Noël Milarew Odingar

homme politique tchadien

Noël Milarew Odingar est un homme politique tchadien, né en 1932 à Dowalé-Béboto dans la région du Logone Oriental et mort le . Chef d'état-major de l'armée nationale tchadienne, il joue un rôle majeur lors du coup d'État qui renverse le président François Tombalbaye le . Il est chef de l'État par intérim pendant deux jours, jusqu'au , date à laquelle le Conseil supérieur militaire choisit Félix Malloum pour lui succéder.

Noël Milarew Odingar
Illustration.
Fonctions
Président de la République du Tchad
par intérim

(2 jours)
Prédécesseur François Tombalbaye
Successeur Félix Malloum
Biographie
Nom de naissance Noël Milarew Odingar
Date de naissance
Lieu de naissance Dowalé-Béboto (Tchad)
Date de décès (à 75 ans)
Lieu de décès N'Djaména
Nationalité Tchadienne
Profession Militaire

Noël Milarew Odingar
Présidents de la République du Tchad

BiographieModifier

A Sara , Odingar est né en 1932. Diplômé de l'académie militaire française, il entreprend une carrière rapide. En 1965, Odingar, avec le grade de major, prend le poste de commandant des forces armées tchadiennes (FAT). cela a renforcé la domination du gouvernement par Sara.

En 1968, la situation militaire dans le pays s'était gravement détériorée après la création du groupe d'insurgés rebelles FROLINAT en 1966 et la perte de contrôle qui en a résulté sur le gouvernement de nombreuses régions musulmanes du pays. En conséquence, le président François Tombalbaye a demandé à la France d'envoyer des troupes pour aider à vaincre les rebelles. les seuls à s'être opposés, en vain, à cette décision, ont été le ministre Bangui et le colonel Odingar, qui s'est opposé à ce que le projet infigure la suzeraineté du Tchad.

Au fil des années, Odingar obtint de nouvelles promotions: au début de 1975, il était devenu général et commandant par intérim des 4 000 soldats de la FAT. Un mécontentement grandissait dans les rangs de l'armée: ces deux dernières années, l'action de Tombalbaye était devenue de plus en plus irrégulière et, en 1973, il avait jeté en prison le général Félix Malloum, commandant de la FAT . Ce fut une autre purge dans l'armée, dans laquelle Tombalbaye avait arrêté les commandants de la gendarmerie (la police militaire), qui déclencha le coup d'État de 1975 : le au matin, des unités de la gendarmerieattaqué le palais présidentiel. Tandis que ceux-ci combattaient avec la garde du président, Odingar est arrivé avec des renforts et a pris ses fonctions. Tous les combats ont pris fin à 8 h 30 du matin. Tombalbaye serait décédé des suites des blessures reçues au cours de la bataille et les coupistes auraient pris le palais triomphalement. Odingar s'était déjà adressé à la radio pour annoncer que les forces armées avaient "exercé leurs responsabilités devant Dieu et la nation", tandis que la population de la capitale déferlait dans les rues pour célébrer la mort de Tombalbaye.

Odingar et l'armée ont justifié leurs actes dans un communiqué militaire accusant Tombalbaye d'avoir divisé le pays, d'avoir placé les tribus les unes contre les autres et d'avoir humilié les militaires. Pendant ce temps, Odingar, commandant par intérim et chef de l’État, a bouclé toutes les routes menant à la capitale et imposé un couvre-feu à la ville.

Félix Malloum et les autres officiers emprisonnés ont été immédiatement libérés par les coupistes. Déjà le un Conseil militaire suprême ( Conseil supérieur militaire ou CSM) a été formé, une junte militaire de neuf membres dont le président a été choisi pour être Malloum, qui a réussi si paisiblement à Odingar en tant que chef de l' Etat.

BibliographieModifier

  • (en) Harris M. Lentz, « Noël Odingar », in Heads of States and Governments Since 1945, Routledge, 2014, p. 155 (ISBN 9781134264902)
  • (en) Raph Uwechue, « Odingar, General Milarew », in Africa Who's Who, Africa Journal Limited, 1991, p. 1353 (ISBN 9780903274173)

LiensModifier