Niccolò Perotti

professeur, archevêque, gouverneur italien de diverses villes des États de l'Église et auteur de la première grammaire latine des temps modernes

Niccolò Perotti (né en 1430 à Fano, dans la région des Marches, et mort le à Sassoferrato) était un prélat, un universitaire, un traducteur et un philologue italien du XVe siècle.

Niccolò Perotti
Fonction
Archevêque catholique
Archidiocèse de Manfredonia-Vieste-San Giovanni Rotondo
depuis le
Giovanni Burgio (en)
Tiberio Nardini (d)
Biographie
Naissance
Décès
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Religion

BiographieModifier

Fils cadet d'une famille aristocratique, Niccolò Perotti reçoit une bonne éducation. Autour de 1443, il commence à fréquenter l'école Vittorino da Feltre de Mantoue, puis l'école Guarino da Verona de Ferrare. À l'âge de 18 ans, il vit avec la famille de l'Anglais William Gray, humaniste, qui plus tard deviendra évêque d'Ely. À l'automne 1446, il se rend à Rome où il devient secrétaire du cardinal Bessarion, humaniste byzantin. Il suit le cardinal Bessarion à Bologne, où il était légat du pape de 1450 à 1455, et fréquente l'université de Bologne. Il a probablement enseigné la rhétorique et la poétique à l'université de Bologne. À Bologne, il continue à travailler comme traducteur afin d'attirer l'attention du pape Nicolas V, qui l'a engagé comme traducteur du grec. En 1452, Perotti y reçoit le laurier de la poésie des mains de l'empereur Frédéric III. Pendant son séjour à Bologne, il a également un violent affrontement avec Poggio Bracciolini pour la défense de Lorenzo Valla.

En 1455, il revient à Rome, où il est nommé secrétaire apostolique. L'année suivante, il reçoit les ordres et le , il est nommé archevêque de Siponto. L'année suivante, il participe au concile de Mantoue, proclamé par Pie II pour tenter d'arrêter les Ottomans qui ont conquis Constantinople en 1453. Jusqu'en 1464, il suit Bessarion dans ses déplacements en Allemagne et à Venise. En 1464, il est nommé gouverneur du patrimoine de Saint-Pierre, à Viterbe.

Au cours de la période de cinq ans (1464-1469) qu'il a passée à Viterbe en tant que gouverneur du patrimoine de Saint-Pierre, Perotti a commencé à publier ses œuvres de philologie. En 1469, il revient à Rome ; vers 1470, il écrit une invective contre Georges de Trébizonde, adversaire de Bessarion. En , Perotti est nommé gouverneur de Spolète, poste qu'il quitte l'année suivante. En 1474, il devient gouverneur de Pérouse, où il est accompagné par son secrétaire l'humaniste Francesco Maturanzio. Au début de 1477, il renonce à sa charge à Pérouse et se retire dans sa villa, située aux environs de sa ville natale de Sassoferrato. Il s'y consacre aux études et rédige son Cornucopiae, ouvrage sur la langue latine à travers un commentaire des Épigrammes de Martial. Il meurt à Sassoferrato en .

ŒuvresModifier

TraductionsModifier

  • Fables de Phèdre

OuvragesModifier

BibliographieModifier

  • Jean-Louis Charlet, « Un humaniste trop peu connu, Niccolò Perotti : Prolégomènes à une nouvelle édition du Cornu copiae », Revue des études latines, 65 (1987), pp. 210-227.

Liens externesModifier