No One Is Innocent

groupe de rock français
No One Is Innocent
Description de cette image, également commentée ci-après
No One Is Innocent au Hellfest, en 2016.
Informations générales
Pays d'origine Drapeau de la France France
Genre musical Rock, heavy metal
Années actives 19941998, depuis 2004
Labels Verycords
Site officiel www.nooneisinnocent.net
Composition du groupe
Membres Kemar
Shanka
Popy
Bertrand Dessoliers
Gaël Chosson

No One Is Innocent, également stylisé [no one is innocent], est un groupe de rock et heavy metal français, originaire de Paris, en Île-de-France.

BiographieModifier

Débuts (1993–1998)Modifier

Désirant monter un groupe de rock, Kemar (le chanteur)[1] rencontre le bassiste Jérôme Suzat via une annonce déposée dans le quartier de Pigalle à Paris. En octobre 1992, Kemar découvre Rage Against the Machine lors d'un concert à l'Elysée Montmartre en première partie de Suicidal Tendencies. Cette découverte agit comme une révélation quant au style musical vers lequel il souhaite s'orienter[2]. En 1993, No one is innocent prend forme dans les studios de répétition Ornano, Porte de Clignancourt à Paris, le groupe tire son nom d'un single des Sex Pistols sorti en 1978. L'enregistrement d'un mini-CD 4 titres et la participation aux Transmusicales de Rennes en décembre 1993 leur permet de rentrer en contact avec différents labels, ces rencontres débouchent par la signature avec la major Island Records[3].

Le groupe se révèle en 1994 avec leur premier album No One Is Innocent[4]. En ce début des années 1990, No One is Innocent fait partie des groupes les plus en vue de la scène fusion française[5]. Porté par le single La Peau qui bénéficie d'une programmation soutenue par des radios-jeunes comme Fun Radio ou Skyrock, le premier album du groupe est certifié disque d'or (100 000 ventes)[6]. D'origine arménienne, le chanteur, Kemar, signe le morceau Another Land, dénonçant le génocide arménien, estimant que « ce triste événement avait besoin d’être mis en lumière »[1].

Peu de temps après, ils sortent le maxi quatre titres Antipolitique en collaboration avec les groupes de rap EJM et Timide et sans complexe. Après une tournée de deux ans en France, Europe, Amérique du sud et Amérique du nord, les No one s'isolent six mois consécutifs et enregistrent une première version de quelques nouveaux titres aux Real World studio de Peter Gabriel avec l'ingénieur du son écossais Simon Winestock qui avait mixé La Peau.

Pour l'enregistrement de leur deuxième album Utopia en 1996, le groupe part enregistrer aux États-Unis, à Woodstock, avec Ulrich Wild aux manettes. Le son de leur album, dont est extrait le single Nomenklatura, est caractérisé par l'utilisation par David Defour d'une guitare spéciale de Kemar à trois cordes bricolée sur une vieille guitare classique et à l'apport de samples réalisé par Spagg.

Durant la post-production de l'album, l'auteur Maurice G. Dantec participe avec Kemar à l'écriture de quelques textes et prête sa voix sur Neuromatrix et Nomenklatura. Des liens solides se créent jusqu'à ce que le groupe publie en 2004 un communiqué sur son site affirmant se désolidariser de l'auteur à la suite de ses propos dans le journal Minute.

Utopia est un nouveau succés pour le groupe et se vend à plus de 50 000 exemplaires et à la suite d'une énorme tournée pendant deux ans, le groupe décide de faire une pause en octobre 1998. Kemar publie dans la confidentialité en 2002 un album solo : Prénom Betty[7].

Révolution.com (2004–2006)Modifier

À la suite de sa rencontre avec Kmille, un jeune compositeur venu de la scène électro, Kemar relance No one is innocent accompagné par de nouveaux musiciens[8],[9]. Le troisième album, intitulé Révolution.com sort en 2004 dans un style plus rock électro[10]. Les textes sont encore revendicateurs avec des titres comme : Où étions-nous ?, qui parle de la présence de Jean-Marie Le Pen au 2e tour de l'élection présidentielle de 2002, ou de US Festival, qui dénonce la politique étrangère des États-Unis. Sur cet album, Kemar commence à collaborer avec Emmanuel de Arriba pour l'écriture de plusieurs textes. Revolution.com rencontre un fort succès et le groupe fait une tournée énorme de plus de 100 dates.

En 2005 sort leur premier DVD, Siempre de Suerte qui retrace la tournée Révolution.com.

Gazoline et Drugstore (2007–2014)Modifier

 
No One Is Innocent en concert à La Cigale en en Novembre 2018.

En 2007 paraît l'album Gazoline, et son premier single La Peur qui aborde le thème du doute citoyen entre le vote utile et le vote contestataire. Sur cet album est présente la chanson Salut l'artiste, hommage à l'humour grinçant envers Jacques Chirac.

L'album Drugstore sort au début de février 2011, mêlant guitares et machines. Il inclut notamment le titre Johnny Rotten composé à la suite d'une altercation pendant un festival entre le groupe et le célèbre punk des Sex Pistols.

En automne 2011, le groupe est invité sur les concerts de la tournée française The Wörld is Yours de Motörhead. Ils assurent ainsi les premières parties à Toulouse, Clermont-Ferrand, Nantes, Lille et Paris[11], et jouent à la Fête de l'humanité. En juin 2012, ils assurent cinq Zéniths en France avec Guns n' Roses[12].

Propaganda (2015–2017)Modifier

En juin 2015 sort leur sixième album Propaganda qui sonne comme un retour à l'ADN rock du groupe, avec l'arrivée de Popy à la deuxième guitare. Cet album est salué par certains critiques comme l'un des meilleurs albums de No One Is Innocent notamment avec le titre hommage à Charlie Hebdo, ou encore Silencio, et Djihad Propaganda.

Les 23 et 26 mai 2015, ils assurent la première partie d'AC/DC au Stade de France[13]. Ils enchainent plus de 80 dates sur la tournée Propaganda Tour, dont un passage au Hellfest en 2016. Le 30 novembre 2015, deux semaines après les attentats du 13, le groupe décide d’inviter des journalistes et des dessinateurs de Charlie Hebdo à venir s’exprimer sur la scène de La Cigale à Paris. En mai 2016, le groupe décide de sortir ce concert en DVD qui s'intitule Barricades Live. La tournée Propaganda continue et en mars 2017, lNo one is innocent rejoint Tagada Jones pour une mini-tournée électorale qui débute le 1er avril 2017[14] juste avant les élections présidentielles 2017.

En fin de tournée Les Insus (ex Téléphone) invitent le groupe pour assurer leurs premières parties les 15 et 16 septembre 2017 au Stade de France.

Frankenstein (2018-2019)Modifier

En 2018, le groupe sort un nouvel album studio, Frankenstein. Des titres comme À la gloire du marché, Ali king of the ring, Frankenstein, What the F*** évoquent la gouvernance de Donald Trump[réf. nécessaire].

La tournée Frankenstein se termine par un concert au Hellfest en .

Ennemis (2020-)Modifier

Après quelques dates supplémentaires dans la lignée de la tournée de Frankenstein, le groupe décide de prendre le temps d’écrire leur nouvel album[15]. Cette pause coïncide avec les confinements liés à la pandémie de Covid-19[15]. L’album Ennemis est décalé[15], mais sort finalement le [16].

MembresModifier

  • Kemar - chant
  • Shanka - guitare
  • Popy - guitare
  • Bertrand Dessoliers - basse
  • Gaël Chosson - batterie

DiscographieModifier

VidéographieModifier

  • La peau
  • Nomenklatura - 2009
  • Révolution.com
  • Où étions nous - 2013
  • La peur
  • Salut l'artiste
  • Johnny Rotten - 2015
  • Silencio - 2015
  • Charlie - 2016
  • Ali king of the ring - 2018
  • À la gloire du marché - 2019
  • What the F*** - 2018
  • Forces du désordre - 2021

Notes et référencesModifier

  1. a et b « Kémar Gulbenkian, chanteur de No One Is Innocent - Interview - La Grosse Radio Rock - Ecouter du Rock - Webzine Rock », sur www.lagrosseradio.com (consulté le ).
  2. « LA PEAU par [no one is innocent] ».
  3. Jean-Noël Levavasseur, CAMION BLANC : INSTANTANES ELECTRIQUES Volume 1 : 1991-2001, CAMION BLANC (ISBN 978-2-35779-280-7, lire en ligne).
  4. « NO ONE IS INNOCENT news », sur Rock Metal Mag (consulté le ).
  5. « Pas si Innocent », Libération.fr,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  6. « No One Is Innocent », sur Metalorgie (consulté le ).
  7. « No One Is... de retour », Libération.fr,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  8. Dominique Grandfils, Camion Blanc : Anthologie du rock français De 1956 à 2017, Camion Blanc, , 1066 p. (ISBN 978-2-35779-927-1, lire en ligne).
  9. « No one is innocent », sur Tv5 Monde.
  10. Bernard Lamarche, « No One Is Innocent: le retour », sur Le Devoir, (consulté le ).
  11. No One Is Innocent ouvre la tournée de Motörhead, sur nooneisinnocent.net.
  12. « No One Is Innocent en première partie de Guns N'Roses à l'Arena », sur midilibre.fr (consulté le ).
  13. « AC/DC au Stade de France en 2015 : première partie », sur concertlive.fr (consulté le ).
  14. « Tagada Jones et No One Is Innocent : tournée commune en avril ! », sur La Grosse Radio, (consulté le ).
  15. a b et c « No One is Innocent livre son meilleur Ennemi », sur RADIO METAL, (consulté le )
  16. « No One Is Innocent : ENNEMIS », sur www.spirit-of-metal.com (consulté le )
  17. « No One Is Innocent - Suerte Live 2005 », sur Charts in France (consulté le ).

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externesModifier