Norbert Moutier

éditeur et réalisateur français
Norbert Moutier
Nom de naissance Norbert Georges Vincent Moutier
Surnom N.G. Mount
Bert Goldman
Norbert Georges Mount
Naissance
Antony (Hauts-de-Seine, France)
Nationalité Drapeau de la France française
Décès (à 78 ans)
Orléans (Loiret, France)
Profession Libraire, éditeur, écrivain, réalisateur, acteur
Films notables Mad Mutilator
Dinosaur from the Deep

Norbert Georges Vincent Moutier[1],[2], également connu sous le pseudonyme de N.G. Mount, est un libraire, éditeur, écrivain, cinéaste et acteur français né le [3] à Antony[2] et mort le à Orléans[2],[4].

Cinéphile professionnel, critique et spécialiste du cinéma bis, Norbert Moutier est devenu, par passion, un cinéaste de séries Z, tournées avec des moyens amateurs[5], dans lesquelles jouent des personnalités du genre comme Jean Rollin ou William Lustig[6].

BiographieModifier

FormationModifier

Fasciné par le cinéma dès son plus jeune âge[7], Norbert Moutier fait cependant des études de comptabilité et obtient une capacité en droit.

Parallèlement à sa vie professionnelle de comptable il se consacre à ses deux passions, le cinéma et la bande dessinée, en s'occupant d'un ciné-club et en créant deux fanzines : Monster Bis en , consacré au cinéma bis, et Le Petit bédéraste du 20e siècle en 1981, consacré à des bandes dessinées oubliées, notamment les petits formats. Monster Bis acquiert peu à peu une notoriété dans le petit monde des amateurs de série Z et lui permet de rencontrer un certain nombre d'acteurs de ce milieu[8].

RéalisateurModifier

Norbert Moutier commence à tourner des films à partir de 1982. Il en est toujours le réalisateur, scénariste, producteur et fait parfois l'acteur[9]. Ses films ont la particularité d'être tournés en très peu de temps avec un budget extrêmement limité ainsi que par des tentatives de les faire passer pour des films américains. La qualité s'en ressent et la plupart de ses productions ressemblent davantage à des films amateurs qu'à de véritables longs-métrages. Ses films sont auto-édités en VHS et connaissent une distribution plus que confidentielle.

Ses films ont la particularité de rassembler des têtes connues, du milieu du cinéma bis français. Ainsi, des personnalités comme Jean-Pierre Putters, Jean Rollin, Quélou Parente, Christophe Bier, Christophe Lemaire et Christian Letargat sont venus officier en tant qu'acteurs dans certains de ses films, pour des caméos comme pour des rôles principaux.

En 1986, il abandonne son métier de comptable et ouvre une librairie de B.D. et vidéo-club du nom de « BD - Ciné » dans le 9ème arrondissement de Paris [8],[10].

Il écrit dans la revue Fantastyka, puis l'édite jusqu'en 2002.

Les années 2000Modifier

Durant la première décennie du nouveau siècle, Norbert Moutier se consacre exclusivement à sa librairie qui s'est peu à peu transformée en librairie spécialisée dans le fantastique, la série B, ainsi que le commerce de films rares et de souvenirs liés au cinéma.

Il publie fréquemment de nouveaux numéros de Monster Bis dont ce fut la période la plus faste et qui consacre désormais chacun de ses numéros à une personnalité du monde du cinéma.

En 2012, contraint par la fatigue, Norbert Moutier baisse définitivement le rideau de B.D Ciné et de Monster Bis, laissant inachevés plusieurs fascicules. Par la suite, il vit à Orléans, solitaire et diminué par les soucis de la vieillesse.

Certains de ses films (particulièrement Mad Mutilator, Trepanator et Dinosaur from the Deep) ont peu à peu acquis le statut de films culte pour les amateurs de cinéma bis.

FilmographieModifier

PublicationsModifier

RomansModifier

  • Neige d'enfer, Fleuve noir, collection « Gore », 1988 ; réédition au format numérique, FeniXX, 2015
  • L'Équarrisseur de Soho, éditions Vaugirard, collection « Gore », 1990

FanzinesModifier

  • Le petit bédéraste du 20e siècle
  • Fantastyka - 24 numéros parus
  • Monster bis[11] - 83 numéros parus (en-dehors des rééditions à partir de 1992).

La popularité de Monster bis fait que ce fanzine connait plusieurs évolutions notables:

  1. numéro 1 - "Maciste"; mars 1979 (Un fascicule de 32 pages dont la couverture est une photocopie noir et blanc et l'intérieur est polycopié à la Romeo jusqu'au numéro 6)
  2. Monster bis numéro 7/8 - "Les Krimis d'Edgar Wallace" (Numéro double, augmenté de gros dossiers jusqu'au numéro 32)
  3. Monster bis numéro 32 - "Zombies"; 1982 (Tout en couleur. A partir de ce numéro, les couvertures des numéros suivants sont en couleurs.)
  4. Monster bis numéro 33 (84 pages, jusqu'au n°54)
  5. Monster bis numéro 52 - "Giallo" (Premier des Monster bis "historique" réimprimé. Avec les n°53 et 54 forme le n°1 de la série des réimpressions lancée en 1992 (sauf quelques rubriques hors sujet principal))
  6. Monster bis numéro 83 (Dernier numéro paru)

En 2009 sont site internet annonce les trois derniers numéros parus[12] sur les sujets suivants: "Edwige Fenech", "Eddie Constantine" et "Opérations commandos au cinéma".

Notes et référencesModifier

  1. Norbert Moutier, « Norbert Moutier », sur Monster Bis (consulté le 21 février 2018)
  2. a b et c « Fichiers des décès INSEE - Janvier 2020 », sur data.gouv.fr (consulté le 8 février 2020)
  3. D’après le Dictionnaire des réalisateurs de Jean Tulard.
  4. « Uncut Movies », sur www.facebook.com (consulté le 28 janvier 2020)
  5. http://www.nanarland.com/Chroniques/Main.php?id_film=madmutilator
  6. http://mondoexploito.com/?p=6358
  7. « Norbert Moutier » (consulté le 28 janvier 2020) : « Cinéphile depuis l'âge de 5 ans »
  8. a et b « Norbert Moutier » (consulté le 28 janvier 2020)
  9. Cf. sa fiche imdb
  10. « Librairie BD-Ciné », sur Monster Bis
  11. Norbert Moutier, « Fanzines de fabrication artisanale à tirage très limité », sur http://norbert.moutier.free.fr/, (consulté le 22 avril 2020)
  12. Norbert Moutier, « News », sur http://monsterbis.free.fr/, (consulté le 22 avril 2020)

Liens externesModifier