Nouvel An lunaire

Le Nouvel An lunaire est le jour de l'an d'une année d'un calendrier coordonné par les phases lunaires.

Illuminations pour le Nouvel An lunaire à Penang, en Malaisie (20 février 2005).

GénéralitésModifier

Il existe deux types principaux de calendriers réglés sur les phases de la Lune : les calendriers lunaires et luni-solaires. Le jour du début de leur année varie quand il est exprimé dans un calendrier solaire, comme le calendrier grégorien. Un calendrier lunaire n'est pas du tout lié à l'année solaire et son jour de l'an progresse ou régresse chaque année par rapport à elle, selon qu'il possède plus ou moins de 13 mois lunaires. En comparaison, le jour de l'an d'un calendrier luni-solaire reste relativement synchronisé avec l'année solaire : ses mois sont reliés aux cycles lunaires mais sa longueur est périodiquement ajustée, typiquement grâce à un mois intercalaire.

Comme la nouvelle lune apparait dans le ciel terrien tous les 29 jours, le nouvel an lunaire n'est lié à aucun évènement particulier de la lune, mais est choisi comme étant la 13ème apparition de la nouvelle lune, après la date du précédent nouvel an. C'est pourquoi il est correct de parler de « Nouvel An musulman » pour le calendrier lunaire ; de « Nouvel An chinois », de « Nouvel An hébraïque » etc. pour les calendriers semi-lunaires. Pour gommer toute identité spécifique, il est également correct de parler de « Nouvel An traditionnel ». Dès lors le Nouvel An du calendrier solaire, lui aussi « traditionnel », peut-être désigné en opposition (« Nouvel An chrétien », « Nouvel An occidental », « Nouvel An civil », ...). L'emploi de « Nouvel An lunaire » est donc rare.

ExemplesModifier

Calendriers lunairesModifier

Le calendrier musulman est un calendrier lunaire de 12 mois, plus court d'environ onze jours qu'une année solaire : il régresse donc progressivement par rapport à celle-ci. Le jour de l'an musulman peut ainsi tomber à n'importe quelle saison dans le calendrier grégorien.

Calendriers luni-solairesModifier

Asie de l'EstModifier

Les célébrations du Nouvel An en Asie de l'Est sont basées sur le calendrier chinois traditionnel. Elle se produisent à la fin janvier ou en février dans le calendrier grégorien. On peut citer :

Asie du Sud et du Sud-EstModifier

En Asie du Sud et du Sud-Est, le jour de l'an est basé sur le calendrier hindou. Les célébrations varient suivant les calendriers ; dans le calendrier grégorien, elles se produisent entre la fin mars et la mi-avril.

Calendrier hébraïqueModifier

Les traditions religieuses et laïques juives (rabbinique ou karaïte) et samaritaine comportent plusieurs fêtes liées au Nouvel An. Chaque tradition utilise une version légèrement différente du calendrier hébraïque :

  • Tou Bichvat, le « Nouvel An des arbres », est une fête d'institution rabbinique, mais n'est pas célébrée dans les calendriers karaïtes et samaritains. Elle se produit à la fin de l'hiver ou au début du printemps.
  • Pessa'h n'est pas associée à une célébration du Nouvel An dans le judaïsme rabbinique. Dans les traditions karaïste et samaritaine, elle conclut les célébrations du Nouvel An qui débutent le 1er nissan. Elle se produit à la fin du printemps pour les Karaïtes (mars-avril) et au tout début de l'été pour les Samaritains (avril-mai).
  • Roch Hachana LaBehema (en), le « Nouvel An des animaux », est une fête mineure dans la tradition rabbinique. Elle a lieu le 1er eloul, à la toute fin de l'été ou au début de l'automne.
  • Roch Hachana célèbre la nouvelle année civile dans le judaïsme rabbinique. Elle a lieu le 1er tishri, en automne.

AnnexesModifier

Liens internesModifier

RéférencesModifier