Noyelles-en-Chaussée

commune française du département de la Somme

Noyelles-en-Chaussée
Noyelles-en-Chaussée
La mairie et la salle communale.
Blason de Noyelles-en-Chaussée
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Somme
Arrondissement Abbeville
Intercommunalité Communauté de communes Ponthieu-Marquenterre
Maire
Mandat
Bernard Monflier
2020-2026
Code postal 80150
Code commune 80599
Démographie
Gentilé Noyellois, Noyelloises
Population
municipale
240 hab. (2018 en diminution de 6,98 % par rapport à 2013)
Densité 23 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 12′ 32″ nord, 1° 58′ 52″ est
Altitude Min. 58 m
Max. 106 m
Superficie 10,47 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Abbeville
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Rue
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Noyelles-en-Chaussée
Géolocalisation sur la carte : Somme
Voir sur la carte topographique de la Somme
City locator 14.svg
Noyelles-en-Chaussée
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Noyelles-en-Chaussée
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Noyelles-en-Chaussée

Noyelles-en-Chaussée est une commune française située dans le département de la Somme, en région Hauts-de-France. La commune fait partie du projet de parc naturel régional Baie de Somme - Picardie maritime.

GéographieModifier

Noyelles-en-Chaussée est un village-rue qui s'étire le long d'une voie romaine, sur l'axe d'une colline[1]. Situé au nord-est d'Abbeville, entre Crécy-en-Ponthieu et Bernaville, il est desservi par la route départementale 56.

Communes limitrophesModifier

  Brailly-Cornehotte Gueschart  
N Maison-Ponthieu
O    Noyelles-en-Ponthieu    E
S
Gapennes Yvrencheux Yvrench

Transports en commun routiersModifier

La localité est desservie par les lignes de bus du réseau Trans'80 (axe Boufflers - Abbeville), chaque jour de la semaine, sauf le dimanche[2].

UrbanismeModifier

TypologieModifier

Noyelles-en-Chaussée est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[3],[4],[5].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction d'Abbeville, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 73 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[6],[7].

ToponymieModifier

On trouve Nigella en 844 ; Nialla, 1121 ; Noieres, 1160 ; Nigella, 1178 ; Nielles, 1208[8].

Noyelles viendrait du nom d'un lieu humide, le village d'origine étant issu d'une dépression proche. Le complément « en chaussée  » fait référence à la voie romaine qui traversait ce village-rue[9].

HistoireModifier

Politique et administrationModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 2008 Agnès Landrieu    
mars 2008[10] En cours
(au 8 juillet 2020)
Bernard Monflier   Réélu pour le mandat 2020-2026[11]

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[12]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[13].

En 2018, la commune comptait 240 habitants[Note 3], en diminution de 6,98 % par rapport à 2013 (Somme : −0,18 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
642509721734713711721723711
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
694705712594598557528520480
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
467431411378376381375358378
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
363333303297268248258259260
2013 2018 - - - - - - -
258240-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[14] puis Insee à partir de 2006[15].)
Histogramme de l'évolution démographique

EnseignementModifier

Une école maternelle a été installée dans la commune[16].

En , l'école est fermée. Les élèves relèvent du regroupement concentré à Gueschart[17].

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

  • Église Saint-Pierre.
  • La chapelle des « trois cents corps », édifiée après la bataille de Crécy, à la mémoire de trois cents chevaliers qui y ont trouvé la mort. Selon une hypothèse controversée, ils seraient enterrés près de la chapelle. L'autre hypothèse, plus crédible, fait remonter son origine au hameau de « Trochencourt », aujourd'hui disparu, bien antérieur à la bataille. Par « corruption », Trochencourt serait devenu trois cents corps[18],[19].
  • Chapelle Saint-Joseph, route de Conteville. Elle comprend une porte latérale et la statue de saint Joseph au-dessus de la porte[19].
  • Chapelle funéraire Saint-Antoine, de 1843, au chevet arrondi et avec statue du saint dans une niche au-dessus de la porte[19].

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

HéraldiqueModifier

  Blason
D'azur à la pie au naturel accompagnée de trois fleurs de lis d'or ; au chef d'azur chargé de trois bandes d'or et à la bordure de gueules[Note 4],[20].
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Personnalités liées à la communeModifier

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  4. « Adoption du blason de la commune, qui orne désormais la façade de la mairie et ornera bientôt les documents officiels », déclaration du maire lors de la présentation des vœux du 22 janvier 2017, salle communale. Ce blason montre notamment, par son chef, l’appartenance de Noyelles-en-Chaussée au Ponthieu ; une pie (en picard, éne agache) et trois fleurs de lis évoquent l’appartenance ancienne du domaine de Noyelles à l’abbaye royale de Saint-Riquier et à la famille Lagache, dont le nom et les armes ornaient le clocher.

RéférencesModifier

NotesModifier

RéférencesModifier

  1. Guy Souillet, Chronique de toponymie, 1954, p. 367.
  2. « Trans80, Abbeville », sur trans80.hautsdefrance.fr.
  3. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 5 avril 2021).
  4. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 5 avril 2021).
  5. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 5 avril 2021).
  6. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Abbeville », sur insee.fr (consulté le 5 avril 2021).
  7. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 5 avril 2021).
  8. Jacques Garnier, Dictionnaire topographique du département de la Somme, 1868, Archives départementales de la Somme. Lire en ligne.
  9. La commission de toponymie bretonne et le centre de recherches historiques, économiques et humaines de la faculté des lettres de Rennes G. Souillet, Annales de Bretagne, 1952, Volume 59, Numéro 2, pp. 296-297.
  10. « Liste des maires de la Somme », sur http://www.somme.pref.gouv.fr, (consulté le 22 février 2009).
  11. « Un troisième mandat pour Bernard Monflier », Courrier picard,‎ , p. 18.
  12. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  13. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  14. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  15. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  16. L'Internaute.
  17. Auguste Cannier, « Quel avenir pour les classes vides ? : Dans le cadre de la sectorisation scolaire et du regrouoement des écoles à Vron et à Gueschart, plusieurs établissements ne rouvriront pas à la rentrée », Courrier picard, édition Picardie maritime,‎ , p. 8.
  18. « Trois cents corps ou Trochencourt », Le Courrier picard, 19 septembre 2015, p. 19.
  19. a b et c André Guerville, Chapelles et oratoires en Pays de Somme, Abbeville, imp. Frédéric Paillart, coll. « Richesses en Somme », 4e trimestre 2003, 302 p., p. 83 (ASIN B000WR15W8).
  20. Courrier picard, édition Picardie maritime, 27 janvier 2017, p. 12.