Ouvrir le menu principal

Nonciature apostolique en Bavière

représentation diplomatique officielle du Vatican en Bavière

La nonciature apostolique en Bavière ou nonciature apostolique à Munich est une représentation diplomatique permanente du Saint-Siège qui se tint jusqu'en 1936 en Bavière (d'abord dans l'Électorat de Bavière, devenu ensuite royaume de Bavière). Son siège était à Munich. Le nonce apostolique avait rang d'ambassadeur.

HistoireModifier

La nonciature apostolique de Munich a été fondée en 1785 à l'initiative de l'empereur Joseph II et selon la suggestion de l'Électeur palatin Charles-Théodore de Bavière qui menait une politique d'alliance avec l'Empire d'Autriche avec l'intention de maintenir en Allemagne un rempart catholique en Bavière face aux États protestants. Il y avait alors dans le Saint-Empire romain germanique deux autres nonciatures, l'une à Cologne (depuis le XVIe siècle) et l'autre à Vienne.

Lorsque la nonciature apostolique à Cologne fut fermée à cause de l'arrivée des troupes révolutionnaires françaises en 1795, celle de Munich devint la seule d'Allemagne méridionale avec un rôle particulier à tenir à cause de la montée constante de l'anticléricalisme. En 1800, les troupes de Napoléon Bonaparte envahirent la Bavière; tous les biens des congrégations furent confisqués et la plupart des monastères fermés. La nonciature de Bavière fut également fermée. Elle rouvrit dix-huit ans plus tard, trois ans après le congrès de Vienne et avec le retour des Wittelsbach.

Après l'unité allemande et la proclamation de l'Empire allemand en 1871, la nonciature apostolique en Bavière devient la deuxième de l'Empire, après celle de Berlin.

Le 30 janvier 1934, les Länder allemands perdent leur autonomie fédérale et les divers rapports diplomatiques convergent tous à Berlin. Le dernier nonce apostolique en Bavière fut Mgr Alberto Vassallo di Torregrossa qui quitta Munich le 23 octobre 1936.

Liste des nonces apostoliquesModifier

suppression de la nonciature apostolique (1800-1818)

BibliographieModifier

  • (de) Michael F. Feldkamp: Die Aufhebung der Apostolischen Nuntiatur in München 1934. Mit einem Anhang der Amtsdaten der Nuntien, Internuntien und Geschäftsträger 1786-1934, in: Reimund Haas/Karl Josef Rivinius/ Hermann-Josef Scheidgen (Hg.), Im Gedächtnis der Kirche neu erwachen. Studien zur Geschichte des Christentums in Mittel- und Osteuropa. Festgabe für Gabriel Adriányi (Bonner Beiträge zur Kirchengeschichte 22), Köln/Weimar/Wien 2000, 185-234.
  • (de) Rupert Hacker: Die Beziehungen zwischen Bayern und dem Hl. Stuhl in der Regierungszeit Ludwigs I. (1825-1848) (Bibliothek des Deutschen Historischen Instituts in Rom 27), Tübingen 1967.
  • (de) Egon Johannes Greipl: Die Bestände des Archivs der Münchener Nuntiatur in der Zeit von 1877 bis 1904, in: Römische Quartalschrift für christliche Altertumskunde und Kirchengeschichte 78 (1983), 192-269.
  • (de) Egon Johannes Greipl: Das Archiv der Münchener Nuntiatur in der Zeit von 1904 bis 1934, in: Quellen und Forschungen aus italienischen Archiven und Bibliotheken 66 (1986), 402-406.
  • (de) Bernhard Zittel: Die Vertretung des Heiligen Stuhles in München 1785-1934, in: Der Mönch im Wappen. Aus Geschichte und Gegenwart des katholischen München, München 1960, 419-494.