Ouvrir le menu principal

Nicolas Le Fèvre (philologue)

philologue
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Nicolas Lefèvre et Le Fèvre.
Nicolas Le Fèvre
Nicolas Le Fèvre par Gérard Edelinck.jpg
Nicolas Le Fèvre
par Gérard Edelinck
Fonctions
Conseiller des eaux et forêts
Précepteur du prince de Condé
Précepteur du roi Louis XIII
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 68 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité
Philologue

Nicolas Le Fèvre, aussi écrit Lefèvre, né à Paris le 5 juin 1544 et mort le 3 novembre 1612[1], est un philologue français.

Sommaire

BiographieModifier

Il est le fils de Vincent Le Fèvre, riche marchand de Linas, près de Montlhéry, qui est venu à Paris après la mort de sa première femme. Il est le fils de sa seconde épouse, Jeanne Haquer, et le frère de Gilles Le Fèvre.

Il eut le malheur de se crever un œil dans sa jeunesse, en taillant une plume, ce qui ne l'empêcha pas de continuer ses études. Après la mort de son père, sa mère l'a envoyé suivre un cours de droit à Toulouse, puis il a voyagé pendant 18 mois en Italie, demeura quelque temps à Rome, et se lia d'amitié avec Carlo Sigonio, H.-A., Marc Antoine Muret, le cardinal Baronius et autres savants de ce pays. De retour en France, il fréquenta d'abord le barreau, puis, en 1572, il fut pourvu d'une charge de conseiller des eaux et forêts. Il assista, jusqu'au dernier moment, sa mère, morte en 1581 d'une maladie pestilentielle qui désolait Paris. Son frère est mort vers ce temps-là. Il a alors quitté sa charge et a vécu dans une espèce de solitude, en amitié avec Pierre Pithou.

Pendant les guerres de la ligue, il se livra dans sa retraite à des travaux scientifiques. Il s'est intéressé aux mathématiques et a assez appris pour découvrir l'erreur de la démonstration de la quadrature du cercle faite par Joseph Scaliger.

Lorsque Henri IV fut affermi sur le trône, il fut choisi par ce monarque pour précepteur du prince de Condé, héritier de la Couronne jusqu'à la naissance de Louis XIII. Il s'est alors installé à Saint-Germain-en-Laye, près du prince. Il a introduit à la Cour le jeune prodige Jérôme Bignon qui étonnait par son érudition, d'abord auprès au prince de Condé, puis auprès de Louis XIII. Quand ce prince n'a plus eu besoin de maître, il s'est retiré près de la veuve de Pierre Pithou. Après la mort de Pierre Pithou, il s'est engagé à publier le manuscrit de saint Hilaire sur lequel il travaillait et qui doit être le manuscrit no 483 de la bibliothèque de l'Arsenal[2].

En 1611, aux instances de la reine régente Marie de Médicis, il accepta le même emploi auprès du jeune roi Louis XIII ; mais il ne remplit pas longtemps ces fonctions honorables, la mort l'ayant enlevé le 3 novembre 1612.

Le Fèvre avait autant de piété et de modestie que d'érudition. En correspondance avec les hommes célèbres de l'époque, il leur fournissait des matériaux, des mémoires pour la composition de leurs ouvrages, en les priant de ne faire aucune mention de lui.

Cependant il donna une édition latine de Sénèque le philosophe et de Sénèque le rhéteur, avec de savantes préfaces et notes, Paris, 1587, in-fol. II composa aussi la préface des Fragmenta de Saint-Hilaire de Poitiers, disposés par Pierre Pithou, dont Le Fèvre avait été le collaborateur, mais qui ne parurent qu'après sa mort, Paris, 1598, in-8°.

Ces trois préfaces et d'autres opuscules du même auteur furent recueillis par un de ses amis, Jean Lebègue, avocat général à la cour des monnaies, et réunis en 1 volume in-4°, Paris, 1614. On y trouve des remarques sur différents passages de l'Écriture sainte, des dissertations sur plusieurs points d'antiquité ecclésiastique, de morale ou 4e controverse des lettres, quelques poésies, etc. La plupart de ces écrits sont en latin, mais les pièces qui terminent ce volume sont en français. Les uns et les autres se distinguent par la clarté, la concision et par une critique judicieuse.

Il a légué sa bibliothèque au président de Thou. Elle est ensuite passée à Jean-Baptiste Colbert puis à la Bibliothèque du roi, elle est aujourd’hui à la Bibliothèque nationale de France.

En 1903, dans une lettre à Gaston Boissier, Léopold Delisle a appelé « l’attention sur l’intérêt que présente la correspondance de Nicolas Le Fèvre pour l’histoire de l’érudition française à la fin du XVIe et au commencement du XVIIe siècle ». Nicolas Le Fèvre n'a pratiquement rien publié, mais il apparaît dans l’histoire de l’érudition gallicane et dans l'histoire des bibliothèques souvent en liaison avec les Pithou.

OuvragesModifier

  • Sermons de saint Bernard manuscrit donné à Jean Goulu par Nicolas Le Fèvre, précepteur du roi Louis XIII (voir)
  • Pseudo-Ambrosius, ouvrage ayant appartenu à Nicolas Le Fèvre et à J.-A. de Thou [1]
  • Les Preceptes de Manuel empereur de Constantinople touchant l’éducation Royalle mis en françois par le Roy treschretien Louis XIIIe, autographe des leçons données au jeune roi Louis XIII par ses précepteurs, le philosophe et humaniste Nicolas Le Fèvre et Monsieur de Fleurence (lire en ligne).

Notes et référencesModifier

  1. Remarque : Louis Moreri donne comme date de naissance, le 2 juin, et comme date de décès, le 4 novembre.
  2. Léopold Delisle, L'ancien manuscrit de saint Hilaire, no 483 de la bibliothèque de l'Arsenal, p. 299-304, dans Bibliothèque de l'école des chartes, 1910, tome 71, no 1 (lire en ligne)

AnnexesModifier

Bibliographie et sourceModifier

  • Nicolas Le Fèvre, précepteur de Louis XIII, dans Charles Perrault, Les Hommes illustres qui ont paru en France pendant ce siècle, chez Antoine Dezallier, 1700, tome 2, p. 57-58 (lire en ligne)
  • Nicolas Lefèvre, dans Louis Ellies Dupin, Nouvelle bibliothèque des auteurs ecclésiastiques, chez Pierre Humbert, Amsterdam, 1711, tome XVII, p. 48-56 (lire en ligne)
  • Jean Goulu (en religion, Jean de Saint-François), Discours funèbre sur le trépas de M. Nicolas Le Febvre, Conseiller et Precepteur du très-Chrestien Louys XIII. Roy de France et de Navarre. Par un Religieux Feuillentin son ami, 1616
  • Nicolas Le Fèvre, dans Louis Ellies Dupin, Nouvelle bibliothèque des auteurs ecclésiastiques contenant l'histoire de leur vie, le catalogue, la critique, et la chronologie de leurs ouvrages, chez Jean Broedelet, Autrecht, 1731, tome 17, p. 48-56 (lire en ligne)
  • Fèvre (Nicolas le), par Louis Moreri, Le grand dictionnaire historique, ou le mélange curieux de l'histoire sacrée et profane, chez Jean Brandmuller, Bâle, 1732, tome 4, p. 68-69 (lire en ligne)
  • Pierre Benoist, La bure et le sceptre: la congrégation des Feuillants dans l'affirmation des États et des pouvoirs princiers (vers 1560-vers 1660), p. 293-295, 481, Publications de la Sorbonne, Paris, 2006 (ISBN 2-85944-543-9)
  • « Nicolas Le Fèvre (philologue) », dans Louis-Gabriel Michaud, Biographie universelle ancienne et moderne : histoire par ordre alphabétique de la vie publique et privée de tous les hommes avec la collaboration de plus de 300 savants et littérateurs français ou étrangers, 2e édition, 1843-1865 [détail de l’édition] (lire en ligne)

Liens externesModifier