Ouvrir le menu principal

Negro spiritual

genre musical afro-américain
La chanteuse Marian Anderson interprétant un negro spiritual.

Le negro spiritual est un type de musique vocale et sacrée né chez les esclaves noirs des États-Unis au XIXe siècle, et qui serait à l'origine du gospel. Il est aussi la seule forme d'expression des esclaves noirs américains lors de la guerre de Sécession.

Le mot désigne également une œuvre ou un chant appartenant à ce courant musical.

OrigineModifier

L'histoire de la musique afro-américaine[1] est étroitement liée à celle de l'esclavage[2].

Entre 1619[3], date de l'arrivée des premiers Africains en Virginie et 1808 (date où l'importation d'esclaves aux États-Unis est interdite), deux millions d'esclaves sont déportés dans les colonies d'Amérique du Nord pour y travailler dans les champs de coton. L'esclavage ne sera aboli qu'en 1865[4] après la guerre de Sécession.

Arrivés sur le continent américain, les esclaves font l'objet d'une sorte de dressage (période d'acclimatation appelée le seasoning par les esclavagistes anglo-saxons). Coupés de leurs racines (on les sépare de leur famille, de leur groupe ethnique, de leur groupe linguistique, on leur donne un nouveau nom), ils doivent s'habituer aux conditions particulières du pays (apprentissage de la langue, vie sociale sur les plantations, apprentissage forcé de la religion, etc.) et des conditions de travail, ce qui crée un phénomène d'acculturation que les chercheurs américains appellent la Double consciousness (en)[5]. Totalement désocialisés, ils doivent réinventer des liens communautaires qui ne peuvent plus être ceux de l'Afrique et se créer des biens immatériels : prière, spiritualité, musique à travers des chants de travail qui sont à l'origine des Negro spirituals[6] (chants religieux au milieu des champs de coton) qui apparaissent au XVIIIe siècle en lien avec le développement des Églises noires.

Ces Negro spirituals[7] s'appuient surtout sur l'Ancien testament, notamment le Livre de l'Exode qui raconte l'émancipation du peuple hébreu, cette référence biblique portant l'espoir des esclaves américains de se libérer eux aussi du joug de leurs maîtres.

Quelques negro spirituals célèbresModifier

Notes et référencesModifier

  1. (en-US) « The History of African American Music | Encyclopedia.com », sur www.encyclopedia.com (consulté le 14 août 2019)
  2. (en-US) « African American Spirituals », sur Library of Congress, Washington, D.C. 20540 USA (consulté le 14 août 2019)
  3. « Les Negro Spirituals & Le Gospel » (consulté le 14 août 2019)
  4. (en-US) « History Official Site of Negro Spirituals, antique Gospel Music », sur www.negrospirituals.com (consulté le 14 août 2019)
  5. John P. Pittman, « Double Consciousness », dans The Stanford Encyclopedia of Philosophy, Metaphysics Research Lab, Stanford University, (lire en ligne)
  6. (en) « Spiritual | music », sur Encyclopedia Britannica (consulté le 14 août 2019)
  7. Encyclopædia Universalis, « NEGRO SPIRITUAL ET GOSPEL », sur Encyclopædia Universalis (consulté le 14 août 2019)
  8. (en) « First recording of Swing Low, Sweet Chariot (1909) », sur The Public Domain Review, (consulté le 14 août 2019)
  9. (en-US) « Sometimes I Feel Like a Motherless Child », sur Library of Congress, Washington, D.C. 20540 USA (consulté le 14 août 2019)
  10. « Search results for The Library of Congress Celebrates the Songs of America, Nobody Knows the Trouble I've Seen, Available Online », sur Library of Congress, Washington, D.C. 20540 USA (consulté le 14 août 2019)
  11. (en-US) « " When the Saints Go Marching In" », sur Library of Congress, Washington, D.C. 20540 USA (consulté le 14 août 2019)
  12. (en) Songfacts, « Joshua Fought The Battle Of Jericho by Traditional - Songfacts », sur www.songfacts.com (consulté le 14 août 2019)
  13. (en) « Elijah Rock Lyrics », sur www.lyrics.com (consulté le 14 août 2019)
  14. (en) « Take My Hand, Precious Lord Lyrics », sur www.lyrics.com (consulté le 14 août 2019)
  15. a b c d e et f « Bayard Musique - Les plus célèbres negro spirituals, Ensemble vocal Bernard Lablaude, A. Sarkis, V. Vee, J. Littleton, Compagnons du Jourdain (Les) », sur www.bayardmusique.com (consulté le 14 août 2019)
  16. (en-US) « Search results for The Library of Congress Celebrates the Songs of America, Deep River Song, Available Online », sur Library of Congress, Washington, D.C. 20540 USA (consulté le 14 août 2019)
  17. (en-US) « Down By the Riverside: The History and Lyrics », sur www.thetabernaclechoir.org (consulté le 14 août 2019)
  18. (en-US) « Search results for The Library of Congress Celebrates the Songs of America, Mary Don't You Weep song, Available Online », sur Library of Congress, Washington, D.C. 20540 USA (consulté le 14 août 2019)
  19. (en-US) « SOON ONE MORNING Official Site of Negro Spirituals, antique Gospel Music », sur www.negrospirituals.com (consulté le 14 août 2019)
  20. (en-US) « Oh! Peter go ring dem bells », sur Library of Congress, Washington, D.C. 20540 USA (consulté le 14 août 2019)
  21. (en-GB) « Hymnology », sur hymnology.hymnsam.co.uk (consulté le 14 août 2019)
  22. (en-US) Msgr Charles Pope, « Rock a My Soul in the Bosom of Abraham – Learning the Wisdom of an old Spiritual », sur Community in Mission, (consulté le 14 août 2019)
  23. (en) « Were You There », sur Hymnary.org (consulté le 14 août 2019)
  24. « Go Down Moses paroles par Louis Armstrong - lyrics et parole de chanson », sur www.paroles-musique.com (consulté le 14 août 2019)

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Fleuve profond, sombre rivière : les « Negro Spirituals », commentaires et traductions de Marguerite Yourcenar, Paris, Gallimard, 1964 ; nouvelle éd. Gallimard, 1982 (ISBN 2-07-026726-1)
  • Noël Balen, Histoire du Gospel et du negro spiritual, Paris, Fayard, , 345 p. (ISBN 978-2213603322)
  • Sébastien Fath, Gospel & francophonie : une alliance sans frontières, éd. Empreinte temps présent, 2016, p. 11.

Articles connexesModifier

Liens externesModifier