Ouvrir le menu principal

Nieulle-sur-Seudre

commune française du département de la Charente-Maritime

Nieulle-sur-Seudre
Nieulle-sur-Seudre
La mairie de Nieulle-sur-Seudre.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Charente-Maritime
Arrondissement Rochefort
Canton Marennes
Intercommunalité Communauté de communes du Bassin de Marennes
Maire
Mandat
Jean-François Lagarde
2014-2020
Code postal 17600
Code commune 17265
Démographie
Gentilé Nieullais
Population
municipale
1 236 hab. (2016 en augmentation de 7,2 % par rapport à 2011)
Densité 60 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 45′ 02″ nord, 0° 59′ 55″ ouest
Altitude Min. 0 m
Max. 9 m
Superficie 20,75 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine

Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
City locator 14.svg
Nieulle-sur-Seudre

Géolocalisation sur la carte : Charente-Maritime

Voir sur la carte topographique de la Charente-Maritime
City locator 14.svg
Nieulle-sur-Seudre

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Nieulle-sur-Seudre

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Nieulle-sur-Seudre

Nieulle-sur-Seudre est une commune du sud-ouest de la France, située dans le département de la Charente-Maritime (région Nouvelle-Aquitaine). Ses habitants sont appelés les Nieullais et les Nieullaises[1].

GéographieModifier

LocalisationModifier

 
Localisation de Nieulle au bord de la Seudre (image satellite SPOT).

Nieulle-sur-Seudre est un village ostréicole, situé dans le sud-ouest du département de la Charente-Maritime, dans l'ancienne province de la Saintonge. Le territoire communal occupe un léger promontoire calcaire qui fut une île il y a plusieurs milliers d'années. À cette époque, l'estuaire de la Seudre formait un golfe et la mer atteignait l'actuelle ville de Saujon. Aujourd'hui, l'océan a cédé la place aux marais de la Seudre  : ils forment près des 2/3 du territoire communal, et servent de lieu d'affinage pour les huîtres.

Lieux-dits et hameauxModifier

L'habitat se concentre autour de deux anciens hameaux, le Petit Nieulle et le Grand Nieulle. Plusieurs lieux-dits sont situés le long des marais : ceux-ci ont longtemps formé des communautés villageoises autonomes, possédant souvent leurs propres ports sur les chenaux tributaires de la Seudre. Les principaux sont Montauban, Bel air, Tourtelot, la Catheline, Chez-Paillé, Toucheronde.

Communes limitrophesModifier

Communes limitrophes de Nieulle-sur-Seudre
Arvert Saint-Just-Luzac
Étaules   Saint-Sornin
Chaillevette Le Gua

Géologie et reliefModifier

L'altitude moyenne de la commune est de cinq mètres[2].

HydrographieModifier

La commune est baignée par l'estuaire de la Seudre. Plusieurs cours d'eau de moindre importance traversent les marais, avant de se jeter dans la Seudre : ce sont principalement les chenaux de Recoulaine, de Pélard, de Bugée et de Garenton.

ClimatModifier

Article détaillé : Climat de la Charente-Maritime.

Le climat est de type océanique : la pluviométrie est relativement élevée en automne et en hiver et les hivers sont doux. L'été reste tempéré grâce à la brise marine. Deux vents venant de l'océan, le noroît et le suroît, soufflent sur les côtes du département. L'ensoleillement de la côte charentaise est très important : avec 2250 heures par an, il est comparable à celui que connaît une partie de la côte méditerranéenne[3].

Données généralesModifier

Ville Ensoleillement
  (h/an)
Pluie
  (mm/an)
Neige
  (j/an)
Orage
  (j/an)
Brouillard
  (j/an)
Moyenne nationale 1 973 770 14 22 40
Nieulle-sur-Seudre[4] 2250 755 4 13 26
Paris 1 661 637 12 18 10
Nice 2 724 733 1 29 1
Strasbourg 1 693 665 29 29 53
Brest 1 605 1 211 7 12 75

Tempête de décembre 1999Modifier

La Charente-Maritime est le département français qui a été le plus durement touché par la tempête Martin du 27 décembre 1999. Les records nationaux de vents enregistrés ont été atteints avec 198 km/h sur l'île d'Oléron.

Voies de communication et transportsModifier

Voies routièresModifier

 
Une rue de Nieulle-sur-Seudre.

TransportsModifier

ToponymieModifier

Le village tire son nom d'un déformation du vieux français Neuville, signifiant ville nouvelle[5]

HistoireModifier

Article détaillé : Histoire de la Charente-Maritime.

Le village est fondé au XIIe siècle par le prieuré de Saint-Sornin, qui voit dans le site un débouché pour le commerce du sel et du vin. Rapidement, deux bourgs distincts se développent : Petit Nieulle et Grand Nieulle. Le premier se développe autour d'une maison noble, le logis de Feusse, le second autour d'un petit château, le logis de Toucheronde.

Un premier moulin à marée est édifié en 1171, suivi d'un second en 1245, à la demande de Geoffroy de Doë. Les marais salants sont alors la principale activité économique, mais les habitants semblent avoir bien vite développés d'autres activités, tel l'élevage de seiches, pour la production d'encre[6]. Un chantier naval est installé sur les berges de la Seudre quelques siècles plus tard, de même qu'une corderie.

Durant les Guerres de religion, la majorité des habitants s'est convertie à la réforme, tandis que ceux du village de Saint-Sornin restaient fidèles au catholicisme. Les protestants persécutés furent nombreux à tenter de s'échapper en utilisant les marais et leur lacis de chenaux, afin de gagner les « Pays du Refuge » : Hollande, Angleterre... ce qui décida l'intendant Arnoul, en 1686, à faire construire un corps de garde, ainsi qu'une école, où l'éducation catholique était obligatoire[7]. Rien n'y fit, et en 1836, le temple protestant fut édifié à Petit-Nieulle. Quelques années plus tard, en 1847, la communauté catholique en fit autant, et construisit son église à Grand-Nieulle.

Dépendant de Saint-Sornin depuis sa fondation, le village le restera au moment de la Révolution qui ne fit pas de Nieulle une commune. Les habitants de Nieulle trouvant la tutelle de Saint-Sornin trop pesante (le 29 avril 1899, Saint-Sornin prend même le nom de Nieuille-et-Saint-Sornin), réclameront durant plusieurs décennies une autonomie qu'il n'obtiendront que le 9 avril 1902, avec la création officielle de la commune. Depuis lors, le village vit de ses activités ostréicoles et du tourisme.

AdministrationModifier

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1996 En cours Jean-François Lagarde DVG[8] Employé
Les données manquantes sont à compléter.

RégionModifier

À la suite de l'entrée en vigueur de la réforme administrative de 2014 ramenant le nombre de régions de France métropolitaine de 22 à 13, la commune appartient depuis le à la région Nouvelle-Aquitaine, dont la capitale est Bordeaux. De 1972 au , elle a appartenu à la région Poitou-Charentes, dont le chef-lieu était Poitiers.

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1906. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[10].

En 2016, la commune comptait 1 236 habitants[Note 1], en augmentation de 7,2 % par rapport à 2011 (Charente-Maritime : +2,64 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
709692615597567534514530531
1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014 2016
5355345155066437131 0701 2161 236
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

EnseignementModifier

Nieulle-sur-Seudre possède une école accueillant les enfants de sa commune et ceux de Saint-Sornin. Les classes présentes à Nieulle vont de la petite section de maternelle jusqu'au CM2 depuis septembre 2018. Avant, les enfants de petite et moyenne section devaient prendre le bus pour aller à La Gripperie, ceux de CM1 CM2 étaient à Saint-Sornin.

Manifestations culturelles et festivitésModifier

SantéModifier

SportsModifier

MédiasModifier

CultesModifier

Lieux et monumentsModifier

Église Notre-DameModifier

 
L'Église Notre-Dame, construite en 1847.

Cette église n'est édifiée qu'en 1847, afin de répondre aux besoins des habitants de confession catholique, qui jusque-là, devaient se rendre aux offices à l'église de Saint-Sornin. Les habitants de Nieulle obtiennent la création d'une paroisse autonome en 1854, date à laquelle l'église est agrandie, et consacrée à Notre-Dame, à la suite de la proclamation du dogme de l'immaculée conception par le pape Pie IX.

L'édifice, de plan très simple, est formé d'une nef unique de deux travées, voûtée en moellons, sur laquelle se greffent deux chapelles saillantes tenant lieu de transept. Le chœur abrite un maître-autel réalisé en 1864, à la demande de l'abbé Savary, qui fut l'un des principaux organisateurs de la nouvelle paroisse. Ce maître-autel, de style Louis XIV, prend la forme d'un baldaquin porté par six colonnes en faux-marbre. Deux bénitiers, à l'entrée du sanctuaire, sont formés de coquilles d'huîtres tropicales.
La façade est relativement sobre, et s'inscrit dans la tradition classique. Elle comporte un fronton, et est surmontée depuis 1860 d'un clocher coiffé d'une flèche en ardoise.

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Aux alentoursModifier

Équipements ou ServicesModifier

SantéModifier

SportsModifier

Personnalités liées à la communeModifier

AnnexesModifier

Articles connexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.