Nicolas Philibert

réalisateur français de films documentaires
Nicolas Philibert
Description de cette image, également commentée ci-après
Nicolas Philibert en 2012 au Festival Paris Cinéma
Naissance (69 ans)
Nancy, France
Nationalité Drapeau de la France Français
Profession Réalisateur, opérateur, monteur
Films notables Être et avoir
Le Pays des sourds
La Moindre des choses
Nénette
De chaque instant
Site internet www.nicolasphilibert.fr

Nicolas Philibert, né le à Nancy, est un cinéaste français.

BiographieModifier

Il débute comme stagiaire sur le tournage du film Les Camisards (1970) de René Allio, tout en poursuivant des études universitaires à Grenoble, ville où il a grandi. Une licence de philosophie en poche, il est engagé comme accessoiriste sur Rude Journée pour la reine (René Allio, 1973), assistant-réalisateur auprès d'Alain Tanner sur Le Milieu du monde (1974), décorateur sur Pas si méchant que ça (Claude Goretta, 1974), et de nouveau assistant-réalisateur sur Moi, Pierre Rivière, ayant égorgé ma mère, ma sœur et mon frère... (René Allio, 1975).

En 1978, il co-réalise avec Gérard Mordillat un premier long-métrage documentaire, La Voix de son maître, dans lequel une douzaine de patrons de grands groupes industriels (L’Oréal, IBM-France, Thomson-Brant, Elf-Erap, Le Club Méditerranée, Waterman, Darty…) parlent du pouvoir, du commandement, de la hiérarchie, du rôle des syndicats... esquissant peu à peu l’image d’un monde futur, dominé par la finance. Le film sort en salle, mais quelques mois plus tard sa version télévisuelle, Patrons/Télévision (3 x 60') est brutalement déprogrammée sur ordre du cabinet du Premier Ministre Raymond Barre, à quelques jours de sa diffusion sur Antenne 2. Ce cas de censure politique directe soulève une immense vague de protestation mais rien n'y fait.

En 1980, à la demande de René Allio, il produit L'Heure exquise, un portrait de Marseille "à la première personne" tourné par ce dernier. L'année suivante parait un livre, co-écrit avec Suzel Galliard : Hélène Vernet, 39 rue Chaptal, Levallois-Perret (Ed. Ramsay), qui retrace le long combat d'une femme âgée menacée d'expulsion. Il passe quelques mois auprès de l'écrivain John Berger et du photographe Jean Mohr pour réaliser la maquette de leur ouvrage Une autre façon de raconter (Maspéro, 1982). En parallèle, il écrit un long-métrage de fiction qui ne verra jamais le jour.

De 1985 à 1988, Nicolas Philibert réalise plusieurs films de montagne pour la télévision dans lesquels il suit les exploits d'un jeune alpiniste virtuose, Christophe Profit. Ces films (Christophe, Trilogie pour un homme seul, Le come back de Baquet...) obtiennent de nombreuses récompenses dans les festivals spécialisés. S'y ajoute un portrait de Roger Lapébie, vainqueur du Tour de France cycliste 1937 : Vas-y Lapébie!

En 1986, il redevient occasionnellement assistant-réalisateur, auprès cette fois de Joris Ivens et Marceline Loridan-Ivens, pour le tournage en Chine de leur film Une histoire de vent.

Il se lance ensuite dans la réalisation de longs-métrages documentaires qui seront tous distribués en salles.

Avec La Ville Louvre (1990), c'est la première fois qu'un grand musée accepte de dévoiler ses coulisses à une équipe de cinéma. Le Louvre vit alors une période particulièrement effervescente : on réorganise les espaces, de nombreuses œuvres déménagent d'une salle à une autre, On crée des restaurants, des librairies, un auditorium, la pyramide est en passe d'être achevée... C'est le début d'un vaste processus de transformation qui aboutira bientôt au Grand Louvre.

Dans Le Pays des sourds (1992) Nicolas Philibert nous entraîne à la rencontre de ceux qui, sourds profonds depuis leur naissance ou les premiers mois de leur vie, appréhendent le monde avec le regard et le toucher. On y découvre la beauté de la langue des signes, si longtemps interdite, et l'on comprend qu'il s'agit d'une vraie langue, capable autant que n'importe quelle langue orale d'exprimer toutes les nuances de la pensée.

En parallèle, Nicolas Philibert entreprend de filmer les travaux de rénovation de la Galerie de Zoologie du Muséum National d'Histoire Naturelle qui était fermée au public depuis un quart de siècle. Plongés dans la pénombre et dans l'oubli, à la merci des intempéries et des infiltrations du toit, les milliers d'animaux naturalisés qui constituent ses précieuses collections se dégradaient peu à peu. Un animal, des animaux (1994) racontera la métamorphose de ce lieu et la résurrection de ses étranges pensionnaires.

Au début de l'été 1995, il s'installe à la clinique psychiatrique de La Borde. Comme chaque année, des pensionnaires et des soignants se rassemblent pour monter une pièce de théâtre qu'ils joueront le . Le film qui en résulte, La Moindre des choses, retrace les hauts et les bas de cette aventure. Mais au-delà du théâtre il raconte la vie à La Borde, le temps qui passe, les petits riens, la solitude et la fatigue, les moments de gaieté, les rires, et l'attention que chacun porte à l'autre. Plus de vingt ans après sa sortie en salle (1997), ce film continuer de circuler partout en France. Dans le monde de la psychiatrie, c'est devenu un film culte.

Qui sait ? (1998), tourné avec les élèves de l’école du Théâtre national de Strasbourg, est un film de commande qui fait partie d’une collection de quatre films-laboratoires intitulée «Génération TNS». Chaque réalisateur était invité à imaginer un scénario original à partir de sa rencontre avec les élèves en utilisant des éléments de leur vie, de leur travail, etc.

En 2001, Nicolas Philibert tourne Être et avoir, sur la vie quotidienne d'une école à classe unique dans un petit village d'Auvergne. Récompensé par le Prix Louis Delluc 2002, le César du meilleur montage 2003 et de très nombreux autres prix, ce film connaîtra un immense succès en France et dans le monde entier...

Dans Retour en Normandie (2006), il revient sur les traces d’un autre film, Moi, Pierre Rivière, ayant égorgé ma mère, ma sœur et mon frère... tourné trente ans plus tôt par René Allio, avec des paysans dans les rôles principaux. Chargé de les recruter, Nicolas Philibert, alors jeune assistant, avait passé deux mois, de ferme en ferme, pour tenter de les embarquer dans l'aventure.

Avec Nénette (2010), tourné à la Ménagerie du Jardin des plantes à Paris, il brosse un portrait de la doyenne des lieux : une femelle orang-outan, en captivité depuis 37 ans.

Dans La Maison de la radio (2012), tourné au sein de Radio France, il part à la découverte de ce qui échappe habituellement aux regards : les mystères et les coulisses d’un média dont la matière même, le son, reste invisible.

Sorti fin , De chaque instant nous entraîne à Montreuil, dans un institut de formation en soins infirmiers. Tandis que des dizaines de jeunes gens, filles et garçons, y poursuivent leurs études, le film s'attache à montrer les difficultés et les joies d'un apprentissage qui va les confronter très tôt, souvent très jeunes, à la fragilité de la vie.

Depuis une quinzaine d’années, plus de 120 hommages et rétrospectives de ses films ont été organisés de par le monde, du British Film Institute (Londres) au MoMa (New York), en passant par Bombay, Calcutta, Damas, Beyrouth, Le Caire, Séoul, Tokyo, Pékin, Shanghaï, Sidney, Melbourne, Moscou, Varsovie, Zagreb, Ljubjana, Berlin, Bucarest, Milan, Vienne, Bruxelles, Amsterdam, Genève, Helsinki, Vilnius, Copenhague, Edinburgh, Lisbonne, Madrid, Thessalonique, Barcelone, Tel Aviv, Agadir, Mexico, Morelia, Bogota, Santiago du Chili, Buenos Aires, São Paolo, Chicago, Berkeley, Harvard, Montréal, Tbilissi...[réf. nécessaire]

Depuis , un coffret de 12 DVD (incluant de nombreux bonus et un livret de 200 pages) regroupe l'ensemble de ses films : "Nicolas Philibert, les films, le cinéma" (Editions Blaq Out)

FilmographieModifier

RéalisateurModifier

AutreModifier

Distinctions[3]Modifier

RécompensesModifier

Christophe : Grand Prix du Festival international du Film d'Aventure Sportive, La Plagne, 1985 • Diable d'Or du Festival international du Film Alpin, Les Diablerets (Suisse), 1986 • Grand Prix du Festival de Teplice nad Metuji (Tchécoslovaquie), 1986 • « Best Mountainfilm », Banff Mountain Film Festival (Canada), 1987 • Prix du meilleur film d'alpinisme, Festival international du Cinéma de montagne de Torello (Espagne), 1987.

Trilogie pour un homme seul : Grand Prix des Journées Internationales du Film d'Aventure Sportive, Hakuba (Japon), 1987 • Diable d'Or, Festival International du Film Alpin, Les Diablerets (Suisse), 1987 • Grand Prix du Festival Mondial de l'Image de Montagne, Antibes, 1987 • Prix spécial du jury, Festival international du film d'aventure, La Plagne, 1987 • Grand-Prix du Festival de Teplice Nad Metuji (Tchécoslovaquie), 1988 • Silver Triglav, Festival international de Kranj (Yougoslavie), 1988.

La Ville Louvre : Prix Europa, « Meilleur documentaire de l'année », 1990 • Prix Intermédia, Cinéma du Réel, Paris, 1990.

Le Pays des sourds : Sélection officielle au Festival de Locarno, 1992 • Sélection au Festival de Yamagata, Japon, 1993 • Prix Spécial de la Fondation Gan pour le Cinéma, 1991 • Grand Prix du Festival de Belfort, 1992 • Grand Prix du Festival dei popoli, Firenze, 1992 • Grand Prix Festival de Vancouver, 1993 • Prix « Tiempo de Historia », Festival de Valladolid, 1993 • Prix Humanum, Association de la Presse Cinématographique de Belgique, 1993 • Grand Prix du Festival de Bombay, 1994 • Golden Gate Award, San Francisco International Film Festival, 1994 • Prix du meilleur documentaire, Festival de Potsdam, 1994• Stephanie Beacham Award, 13th Annual Communication Awards, Washington D.C., 1994  • Peabody Award, États-Unis, 1998

La Moindre des choses : Sélection officielle au Festival International de Locarno, 1996 • Prix du Public, Rencontres Internationales de Cinéma à Paris, 1996 • Prix du public, Festival International du Cinéma et des Nouveaux Médias, Montréal, 1997 • Prix du Meilleur Documentaire, Festival de Potsdam, 1997 • Prix spécial du Jury, Festival du Film anthropologique de Pârnu (Estonie), 1997 • Grand Prix du Festival Amascultura (Lisbonne), 1997 • Golden Spire (Epée d'Or) du Festival international de San Francisco, 1998.

Être et avoir : Sélection officielle, Cannes 2002 (hors compétition) • Prix Louis Delluc 2002 • César du Meilleur Montage, 2003 • Prix « Tiempo de Historia », Festival de Valladolid, 2002 • Grand-Prix du Festival France Cinéma, Florence, 2002 • « Best documentary », European Film Awards, 2002 • Prix Humanum, décerné par la Presse Cinématographique de Belgique, 2002 • Prix Méliès « meilleur film français de l'année » décerné par le Syndicat français de la Critique de Cinéma, 2003 • Prix des auditeurs du Masque et la Plume, France Inter, • Prix de l'Association Cubaine de la Presse Cinématographique (Fipresci), 2003 • Étoile d'Or décernée par la presse française • Prix du public du Festival du film français à Athènes, 2003 • Grand-Prix et Prix du public au Festival du Film francophone de Bratislava (Slovaquie), 2003 • Grand Jury Prize, Full Frame Film Festival, États-Unis, 2003 • « Best non fiction film Award », National Society of Film Critics, États-Unis

Retour en Normandie : Sélection officielle, Cannes 2007 (hors compétition)

Nénette : Sélection officielle au Festival de Berlin 2010 (section Forum).

La Maison de la radio : Sélection officielle au Festival de Berlin 2013 (section Panorama), au Festival de Telluride 2013 (États-Unis), et dans plus de 40 festivals • Prix « Tiempo de Historia » (Meilleur documentaire), Festival de Valladolid, 2013 • Étoile d’Or 2014 décernée par la presse française.

NominationsModifier

  • 2003 : nominations aux César dans les catégories "Meilleur film", "Meilleur réalisateur" et "Meilleur montage" pour Être et avoir
  • 2003 : nomination aux BAFTA (British Academy Film Awards), et aux BBC World Cinema Awards 2003 dans la catégorie "Best films not in the English language" pour Être et avoir .
  • 15e édition de La Nuit des Lutins - nomination pour La nuit tombe sur la ménagerie
  • 2008 : nomination aux César, catégorie "Meilleur documentaire" pour Retour en Normandie
  • 2014 : nomination aux César, catégorie "Meilleur documentaire" pour La Maison de la radio
  • 2019 : nomination aux César, catégorie "Meilleur documentaire" pour De chaque instant.

DécorationsModifier

Nicolas Philibert est chevalier dans l'Ordre des Arts et Lettres (1995) et dans l'Ordre National du Mérite (2002).

Notes et référencesModifier

  1. « Patrons-télévision | Gérard Mordillat/Nicolas Philibert | 1978 | Encyclo-ciné », sur www.encyclocine.com (consulté le 15 février 2020)
  2. « « De chaque instant » : Nicolas Philibert à l’école de la douleur », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 30 août 2018).
  3. AlloCine, « Prix et nominations de Nicolas Philibert », sur AlloCiné (consulté le 26 janvier 2017)

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :