Ouvrir le menu principal

Notre-Dame-de-la-Rouvière

ancienne commune française du département du Gard
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Notre-Dame.

Notre-Dame-de-la-Rouvière
Notre-Dame-de-la-Rouvière
Le Pont Moutonnier (unique en France) a été construit en 1875 pour permettre le passage des troupeaux en transhumances.
Blason de Notre-Dame-de-la-Rouvière
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Gard
Arrondissement Le Vigan
Canton Le Vigan
Code postal 30570
Code commune 30190
Démographie
Gentilé Rouviérois, Rouviéroise
Population 408 hab. (2016 en diminution de 8,31 % par rapport à 2011)
Densité 25 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 02′ 57″ nord, 3° 42′ 06″ est
Altitude Min. 273 m
Max. 1 165 m
Superficie 16,49 km2
Historique
Date de fusion
Commune(s) d’intégration Val-d'Aigoual
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Gard

Voir sur la carte administrative du Gard
City locator 15.svg
Notre-Dame-de-la-Rouvière

Géolocalisation sur la carte : Gard

Voir sur la carte topographique du Gard
City locator 15.svg
Notre-Dame-de-la-Rouvière

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Notre-Dame-de-la-Rouvière

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Notre-Dame-de-la-Rouvière

Notre-Dame-de-la-Rouvière (Nòstra Dama de la Rovièra en Occitan) est une ancienne commune française située dans le département du Gard, en région Occitanie.

GéographieModifier

LocalisationModifier

La commune est située dans le nord-ouest du département du Gard, proche de la Lozère, dans les Cévennes.

Communes limitrophesModifier

ToponymieModifier

HistoireModifier

Le , elle fusionne avec Valleraugue pour constituer la commune nouvelle de Val-d'Aigoual[2].

Politique et administrationModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 2008 Gilles Berthézène DVD  
mars 2008 décembre 2018 Jérôme Fesquet DVG Vice-président de la CC du Pays de l'Aigoual depuis 2012
Les données manquantes sont à compléter.

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[4].

En 2016, la commune comptait 408 habitants[Note 1], en diminution de 8,31 % par rapport à 2011 (Gard : +3,29 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
7798609548509041 0741 0801 0801 209
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 2511 1841 0811 1021 1041 0411 007971986
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
918958929778705731698589567
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
478414346364355354424445408
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

 
Pont Moutonnier
  • Une illustration du patrimoine de la commune a été publié dans la brochure Mémoire et Patrimoine en Cévennes[7].
  • La Filature du Mazel est un imposant bâtiment, visible depuis la route menant à Valleraugue, typique par son architecture de l'activité séricicole du XIXe siècle en haute vallée de l'Hérault[8]. Elle s'est convertie en espace associatif porteur de projets artistiques, participe à l'aménagement culturel du territoire de la communauté de communes Causses Aigoual Cévennes et accompagne des résidences d'artistes[9].
  • Le Pont Moutonnier de l'Asclier (unique en Europe) a été construit en 1875 pour permettre le passage des troupeaux en transhumances (grande draille de la Margeride)[10],[11] (44° 04′ 38,81″ N, 3° 44′ 39,69″ E).
  • Le moulin de Rieusset est un espace de pratique agricole céréalière et castanéïcole actif durant les années après guerre (1945-1960)[12].
  • Le pont des fileuses est un ouvrage médiéval faisant partie des monuments les plus anciens connus sur la commune. Composé d'une seule arche en plein cintre et sans parapet, le bâti est essentiellement composé en pierre locale de granit. Jadis, il était emprunté par les femmes qui rejoignaient la magnanerie[13].

Personnalités liées à la communeModifier

  • Jean-Joseph Triaire (1764-1850). Général et baron de l'Empire. Né au Mazel.
  • Yves Chiron, né à Notre-Dame-de-la-Rouvière, journaliste et historien, directeur du Dictionnaire de biographie française.

HéraldiqueModifier

  Blason D'or aux trois chênes de sinople
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Cultures et Territoire rural, 2016. Mémoire et Patrimoine en Cévennes. Richesse culturelle d’un territoire rural, Notre-Dame de la Rouvière. Montpellier, Atelier Six éd., 60 pages, 21 cm.
  • Banastier J. (dir.), 2012. Mémoire du Mazel. La mémoire collective d’un hameau restituée par ses habitants. 316 p. + ann.
  • Ecole de Notre-Dame de la Rouvière, Roux Ch. (dir), 1994. Ici en Cévennes, Notre-Dame de la Rouvière. ECM, 180 p.

Articles connexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Valleraugue.
Saint-André-de-Majencoules.

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. « Arrêté portant création de la commune nouvelle de Val-d'Aigoual », sur le site de la préfecture du Gard, p 260-264, (consulté le 21 novembre 2018).
  3. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  7. Cultures et Territoire rural, 2016. Mémoire et Patrimoine en Cévennes. Richesse culturelle d’un territoire rural, Notre-Dame de la Rouvière. Montpellier, Atelier Six éd., 60 pages, 21 cm.
  8. « La montagne, lieu de développement industriel : l’exemple du Languedoc-Roussillon », Lisibilité du patrimoine industriel montagnard, publié le 1er mars 2007 sur le site OpenEdition Journals (consulté le 7 mars 2018)
  9. Association La Filature du Mazel, publié sur le site de l'office de tourisme Mont Aigoual Causses Cévennes (consulté le 7 mars 2018)
  10. Randonnée : Le rocher de l'Aigle, publié le 27 juin 2016 sur le site du Parc national des Cévennes (consulté le 7 mars 2018)
  11. Le pont moutonnier de l'Asclier, publié sur le site des Cultures et territoire rural (consulté le 7 mars 2018)
  12. Le moulin de Rieusset, publié sur le site des Cultures et territoire rural (consulté le 7 mars 2018)
  13. Le pont des fileuses, publié sur le site des Cultures et territoire rural (consulté le 7 mars 2018)