Nicolas-François Rémond de Montmort

Premier conseiller du duc d'Orléans
Nicolas François Rémond
Biographie
Naissance
Décès
Activités
Philosophe, fonctionnaireVoir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie

Nicolas-François Rémond de Montfort (1676[1]-1725), frère ainé du mathématicien Pierre Rémond de Montmort, est un homme de cour du règne de Louis XIV, qui fut notamment un des conseillers du duc d'Orléans et un correspondant de Leibniz.

BiographieModifier

Saint-Simon décrit Nicolas-François Rémond[2] comme non pas extérieurement d'une belle figure, mais comme extrêmement instruit et d'une grande habileté sociale, ce à quoi son heureux mariage avec la fille d'un joaillier a également contribué. Ses intérêts particuliers étaient les mathématiques, la politique, la philosophie, la littérature et la poésie.

Il est titularisé comme conseiller au Parlement de Paris (1699), Premier conseiller du dauphin Philippe duc d'Orléans (1705) et Introducteur des ambassadeurs (1719)[3].

À partir de 1713, Rémond entretient une correspondance enthousiaste avec Leibniz[4], traitant de sa métaphysique et de ses autres travaux : cosmologie chinoise, philosophie naturelle, religion. Il a été destinataire, avec le prince Eugène, de l'avant-dernier ouvrage de Leibniz, les Principes de la nature et de la grâce fondés en raison[5].

Par ses contacts en Angleterre, notamment avec Mary Wortley Montagu, Rémond a défendu Leibniz lors du "procès" en priorité sur le calcul différentiel que lui intentait Newton.

RéférencesModifier

  1. La date de 1676 (et non 1638 comme parfois indiqué : ici et ici) est prouvée par l'Armorial général de la noblesse de la France (5e registre, 2e partie), et confirmée par un Registre des baptêmes du Cabinet des titres (p. 557, juillet), par un Registre des tutelles, ainsi que par Early Modern Letters Online.
  2. Mémoires du duc de Saint-Simon, ch. 7 (lire sur Wikisource).
  3. Armorial général de la noblesse de la France, 5e registre, 2e partie.
  4. Lire leur correspondance en ligne sur Wikisource et sur Archive.org.
  5. Lire ces Principes sur Wikisource.

Liens externesModifier