Ouvrir le menu principal

Noblesse oblige

film sorti en 1950
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Noblesse oblige (homonymie).
Noblesse oblige
Titre original Kind Hearts and Coronets
Réalisation Robert Hamer
Scénario Robert Hamer
John Dighton
Acteurs principaux
Sociétés de production Ealing Studios
Pays d’origine Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Genre Comédie
Durée 106 minutes
Sortie 1949

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Noblesse oblige (titre original : Kind Hearts and Coronets) est un film britannique de Robert Hamer, sorti en 1949.

SynopsisModifier

Louis Mazzini, issu d'une union inégale entre un ténor italien et la fille cadette du duc de Chalfont, de la famille D'Ascoyne, anoblie par le roi Charles II, n'a jamais connu son père, mort d'une crise cardiaque le jour de sa naissance.

Il est élevé pauvrement mais dignement par sa mère, en ayant pleinement connaissance de la noblesse de son extraction du côté maternel et développe avec les années un désir de venger sa mère, victime de l'ostracisme de sa famille, en devenant lui-même duc de Chalfont.

Il lui faut pour mener à bien ce projet éliminer successivement, par des méthodes aussi variées qu'inventives, tous les prétendants qui le séparent du titre, avant finalement de tuer le duc lui-même lors d'une partie de chasse, en maquillant l'assassinat en accident.

Le soir où il est enfin proclamé duc, un officier de police vient l'arrêter pour un meurtre qu'il n'a pas commis, celui du mari de sa maîtresse. Condamné à mort par d'un jugement par la Chambre des Lords (qui avaient le privilège de se juger entre pairs jusqu'en 1948), il écrit dans sa cellule de prison des mémoires où il relate ses crimes réels.

Le matin où Louis doit être pendu, un coup de théâtre prouve son innocence, et il est libéré. À sa sortie de prison, un journaliste lui demande s'il va publier des mémoires. Il s'aperçoit alors soudain avoir laissé son manuscrit dans sa cellule.

CommentaireModifier

Le film, d'un humour noir très britannique, est un des plus représentatifs des grands succès produits par les studios d'Ealing dans les années d'après-guerre. Avec un cynisme truffé de références littéraires, il décrit les travers de l'aristocratie anglaise de l'époque édouardienne à travers les portraits successifs des membres de la famille d'Ascoyne, tous plus loufoques les uns que les autres, et tous interprétés par Alec Guinness.

Fiche techniqueModifier

DistributionModifier

DistinctionsModifier

RécompensesModifier

NominationsModifier

Autour du filmModifier

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (janvier 2015)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.
  • À souligner la performance d'Alec Guinness, qui incarne huit personnages dans le film, dont un de femme. À l'origine il ne devait en jouer que quatre mais il insista pour les interpréter tous.
  • Dennis Price interprète de son côté deux rôles, à savoir Louis d'Ascoyne Mazzini et son père, le ténor italien (dont le nom est emprunté à un homme d'État italien célèbre).
  • Le titre original provient du poème Lady Clara Vere de Vere d'Alfred Tennyson. L'extrait exact en est : Kind hearts are more than coronets, and simple faith than Norman blood.
  • La séquence où l'amiral Horatio d'Ascoyne s'auto-élimine en donnant un ordre absurde et coule au garde-à-vous est basée sur un fait réel, le naufrage en 1893 du cuirassé HMS Victoria, causé par une bourde inexplicable (et qui fit couler beaucoup d'encre) de l'amiral George Tryon.
  • Après avoir descendu d'une flèche le ballon de Lady Agatha d'Ascoyne, Louis Mazzini cite Henry Longfellow : « I shot an arrow in the air / She fell to earth in Berkeley Square ».
  • Le château de la famille d'Ascoyne est en fait le château de Leeds.
  • La censure américaine fit modifier la fin ambiguë du film et supprima des propos satiriques visant la religion.
  • Le leitmotiv musical du film est l'aria Il mio tesoro de l'opéra Don Giovanni de Mozart
  • Par une étrange ironie, le privilège du jugement entre pairs (un noble ayant commis un crime était jugé par la Chambre des Lords) , qui est un des ressorts comiques de l'action, a été aboli précisément en 1948 , juste au moment de la sortie du film.
  • Le film a été élu sixième meilleur film de tous les temps par le British Film Institute en 1999.
  • Il est classé dans le top 250 du site américain IMDB avec une note de 8,2/10.

AnnexesModifier