font la RD Congo : François-Joseph Nzanga Mobutu, vice-Premier ministre, 40 ans », in Jeune Afrique, nos 2572-2573, du au , p. 32

Liens externesModifier

Articles de presse :