Ouvrir le menu principal

La neuropharmacologie est la science qui étudie l'incidence des médicaments sur le système nerveux[1].

Il existe deux branches de neuropharmacologie :

  • La neuropharmacologie comportementale étudie la façon dont les drogues (médicamenteuses ou récréatives) affectent le comportement humain (branche reliée à la neuropsychopharmacologie), incluant notamment les effets de la dépendance sur le cerveau humain ;
  • La neuropharmacologie moléculaire concerne l'étude des neurones et de leurs interactions neurochimiques, dans le but de développer des médicaments pouvant avoir des effets bénéfiques sur leurs fonctions.

Ces deux pans de la neuropharmacologie sont étroitement connectés, puisqu'ils concernent tous les deux l'interaction de neurotransmetteurs, neuropeptides, neurohormones, neuromodulateurs, enzymes, seconds messagers, cotransporteurs, canaux ioniques et récepteurs protéiques entre eux, que ce soit dans le système nerveux périphérique ou central. En étudiant ces interactions complexes, les chercheurs développent des médicaments destinés à soigner ou à diminuer différentes maladies neurologiques, incluant la douleur, les maladies neurodégénératives comme la maladie de Parkinson, les désordres psychologiques, les addictions et bien d'autres…

Bases moléculaires de la neurotransmissionModifier

Bases moléculaires des toxicomaniesModifier

Physiologie et physiopathologie du striatumModifier

Bases moléculaires des maladies neurodégénératives (maladie d'Alzheimer, maladie de Huntington, maladie de Parkinson)Modifier

Étude de quelques grandes familles de canaux : aspects structuraux, physiologiques et pathophysiologiquesModifier

  • Canaux potassiques
  • canaux voltage-dépendent sodiques, calciques et chlorures : rôle dans le maintien du potentiel de repos et dans la genèse du potentiel d'action
  • canaux (DEG-ENac, TRP, MIP)

Neuropharmacologie cliniqueModifier

Notes et référencesModifier