Ouvrir le menu principal
Nina Vyroubova
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 86 ans)
Nationalité
Activité

Nina Vyroubova (4 juin 1921 – 25 juin 2007) est une ballerine française née russe, considérée comme l'une des meilleures de sa génération[1],[2].

BiographieModifier

Née à Gurzuf, en Crimée, elle déménage enfant à Paris avec sa grand-mère et mère veuve, fuyant la Révolution russe. Sa première enseignante de ballet est sa mère, suivie par les célèbres ballerines russes Olga Preobrajenska, Vera Trefilova et Lubov Egorova[3].

En 1937, à 16 ans, Nina Vyroubova fait ses débuts à Caen en interprétant Swanilda dans le ballet comique Coppélia. Elle a joué avec les Ballets Polonais (1939) et le Ballet Russe de Paris (1940). Au cours de son travail dans les récitals de la critique française Irène Lidova, de 1941 à 1944, elle rencontre le chorégraphe, danseur de ballet et directeur de la compagnie Roland Petit. Quand Petit crée Les Ballets des Champs-Élysées, en 1945, Nina Vyroubova perce et est choisie pour être la vedette dans Les Forains. C'est cependant le ballet romantique La Sylphide qui lui fait atteindre la célébrité, avec une nouvelle chorégraphie de Victor Gsovsky[4].

En 1949, Serge Lifar la promeut danseuse étoile du Ballet de l'Opéra de Paris, elle y succède à Yvette Chauviré. Elle joue dans ses œuvres Suite en Blanc (1949), La Dame au Dramma Per Musica (1950), Giselle (1950), Blanche-Neige (Blanche-Neige, la Méchante Reine) (1951), Les Noces Fantastiques (1955), Hamlet (1957) et L'Amour et son destin (1957). En 1957, lorsqu'il démissionne du Ballet de l'Opéra, elle le suit pour la tournée du Grand Ballet du Marquis de Cuevas, où elle joue dans La sonnambula de George Balanchine . Lorsque Rudolf Noureev fuit l'U.R.S.S en 1961, elle joue avec lui dans sa première prestation La belle au bois Dormant. Cependant, furieuse de le voir ajouter quelques mesures supplémentaires impromptues dans son dernier solo, elle refuse de lui parler durant cinq ans. Une fois le Grand Ballet du Marquis de Cuevas dissous en 1962, elle poursuit son activité comme indépendante. En 1965, un rôle est créé spécialement pour elle dans le Ballet de Hambourg d'Abraxis.

Après sa retraite, elle enseigne à Paris, dans son propre sudio, puis à Troyes de 1983 à 1988, au Conservatoire de cette ville[4].

Elle décède à Paris à l'âge de 86 ans. Elle s'est mariée trois fois et a un fils, le danseur Yura Kniazeff.

Vyroubova apparaît dans un certain nombre de documentaires de Dominique Delouche, dont Le Spectre de la Danse en 1960, Adage en 1965, et Les cahiers retrouvés de Nina Vyroubova en 1996 (La Redécouverte des Cahiers de Nina Vyroubova)[4],[5].

RéférencesModifier

  1. Anna Kisselgoff, « Nina Vyroubova, 86, Romantic Ballerina, Is Dead », The New York Times,‎ (lire en ligne)
  2. Mary Clarke, « Nina Vyroubova », The Guardian,‎ (lire en ligne)
  3. « Nina Vyroubova », The Telegraph,‎ (lire en ligne).
  4. a b et c Germaine Prudhommeau et Nathalie Lecomte, « Vyroubova, Nina », dans Philippe Le Moal (dir.), Dictionnaire de la danse, Éditions Larousse, , p. 353
  5. (en) Nina Vyroubova sur l’Internet Movie Database.