Nouvelle Géographie universelle

Nouvelle Géographie universelle
la Terre et les Hommes
Auteur Élisée Reclus
Pays France
Genre Géographie
Éditeur Librairie Hachette
Lieu de parution Paris
Date de parution 1876-1894
Nombre de pages 17 873

La Nouvelle Géographie universelle est le nom d'un ouvrage de géographie en 20 volumes écrit par Élisée Reclus et publié sur 18 ans, de 1876 à 1894, par la Librairie Hachette. Son objectif est de dresser une description et analyse de l'ensemble du monde, avec des données à la fois physiques et humaines. La Nouvelle Géographie universelle et L'Homme et la Terre, publié à titre posthume, constituent les ouvrages majeurs d'Élisée Reclus.

PrésentationModifier

Élisée Reclus rédige seul, en Suisse, la Nouvelle Géographie universelle, publiée à la Librairie Hachette entre 1876 et 1894[1],[2],[3]. L'ouvrage est également illustrée par son ami cartographe Charles Perron. Sous-titré la Terre et les Hommes, l'ouvrage comprend 19 tomes, avec un 20e d'annexes statistiques. Chaque tome aborde chacun une zone géographique, le tome II étant exclusivement consacré à la France et le tome XVI aux États-Unis.

L'ensemble comprend 17 873 pages de texte et 4 290 cartes et des milliers de gravures. Chaque tome est pourvu de cartes en couleurs, de gravures en noir et blanc et d'un index des noms et lieux cités. Pour la partie sur la Colombie, il s'est inspiré des travaux de Francisco Javier Vergara y Velasco. Le manuscrit est aujourd'hui conservé à la Bibliothèque publique et universitaire de Neuchâtel[4].

Dès le deuxième volume, Reclus fait appel au procédé Gillot qui lui permet de sauter l'étape du graveur à Paris.

Cette Nouvelle Géographie universelle est jugée plus neutre que les atlas publiés par des géographes plus influencés par les nationalismes divers. Elle sert notamment au conseil fédéral suisse pour l’arbitrage du contesté franco-brésilien en 1900[5].

ÉditionsModifier

Éditions d'origineModifier

  • Nouvelle Géographie universelle : la Terre et les Hommes, vol. I : L'Europe méridionale (Grèce, Turquie, Roumanie, Serbie, Italie, Espagne et Portugal), Paris, Librairie Hachette et Cie, , 1007 p.Texte intégral sur Gallica ; texte intégral numérisé sur gutenberg.org.
    • Vol. I, , 1012 p.Texte intégral, IRIS, Université de Lille[6] ; l'édition de 1878 contient un avertissement d'É. Reclus qui ne se trouve pas dans l'édition de 1876.
    • Vol. I, , 2e éd., 1012 p.
  • Vol. II, La France, , 961 p.
  • Vol. III, L’Europe centrale (Suisse, Austro-Hongrie, Allemagne), , 983 p.Texte intégral sur Gallica.
  • Vol. IV, L’Europe du Nord-Ouest (Belgique, Hollande, îles Britanniques), , 971 p.Texte intégral sur Gallica.
  • Vol. V, L’Europe scandinave et russe, , 944 p.Texte intégral sur Gallica.
  • Vol. VI, L’Asie russe, , 919 p.Texte intégral sur Gallica.
  • Vol. VII, L’Asie orientale, , 885 p.Texte intégral sur Gallica.
  • Vol. VIII, L’Inde et l’Indo-Chine, , 983 p.Texte intégral sur Gallica.
  • Vol. IX, L’Asie antérieure, , 951 p.Texte intégral sur Gallica.
  • Vol. X, L’Afrique septentrionale, première partie (Bassin du Nil : Soudan égyptien, Éthiopie, Nubie, Égypte), , 641 p.Texte intégral sur Gallica.
  • Vol. XI, L’Afrique septentrionale, deuxième partie (Tripolitaine, Tunisie, Algérie, Maroc, Sahara), , 919 p.Texte intégral sur Gallica ; avec un Glossaire géographique de l’Afrique septentrionale : mots arabes, mots berbères, mots tibbou p. 883-893.
  • Vol. XII, L’Afrique occidentale (archipels atlantiques, Sénégambie et Soudan occidental), , 751 p.Texte intégral sur Gallica.
  • Vol. XIII, L’Afrique méridionale (îles de l’Atlantique austral, Gabonie, Congo, Angola, Cap, Zambèze, Zanzibar, Côte de Somal), , 879 p.Texte intégral sur Gallica.
  • Vol. XIV, Océan et terres océaniques (îles de l’océan Indien, Insulinde, Philippines, Micronésie, Nouvelle-Guinée, Mélanésie, Nouvelle-Calédonie, Australie, Polynésie), , 1004 p.Texte intégral sur Gallica ; Texte intégral, British Library.
  • Vol. XV, Amérique boréale (Groenland, archipel Polaire, Alaska, Puissance du Canada, Terre-Neuve), , 723 p.Texte intégral sur Gallica.
  • Vol. XVI, Les États-Unis, , 847 p.Texte intégral sur Gallica.
  • Vol. XVII, Indes occidentales (Mexique, isthmes américains, Antilles), , 879 p.Texte intégral sur Gallica ; le vol. XVII a paru avant le vol. XVI.
  • Vol. XVIII, Amérique du Sud, les régions andines (Trinidad, Venezuela, Colombie, Ecuador, Pérou, Bolivie et Chili), , 848 p.Texte intégral sur Gallica.
  • Vol. XIX, Amérique du Sud, l’Amazonie et La Plata (Guyanes, Brésil, Paraguay, Uruguay, République argentine), , 824 p.Texte intégral sur Gallica.
  • Tableaux statistiques de tous les États comparés : Années 1890 à 1893, , 39 p.Texte intégral sur Gallica.

Éditions dérivéesModifier

Deux ouvrages tirés de deux volumes de la Nouvelle Géographie universelle ont été réalisés par Onésime Reclus du vivant d'Élisée :

Éditions modernesModifier

Aucune édition en fac-similé n'a été réalisée depuis l'édition d'origine.

Seule la préface a été reprise dans un ouvrage de 2014 avec des commentaires de Claude Villers :

Notes et référencesModifier

Cet article est partiellement ou en totalité issu de l'article intitulé « Géographie universelle » (voir la liste des auteurs).
  1. Élisée Reclus : un géographe d’exception
  2. BNF.
  3. Nouvelle géographie universelle : la terre et les hommes par Élisée Reclus, Hachette (Paris) 1876-1894 lire en ligne sur Gallica
  4. « Portail des archives neuchâteloises », sur floraweb.ne.ch (consulté le )
  5. Federico Ferretti, « Le fonds Reclus-Perron et le contesté franco-brésilien de 1900 », Terra Brasilis (Nova Série), 2 | 2013, publié le 21 juin 2013, consulté le 23 septembre 2013.
  6. a et b Seuls les 2 premiers volumes sont archivés dans IRIS, bibliothèque numérique en histoire des sciences de l'Université de Lille.

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Robert Ferras, Les Géographies universelles et le monde de leur temps, GIP Reclus, 1989.

Articles connexesModifier

Liens externesModifier