Neoness

Salles de sport

Neoness
logo de Neoness

Création 2008
Fondateurs Marie-Anne Teissier, Céline Wisselink
Siège social Paris
Drapeau de France France
Activité Fitness
Société mère Groupe Verona
Site web [1]

Neoness est une enseigne du Groupe Verona créé en 2008, regroupant une trentaine de salles de fitness en France.

HistoriqueModifier

Les salles de sports, club de forme ou fitness, se sont développées en France à partir des années 1980, mais étaient dans un premier temps assez élitistes. Le marché se réveille réellement dans les années 2000, notamment grâce à des enseignes qui s’installent les centres-villes, avec une offre moins chère[1].

Neoness est créée en 2008, par deux femmes ayant travaillé dans des entreprises similaires, Marie-Anne Teissier et Céline Wisselink. Elles se sont rencontrées en travaillant l’une et l’autre, quelques années auparavant, pour l’UCPA. La marque Neoness « veut démocratiser la pratique sportive en offrant de la qualité à prix bas » selon ses fondatrices. Elle compte en 2019 150 000 abonnés[1],[2],[3],[4].

Le principe des formules proposées est d’une part de différencier les heures creuses d’un accès à tout heure, et d’autre part de proposer des services complémentaires, à la carte. Les salles Neoness ont une superficie de 1 000 à 2 000 m2 pour des plateaux de machines de musculation libres et guidées et de cardio-training, une salle de cours collectifs (cours assurés par des coachs) et des vestiaires avec des douches payantes[3],[4],[5].

La société se développe essentiellement par croissance interne, dans un marché français porteur, en s’appuyant financièrement sur un fonds d’investissement à partir de 2016. Mais les fondatrices conservent la direction opérationnelle[6].

RéférencesModifier

  1. a et b Corinne Scemama, « Le combat musclé des salles de sport », L'Express,‎ (lire en ligne)
  2. Mathilde Visseyrias, « Neoness, le succès d'un duo d'amies : L'entreprise est notre bébé », Le Figaro,‎ (lire en ligne)
  3. a et b Juliette Garnier, « Neoness accélère la chute de CMG Sports Club, pionnier des salles de fitness », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  4. a et b « Marie-Anne Teissier et Céline Wisselink démocratisent le sport en salle », La Tribune,‎ (lire en ligne)
  5. « Du fitness low cost », Le Parisien,‎ (lire en ligne)
  6. Vincent Bouquet, « Muscler ses fonds propres et garder sa liberté », Les Échos,‎

AnnexesModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier