Ouvrir le menu principal

Nexhmije Hoxha

première dame d'Albanie
Nexhmije Hoxha
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Fonction
Membre du parlement d'Albanie
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (98 ans)
BitolaVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Nexhmije XhugliniVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Conjoint
Enfant
Ilir Hoxha (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Partis politiques

Nexhmije Hoxha, née le à Bitola, est une femme politique albanaise, épouse du dictateur communiste Enver Hoxha.

BiographieModifier

Nexhmije Xhuglini naît à Bitolj, dans l'actuelle République de Macédoine du Nord, de parents albanais. Elle étudie à Tirana[1].

En novembre 1941, durant l'occupation italienne de l'Albanie consécutive à la Seconde Guerre mondiale, elle rejoint le Parti communiste d'Albanie à sa création. Un an plus tard, elle est élue au conseil du Mouvement de libération nationale. Elle combat dans la 1re division de l'armée de libération nationale.

En 1943, elle est élue au secrétariat de la Ligue des femmes albanaises, une organisation communiste qu'elle préside de 1946 à 1952.

Elle est membre de la Fédération démocratique internationale des femmes.

À la libération, elle épouse Enver Hoxha, chef du Parti communiste et du gouvernement de la République populaire d'Albanie. Ils auront trois enfants, deux fils, Ilir (en) et Sokol, ainsi qu'une fille, Pranvera.

Nexhmije Hoxha est élue à l'Assemblée nationale en 1948, alors que son époux met en place les instruments d'une dictature d'inspiration stalinienne. En 1952, elle rejoint le comité central du Parti communiste, rebaptisé Parti du travail d'Albanie. En 1966, elle est directrice de l'Institut des études marxistes–léninistes.

À la mort d'Enver Hoxha en 1985, Nexhmije Hoxha prend la suite de son époux à la tête du Front démocratique, l'organisation populaire dirigée par le Parti. Elle défend l'héritage politique de son mari[2], notamment pendant la période des réformes (1990-1991). Elle est forcée à démissionner du Front démocratique en décembre 1990, pour laisser la place au Premier ministre Adil Çarçani.

Elle est arrêtée et condamnée en 1993 à neuf ans de prison pour les détournements de fonds réalisés pendant la dictature[3]. Elle est libérée par la suite[4],[5].

RéférencesModifier

  1. « 90-vjetori i institutit femëror "Nëna Mbretëreshë" »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Metropol
  2. « Albanie : les ultimes confessions de Nexhmije, la veuve d'Enver Hoxha - Le Courrier des Balkans », sur www.courrierdesbalkans.fr (consulté le 16 décembre 2016)
  3. « ALBANIE: Nexhmije Hoxha », sur lesechos.fr, (consulté le 16 décembre 2016)
  4. (en) The Associated Press, « Widow of dictator leaves prison In Albania, Nexhmije Hoxha serves five years for corruption », The Kansas City Star,‎ (lire en ligne)
  5. « MY FATHER, ENVER HOXHA », sur www.oneparty.co.uk (consulté le 16 décembre 2016)

BibliographieModifier

  • Fahri Balliu, La femme du diable: Nexhmije Hoxha, veuve du dictateur albanais Enver Hoxha, Favre, (ISBN 9782828910235, lire en ligne)