Nonnos d'Édesse

Nonnos d'Édesse
Saint pelagia.jpg
Nonnos priant à genoux (enluminure du XIVe s.).
Fonction
Évêque
Édesse et Héliopolis
Biographie
Décès
Activité
Autres informations
Étape de canonisation

Nonnos d'Édesse († 471) ou Nonnus (en grec ancien Νόννος, dérivé de νέννος / nennos « l'oncle »), ascète et évêque chrétien, considéré comme saint par les Églises catholique et orthodoxe.

Histoire et traditionModifier

Selon une hagiographie de Pélagie attribuée au diacre Jacques d'Héliopolis[1],[2],[3], Nonnos était « un moine accompli de la communauté monastique de Tabennisiot », en Égypte.

Réputé pour sa sagesse, il est élu en 448 évêque d'Édesse, en Syrie byzantine (Mésopotamie). En 453, à la suite d'un sermon, il convertit la future sainte Pélagie.

Plus tard, il est nommé évêque d'Héliopolis, en Égypte où il convertit plusieurs milliers d'Arabes au christianisme.

Après la mort de l'évêque d'Édesse, il retourne à son premier siège, où il meurt en 471.

On le confond parfois avec Nonnos de Panopolis, poète de la même époque, et auteur des Dionysiaques.

Notes et référencesModifier

  1. Heribert Rosweyde, Vitae Patrum: De Vita et Verbis Seniorum sive Historiae Eremiticae, vol. I, Anvers, , « 22: Vie de Sainte Pélagie courtisane par Jacobus Diaconus, traduite du grec en latin par Eustochius ».
  2. Alan Cameron, Wandering Poets and Other Essays on Late Greek Literature and Philosophy, Oxford, Oxford University Press, (ISBN 978-0-19-026894-7), « The Poet, the Bishop, and the Harlot ».
  3. Matthew Bunson, Margaret Bunson et Stephen Bunson, Our Sunday Visitor's Encyclopedia of Saints, Rev. ed., Huntington, Our Sunday Visitor, (ISBN 1-931709-75-0), « Nonnus », p. 611