Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Fallet.
Nicolas Fallet
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 55 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités

Nicolas Fallet, né à Langres le et mort à Paris le , est un dramaturge et journaliste français.

Sommaire

BiographieModifier

Fils d’un chapelier, Fallet compose un assez grand nombre de pièces oubliées, dont quelques-unes ne sont pas sans mérite.
La tragédie de Tibère, dans laquelle Fallet altére le caractère de son héros en cherchant à le rendre moins odieux qu’il ne l’est réellement, n’a que dix représentations. Elle a cependant été parodiée comme si elle avait obtenu un grand succès.
Mathieu ou les Deux Soupers, n'est pas plus heureuse. Elle donne lieu à une plaisanterie de situation : « Il n’y avait pas un seul plat de passable dans ces Deux Soupers[1]. ». Cette pièce réduite à deux actes devient Les Deux Tuteurs et obtient alors un certain succès[2].
Fallet fournit beaucoup d’articles au Dictionnaire universel, historique et critique des mœurs, lois, usages et coutumes civiles, publié en 1772, 4 vol. in-8°. Il est l’un des coopérateurs de la Gazette de France, puis du Journal de Paris, et l’un des plus intrépides soutiens de l’Almanach des Muses. Il coopére au Dictionnaire historique et critique des mœurs, lois, usages et coutumes civiles, 1772, 4 vol. in-8°

ŒuvresModifier

  • Tibère et Sérénus, 1782 ;
  • Mathieu ou les Deux Soupers, comédie en trois actes et en prose mêlée d’ariettes, musique de Nicolas Dalayrac créée le , à la Cour à Fontainebleau puis donnée le à l'Opéra-Comique, salle Favart
  • Les Deux Tuteurs, comédie en deux actes et en prose, mêlée d’ariettes, (il s'agit de la précédente réduite à deux actes), musique de Nicolas Dalayrac, créée le à l'Opéra-Comique (salle Favart)
  • Les Fausses Nouvelles, 1786 ;
  • Alphée et Zarine, 1788 ;
  • Les Noces cauchoises, 1790.

RéférencesModifier

Références
  1. Melchior Grimm et Denis Diderot, Correspondance littéraire, philosophique et critique, op. cit., t. 11 (lire en ligne), « Septembre 1783 », p. 448-449.
  2. Melchior Grimm et Denis Diderot, Correspondance littéraire, philosophique et critique, op. cit., t. 12 (lire en ligne), « Mai 1784 », p. 120.

SourcesModifier

  • Antoine-Vincent Arnault, Antoine Jay, Étienne de Jouy, J. Norvins, Biographie nouvelle des contemporains, t. 7, Paris, Librairie historique, 1822, p. 21.

Liens externesModifier