Nicolas (prénom)

prénom masculin

Nicolas est un prénom masculin.

ÉtymologieModifier

Nicolas est un prénom d'origine grecque, Νικόλαος / Nikólaos, de νίκη / níkê « victoire » et λαός / laós « peuple », qui signifie « vainqueur des pêchés du peuple » selon Jacques de Voragine[1]. Il doit son succès à la popularité de saint Nicolas de Myre (fêté le et le ).

Saint patronModifier

Saint Nicolas, plusieurs saints du christianisme dont le plus célèbre est saint Nicolas de Myre.

Saint-Nicolas est reconnu comme le protecteur des enfants, des Lorrains, de la Russie, des avocats (pour le barreau de Paris), des marins et naufragés. La fête de la Saint-Nicolas est fêtée chaque . Elle est très célèbre dans l’est de la France (Lorraine et Alsace). Elle est également célébrée dans le nord de la France et dans les pays du nord de l'Europe dont la Belgique, les Pays-Bas, l’Autriche, l'Allemagne et une partie de la Suisse[2]. Avec Saint-Yves Hélory de Kermartin, Saint-Nicolas protège la profession des avocats et les opprimés qui font appel à lui selon la religion catholique.

Variantes linguistiquesModifier

DérivésModifier

Dérivés patronymiquesModifier

Nicolas est aussi un patronyme qui a donné de nombreux noms de famille dérivés.

Diminutifs masculins en françaisModifier

Formes féminines françaisesModifier

Popularité du prénomModifier

En Lorraine, le prénom est particulièrement populaire entre le XVIIe et le XIXe siècle, en raison de la popularité de saint Nicolas : par exemple, 20 % des naissances de Beaulieu-en-Argonne au début du XIXe siècle[4]. À Raon-aux-Bois, il s'agit de 10 % des naissances entre 1644 et 1792, et autour de 7 % au XVIIe siècle à Aouze et Aroffe[4].

Le prénom Nicolas connaît un succès particulier en France aux XXe et XXIe siècles : il y est donné à plus d'un enfant sur 100 depuis plus de trente ans (alors que beaucoup de prénoms connaissent des modes plus brèves). Peu donné jusqu'à la fin des années 1950, le prénom Nicolas a été en forte croissance au cours des années 1970 pour culminer entre 1980 et 1983 (une naissance masculine sur vingt). Sa popularité a ensuite baissé pour remonter a nouveau en seconde position entre 1994 et 1996 dans plusieurs régions de l'Est et du sud de la France[5],[6].

Personnalités portant ce prénomModifier

Pour les articles sur les personnes portant ce prénom, consulter la liste générée automatiquement pour Nicolas.

Hommes d'ÉgliseModifier

Souverains et princesModifier

Lorraine et BarroisModifier

MecklembourgModifier

MonténégroModifier

RoumanieModifier

RussieModifier

DiversModifier

Personnages de fiction portant ce prénomModifier

et également :

Notes et référencesModifier

NotesModifier

Cet article est partiellement ou en totalité issu de l'article intitulé « Nicolas » (voir la liste des auteurs).

RéférencesModifier

  1. Paul Gudin de la Brenellerie, La Conquête de Naples : par Charles VIII, t. I, Paris, Fuchs, (lire en ligne).
  2. http://news.catholique.org/6765-la-vie-de-saint-nicolas-de-myre-protecteur.
  3. a b et c Chantal Tanet et Tristan Hordé, Dictionnaire des prénoms, Paris, Larousse, , 675 p. (ISBN 978-2-03-583728-8), p. 476.
  4. a et b Marie-Hélène Colin, Emmanuelle Friant et Philippe Martin, « La dévotion à saint Nicolas en Lorraine du XVe au XIXe siècle », dans Musée Lorrain, Saint Nicolas et les Lorrains, entre histoire & légende, Editions serpenoise, (ISBN 2-87692-682-2).
  5. https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2014/04/29/la-carte-des-prenoms-les-plus-donnes-en-france_4408677_4355770.html.
  6. « SOCIÉTÉ. Les prénoms les plus donnés en Alsace depuis 1946 », sur lalsace.fr.

Articles connexesModifier