Ouvrir le menu principal
Nicole Vedrès
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activités
Autres informations
Distinction

Nicole Vedrès, de son nom complet Nicole Henriette Désirée Charlotte Cahen dit Nathan dit Rais, née le à Paris et morte dans cette même ville le , est auteur, chroniqueuse, essayiste et réalisatrice française de films de montage d'archives.

Personnalité importante du monde culturel français de l'après-guerre, elle signe plusieurs articles sous différents noms dont « Nathan » et « Rais ».

BiographieModifier

Nicole Vedrès est la fille de Jules Rais, docteur en droit, bibliothécaire de la Chambre des députés et critique d'art, et de Ludmila Savitzky, d'origine russe et qui fut traductrice de James Joyce : en 1923, Nicole croise l'écrivain irlandais, ce dont elle témoigne plus tard.

Licenciée en droit, elle commence dans les années 1930 une carrière de journaliste, écrivant pour des magazines féminins et des revues littéraires comme le Mercure de France. Durant la guerre, elle écrit dans le Rouge et le Bleu en 1941-1942.

Elle commence une carrière de réalisatrice de documentaire en 1947 grâce à Pierre Braunberger, avec Paris 1900, où, assistée par Yannick Bellon et Alain Resnais, elle explore les archives de l'actualité de la Belle Époque, travail qui obtient le prix Louis-Delluc et le prix Méliès[1].

Elle se lance également dans une carrière de romancière, et publia 7 romans en tout, la plupart chez Gallimard.

En 1949, son film La Vie commence demain propose d'une façon sensible et moderne, à la manière d'un docufiction, d'accompagner dans Paris Jean-Pierre Aumont qui campe un jeune employé de commerce provincial dégoûté par son époque, à la rencontre d'intellectuels français : Jean-Paul Sartre, André Gide, Le Corbusier, Pablo Picasso, Jean Rostand, Irène Joliot-Curie, André Labarthe, Daniel Lagache, Jacques Prévert et d'autres se prêtent au jeu ; les propos sont lucides, le ton loin de toute mièvrerie et aucunement dogmatique[1].

Elle est la chroniqueuse attitrée de l'émission télévisée littéraire Lectures pour tous qu'elle anime à partir de 1957 avec Pierre Dumayet.

En 1962, elle épouse le réalisateur Marcel Cravenne[2].

Elle meurt trois ans plus tard, à l'âge de 54 ans.

BibliographieModifier

Romans
  • Le Labyrinthe ou le Jardin de sir Arthur, Fontaine, 1946.
  • Christophe ou le Choix des armes, Seuil, 1948.
  • Les Cordes rouges, Gallimard, 1953.
  • L'Exécuteur, Gallimard, 1958.
  • La Bête lointaine, Gallimard, 1960.
  • La Fin de septembre, Gallimard, 1962.
  • L'Hôtel d'Albe, Gallimard, 1963.
Essais
  • Un siècle d'élégance française, Éditions du Chêne, 1943.
  • Images du cinéma français, Éditions du Chêne, 1945.
  • La Sculpture en France depuis Rodin, en collaboration avec Léon Gischia, Seuil, 1945.
  • Le Théâtre de la mode, en collaboration avec Thierry Maulnier et Jacques Wilhelm, s. e. m. p., 1945.
Chroniques
  • Paris, le..., Mercure de France, 1958.
  • Suite parisienne, prix Sainte-Beuve, Mercure de France, 1960.
  • Les Abonnés absents, Mercure de France, 1961.
  • L'Horloge parlante, Mercure de France, 1962.
  • Point de Paris, Mercure de France, 1963.
  • Paris 6e, Éditions du Seuil, 1965.
Théâtre
  • Les Canaques, Seuil, 1966.
Posthume
  • Microclimats, Éditions Le Dilettante, 2000.

Un coffret intitulé Paris 1900 paru chez Doriane Films en 2018, contient tous les films de la cinéaste[1].

FilmographieModifier

RécompensesModifier

Liens externesModifier

RéférencesModifier

  1. a b et c Stéphane Audeguy, « Nicole Vedrès, cinéaste de notre temps », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne, consulté le 1er novembre 2019)
  2. Télé 7 Jours no 141, semaine du 1er au 7 décembre 1962, page 61 : "Nicole Vèdrès et le réalisateur Marcel Cravenne se sont mariés récemment.