Nicolas-Bernard Lépicié

peintre français

Nicolas-Bernard Lépicié, né le à Paris où il est mort le , est un peintre français.

Nicolas-Bernard Lépicié
Self portrait Nicolas-Bernard Lépicié.jpg
Nicolas-Bernard Lépicié, Autoportrait (vers 1777),
Lisbonne, musée Calouste Gulbenkian.
Naissance
Décès
(à 49 ans)
Paris
Nationalité
Française
Activité
Formation
Maître
Élève
Lieu de travail
Distinctions
Œuvres principales
Le Lever de Fanchon ; L'Intérieur d'une douane ; Le Jeune Dessinateur

BiographieModifier

Fils de deux graveurs, François-Bernard Lépicié (secrétaire perpétuel et historiographe de l’Académie royale de peinture et de sculpture) et Renée-Élisabeth Marlié, Nicolas-Bernard Lépicié étudie la gravure avec son père avant d’être forcé de quitter cet art, à cause de la faiblesse de sa vue, et de se tourner, vers 1751, vers la peinture qu’il étudie sous la direction de Carle van Loo[1].

Ayant obtenu, en 1759, le deuxième prix du prix de Rome, il reste néanmoins en France. Agréé par l’Académie royale en 1764, avec la Descente de Guillaume le conquérant en Angleterre (aujourd’hui à l’abbaye aux Hommes), il peint ensuite, dans la même veine, le Baptême du Christ (1765), le Christ et les petits enfants (1767) et la Conversion de Saül (1767). Reçu membre de l’Académie et peintre du roi avec Achille et le Centaure en 1769, il passe professeur adjoint en 1770, puis professeur en 1779[2].

Lépicié a fait, en 1768, Adonis changé en anémone pour le pavillon de Trianon ; en 1770, Narcisse changé en fleur, le Martyre de saint André et celui de saint Denis[1].

En 1773, il peignit, pour l’École militaire : Saint Louis rendant la justice sous un chêne, et une Descente de croix placée dans une des chapelles de la cathédrale de Chalon-sur-Saône. On a également de lui quelques scènes familières et un assez grand nombre de dessins d’animaux[2]. Il a exposé la Politesse intéressée, connue aussi sous le titre de les Bassesses de Zizi, au salon de 1773[3]. Il a dessiné des planches pour la suite de l’Histoire de France, qui a été continuée par Jean-Michel Moreau[4].

Souvent comparée à celle de Chardin et de Greuze[5],[6], la peinture de Lépicié a connu une grande vogue au XVIIIe siècle[5]. À partir des années 1760, tout en continuant à peindre des sujets d’histoire, il se met à peindre des scènes de genre intimiste dans le style flamand qui rappellent Teniers le vieux et ter Borch[2]. Dans les dernières années de sa vie, il se retire souvent à la campagne où il peint des scènes rustiques à la suite d’une crise religieuse qui l’amènera à modifier ou à supprimer certaines de ses œuvres contraires à sa nouvelle sensibilité[7],[8]. Malade de la poitrine, il meurt avant sa cinquantième année[7], loué pour sa piété au moins autant que pour ses talents[2].

ŒuvresModifier

GalerieModifier

Notes et référencesModifier

  1. a et b Louis-Gabriel Michaud et Joseph-François Michaud, Biographie universelle, ancienne et moderne : ou, Histoire par ordre alphabétique de la vie publique et privée de tous les hommes qui se sont fait remarquer par leurs écrits, leurs actions, leurs talents, leurs vertus ou leurs crimes, t. 24, Paris, Michaud, , 670 p. (lire en ligne), p. 220.
  2. a b c et d Charles Blanc, Histoire des peintres de toutes les écoles : école française, Paris, Jules Renouard, (lire en ligne), p. 7.
  3. Jules Abel Comte, Jean de Foville et André Dezarrois, Revue de l’art ancien et moderne, t. 46, Paris, Imprimerie Georges Petit, (lire en ligne), p. 217.
  4. Roger Portalis et Henri Beraldi, Les Graveurs du dix-huitième siècle, vol. 2, Paris, Morgand et Fatout, , xii-759, 771, 785 p., 6 vol. 23 cm (OCLC 724078042, lire en ligne), p. 662.
  5. a et b Alfred Leroy, Histoire de la peinture française au XVIIIe siècle (1700-1800) son évolution et ses maîtres, Paris, A. Michel, 1934, 445 p., p. 398.
  6. Robert Sabatier, Histoire de la poésie française. Poésie du XVIIIe siècle, Paris, Albin Michel, 1975, 310 p., p. 15
  7. a et b Michel Florisoone, Le Dix-Huitième Siècle : la peinture française, Paris, P. Tisné, , 145 p. (lire en ligne), p. 27.
  8. Sophie Join-Lambert, Peintures françaises du XVIIIe siècle : catalogue raisonné. Musée des beaux-arts de Tours, Milan, Silvana, , 455 p., 29 cm (ISBN 978-8-83660-998-7, OCLC 503008218, lire en ligne), p. 234.
  9. a b c d e f g h i j k l m n o p q r s et t Philippe-Gaston Dreyfus, Catalogue raisonné de l’œuvre peint et dessiné de Nicolas-Bernard Lépicié, Paris, Armand Colin, 1923, 154 p.
  10. Base Rose Valland
  11. a b c d e et f Nicolas-Bernard Lépicié dans la base joconde
  12. Petit dessinateur, Louvre
  13. Acquis grâce à la donation de la baronne Joseph-Marie du Teil Chaix d'Est-Ange, en souvenir de son mari mort pour la France en 1918.
  14. Galerie Maurice Ségoura, Paris, 1997, vendu au collectionneur Paul Desmarais ; , vente Paul Desmarais, New York, no 96.
  15. Dessinateur, Louvre.

BibliographieModifier

  • Philippe Gaston-Dreyfus, Catalogue raisonné de l'œuvre peint et dessiné de Nicolas-Bernard Lépicié, Paris, Armand Colin, 1923, 154 p.
  • Philippe Gaston-Dreyfus, « Une dernière volonté de Nicolas-Bernard Lépicié », Bulletin de la Société de l’histoire de l’art français, 1er fascicule, Nogent-le-Rotrou, Daupeley-Gouverneur, 1910.
  • Marie-Catherine Sahut ; Nathalie Volle, « Diderot et l’art de Boucher à David », Catalogue exposition Hôtel de la Monnaie, -, Paris, Éditions de la Réunion des musées nationaux, 548 p., (ISBN 978-2-71180-283-8).

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :