Des numéros de vol sur un afficheur à palettes à l'aéroport de Francfort.

Le numéro de vol est un code alphanumérique, composé du code AITA de la compagnie aérienne et d'un nombre de un à quatre chiffres qui, ensemble, permettent d'identifier avec précision un vol aérien (trajet et horaire)[1], régulier ou charter.

Règles d'attributionModifier

Le numéro de vol est attribué par la compagnie aérienne, qui utilise ses propres conventions de numérotation, et quelquefois même, retient son code OACI à trois lettres en remplacement du code AITA. L'unique règle commune à toutes les compagnies est l'utilisation du nombre suivant le nombre retenu pour l'aller afin de désigner le vol retour[2] : par exemple UA1 correspond à un vol San Francisco-Singapour, et le retour Singapour-San Francisco est désigné sous le numéro UA2.

En cas d'accident aérien, il est de coutume de ne plus utiliser le numéro de vol en cause[2],[3], bien qu'il existe des exceptions[4]. Ainsi, le vol AF212 , qui subit un crash entraînant la mort des ses 52 passagers en mars 1968[5] perdura sous le même numéro et connut l'année suivante un second accident faisant 62 morts dans des circonstances non élucidées[6] sur la même portion de trajet Caracas-Pointe-à-Pitre.

Il arrive qu'un même vol porte plusieurs numéros de vol, notamment en cas de partage de code. Ces numéros de vol sont affichés dans les aéroports, les horaires et les billets.

Exemple : le vol AF 3321 (Air France 3321) qui relie Lisbonne à Nice est exploité par Portugalia sous le numéro NI 920.

RéférencesModifier