Neuilly sa mère !

film de Gabriel Julien-Laferrière, sorti en 2009
Neuilly sa mère !
Description de l'image Image manquante.jpg.
Réalisation Gabriel Julien-Laferrière
Scénario Philippe de Chauveron
Marc de Chauveron
Acteurs principaux
Pays de production Drapeau de la France France
Genre Comédie
Durée 90 minutes
Sortie 2009

Série

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Neuilly sa mère ! est un film français réalisé par Gabriel Julien-Laferrière, sorti en 2009.

RésuméModifier

Le jeune Sami Ben Boudaoud, 14 ans, a toujours vécu dans la cité Maurice-Ravel à Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire). Mais un jour, sa mère veuve trouve un emploi d'hôtesse sur un paquebot, et Sami est forcé de quitter ses amis de la banlieue et est confié à sa tante, qui s'est mariée à un divorcé de Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine). C'est alors qu'une nouvelle vie commence pour lui dans la ville chic à côté de Paris, à « Neuilly ».

Dès le premier jour, son cousin Charles Chazelle, féru de politique et grand admirateur des membres de l'UMP, le prend en grippe, notamment parce qu'il assimile ses origines non-françaises et son passé en cité à une identité de délinquant. En revanche, son oncle Stanislas, sa tante Djamila et sa cousine Caroline apprécient Sami. Placé dans une école privée catholique très stricte et dans la classe de Charles, Sami sympathise avec Sophie Bourgeois, la déléguée de classe, ainsi qu'avec Marie Pernelle, la voisine des Chazelle dont il se sent attiré (et réciproquement, Marie ayant été intriguée par Sami lorsque ce dernier fut ému aux larmes en écoutant le Boléro de Maurice Ravel, dont le nom du compositeur est le même que celui de sa cité).

Son lien avec Marie (qui n'avait jamais laissé un garçon s'approcher d'elle avant Sami) ainsi que son statut de « jeune de cité » lui valent l'hostilité d'un trio d'élèves composé de Guilain Lambert, Pierre-Walter Bonnard et Léonardo San Pellegrino, qui l'humilient en lui faisant prendre du porc pour du veau à la cantine. Sami réagit violemment, sous les yeux de Marie qui s'éloigne alors de lui, choquée par son comportement brutal. Les deux adolescents renouent quelques jours plus tard et Marie explique à Sami que son père battait sa mère durant toute son enfance et qu'il n'y avait pas d'assistante sociale dans son milieu pour ce genre de drame. Hélas, Sami se bat une fois de plus peu après au cours d'une altercation avec un groupe de jeunes déscolarisés surnommés les « Picassos », tirés du nom de leur cité. Marie coupe alors une nouvelle fois les ponts avec Sami.

Au milieu d'une histoire d'adultère n'en étant pas une entre Stanislas et Djamila et de la volonté de Charles de remplacer la déléguée partie, Sami réussit à convaincre son cousin, en l'absence de ses parents, d'organiser une fête afin de se rendre populaire auprès de ses camarades de classe, tout en voyant là l'occasion de pouvoir s'expliquer avec Marie. Alors que cette dernière lui pardonne à nouveau, Guilain Lambert envoie les voyous de la cité Picasso tout casser pendant les festivités, mais l'arrivée des amis de Sami venus de Chalon change l'issue de la bagarre.

Afin de se venger, les « Picasso » cassent la figure de Guilain, qui persuade sa mère et la directrice du collège que Sami est responsable. Sami est à deux doigts de se faire renvoyer de chez sa tante Djamila et du collège mais les « Picasso » l'innocentent (à la demande de Marie) tandis que Charles bat Guilain aux élections de délégué. Après cela, tout va pour le mieux ; même Malik, le chef des « Picasso », devient ami avec Sami, qui va vivre avec sa mère dans la cité Picasso. Sami sort enfin avec Marie Pernel.

Fiche techniqueModifier

DistributionModifier

 
Samy Seghir (photographié en 2013) incarne Sami Ben Boudaoud, le personnage principal du film.

ProductionModifier

Lieux de tournageModifier

Lors de premier plan, au tout début du film, on peut entendre le narrateur (Sami) décrire sa ville Chalon-sur-Saône, il s'agit en réalité de la ville de Poissy dans les Yvelines, précisément sur les berges de la Seine, à proximité de l'ancien pont traversant ce fleuve, détruit par les Allemands lors de la Seconde Guerre mondiale ; la cité de Chalon est en fait la résidence des Oiseaux à Carrières-sous-Poissy, l'école de Samy est en fait l'école du Guesclin de Carrières-sous-Poissy. Le Lidl de Carrières-sous-Poissy a servi de scène de tournage très brièvement. Le reste de l’histoire est tourné dans les Hauts-de-Seine à Neuilly-sur-Seine. Le lycée Saint-Exupéry est en fait le lycée Pasteur de Neuilly-sur-Seine. La scène où l'on découvre l'impasse Debussy a été tournée à l’entrée de l'avenue Frochot, une villa privée de Paris. L'hôtel particulier de la famille De Chazelle, se situe en réalité dans la commune de Évecquemont dans les Yvelines[2],[3].

Au début, les scènes de la cité de banlieue sont tournées à la cité HLM, rue Touboul, de Carrières-sous-Poissy. Une scène à l'hôtel Fouquet's Barrière a été tournée très rapidement.

La scène de la piscine a été tournée au Lagardère Paris Racing, dont son club de tennis.

La cité Picasso est en réalité la cité Pablo-Picasso de Nanterre.

La scène finale entre Sami et Marie est tournée au pont de la Tournelle (4e et 5e arrondissements de Paris).

La scène de la fête foraine est tournée à la fête foraine des Tuileries, rue de Rivoli (1er arrondissement de Paris).

La scène où Sami et sa mère se rendent chez Djamila est tournée à place Winston-Churchill, à Neuilly.

La scène de Sami et sa mère à leur arrivée à Neuilly est tournée devant la station de métro Sablons.

Bande originale[4]Modifier

AccueilModifier

Box-officeModifier

Au , et ce malgré une faible médiatisation comparée à celle de films tels L'Âge de glace 3 ou Là-haut sortis sur la même période, le film dépasse la barre du million d'entrées. La ville de Neuilly-sur-Seine décide de programmer le film dans une de ses salles de cinéma[5].

Le , Djamel Bensalah affirme sur RTL avec Philippe Bouvard que le film a dépassé les 1,5 million d'entrées. Au total, il a dépassé 2,5 millions d'entrées en France[6], se classant ainsi parmi les 21 films de l'année 2009 (dont six films français) qui ont dépassé deux millions d'entrées[7].

Pays ou région Box-office Date d'arrêt du box-office Nombre de semaines
  France 2 535 730 entrées[8] (25 148 340 $) 14 semaines

CitationsModifier

Et parmi les références à la politique et à la vie de Nicolas Sarkozy :

  • La principale de St Ex dans son bureau à Sami : « Ici on étudie plus pour réussir plus ! » (citation originelle : « Travailler plus pour gagner plus ! »)
  • Charles à Sami, dans la chambre de Charles : « Ma chambre, tu l'aimes ou tu la quittes ! » (citation originelle : « La France, on l'aime ou on la quitte ! »)
  • Charles qui fait son footing jusqu'au bois de Boulogne en portant un t-shirt siglé NYPD, comme son mentor.
  • Une automobiliste lance à Charles, lorsque ce dernier traverse la rue au rouge : « Casse-toi, pauv' con ! ».
  • Lorsque Djamila présente à Sami la chambre de Charles avec qui il devra partager, on entend en fond sonore la chanson de Carla Bruni Quelqu'un m'a dit.

Référence à Florent Pagny :

  • Charles à sa famille (lors du premier dîner avec Stanislas) : « Vous n'aurez pas ma liberté de manger » (paroles de Ma liberté de penser).

Référence à Charlie Chaplin :

  • Djamila à Charles (lors du deuxième dîner avec Stanislas) : « Charles, l'eau ».

Autour du filmModifier

SuiteModifier

Une suite sort en août 2018 sous le titre Neuilly sa mère, sa mère !. Elle est plus centrée sur Charles tandis que Sami devient plus secondaire.

Notes et référencesModifier

  1. Budget du film
  2. « Neuilly, sa mère », afcinema.com, 17 mai 2009.
  3. « L’équipe de « Neuilly sa mère ! » vient tourner la suite », lagazette-yvelines.fr, 25 octobre 2017.
  4. Gabriel Julien-Laferrière, Jérémy Denisty, Rachida Brakni et Denis Podalydès, Neuilly sa mère!, (lire en ligne)
  5. « "Neuilly sa mère!" débarque à Neuilly », sur Le Figaro, AFP, (consulté le )
  6. Box-office du film sur AlloCiné
  7. Statistiques de fréquentation de 2009, CNC
  8. Box-office de Neuilly sa mère ! sur allocine.fr

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :