Naval Act of 1798

Acte visant à renforcer l'US Navy

Le Naval Act of 1798 (« Loi navale de 1798 »), officiellement en anglais : An act to provide an additional Armament for the further protection of the trade of the United States, and for other purposes (« Loi visant à fournir un armement supplémentaire pour une meilleure protection du commerce des États-Unis entre autres objectifs »[1]) est une loi votée par le Congrès des États-Unis le qui vise à renforcer l'United States Navy alors que la quasi-guerre avec la France est sur le point de commencer.

HistoriqueModifier

L'initiative citoyenneModifier

Après l'affaire XYZ, la tension monte entre les États-Unis et la France. Au milieu de l'année 1798, les nombreuses prises effectuées par les corsaires français dans les Caraïbes poussent des notables de Newburyport à se réunir, afin de décider d'une action qui pourrait aider le pays[2]. Ainsi, le , ils ouvrent une souscription afin de permettre la construction d'un navire de guerre de 20 canons. Celle-ci, par effet boule de neige, déclenche des souscriptions dans une dizaine de villes portuaires de la côte Est des États-Unis[2].

La réaction du congrèsModifier

Le congrès réagit aussitôt en déposant un projet de loi, accepté par les deux chambres, visant à acheter neuf de ces navires aux huit villes souscriptrices avec des bons du Trésor. Il est ratifié le [1]. En plus de ces neuf navires, un dixième, le George Washington est acheté avec ces mêmes bons à un armateur de Providence[2].

NaviresModifier

Navires originelsModifier

Les navires acquis grâce aux bons du trésor du Naval act of 1798 sont les suivants[3]:

Nom Puissance de feu Ville de souscription Capitaine
USS Boston 24 canons Boston, (Massachusetts) George Little (en)
USS Essex 32 canons Salem (Massachusetts) Edward Preble
USS George Washington 24 canons Providence (Rhode Island) Patrick Fletcher
USS John Adams 20 canons Charleston (Caroline du Sud) George Cross
USS Maryland 18 canons Baltimore (Maryland) John Rodgers
USS Merrimack 20 canons Newburyport (Massachusetts) Moses Brown
USS New York 36 canons New York (New York) Richard V. Morris
USS Patapsco 18 canons Baltimore (Maryland) Henry Geddes
USS Philadelphia 44 canons Philadelphie (Pennsylvanie) Stephen Decatur (en)
USS Richmond 16 canons Norfolk (Virginie) Samuel Barron

Autres naviresModifier

En plus de ces dix navires originels, ce Naval Act of 1798 autorise l'achat de nombreux navires, qui, pour la plupart servent durant la quasi-guerre, la guerre de Tripoli et la guerre anglo-américaine de 1812[4]. De plus, trois des six frégates originelles de l'United States Navy, dont la construction avait été arrêtée à la suite d'accords de paix entre les États-Unis et Alger[n 1], est relancée.

Frégates dont la construction est relancée par l'acte du
Nom Puissance de feu Statut au
USS Chesapeake 44 canons En construction à Norfolk
USS Congress 36 canons En construction à Portsmouth
USS President 44 canons En construction à New York
Sloops autorisés par les actes du et du
Nom Puissance de feu Statut au
USS Adams 24 canons En construction à New York
USS Baltimore 20 canons Acheté à Baltimore, en mer
USS Connecticut 24 canons En construction à Middletown (Connecticut)
USS Delaware 20 canons Acheté à Philadelphie, en mer
USS Ganges 24 canons Acheté à Philadelphie, en mer
USS General Greene 24 canons En construction à Warren (Rhode Island)
USS Montezuma 20 canons Acheté à Baltimore, en mer
USS Portsmouth 24 canons Construit à Portsmouth, se prépare à aller en mer
Autres navires autorisés par l'acte du
Nom Puissance de feu Statut au
USS Herald 18 canons Acheté à Boston, en mer
USS Norfolk 18 canons Acheté à Norfolk, en mer
USS Pinckney 18 canons Transféré depuis le Revenue Cutter Service, se prépare à aller en mer

SourcesModifier

NotesModifier

  1. La clause 9 du Naval Act of 1794 interrompt en effet la construction de ces six frégates si des accords de paix sont trouvés. Néanmoins, à la demande du président George Washington, le Congrès passe un acte le autorisant l'achèvement des trois frégates dont la construction arrive presque à terme: le United States, la Constellation, et la Constitution. Les trois autres chantiers sont suspendus[5].

RéférencesModifier

BibliographieModifier

  • (en) Frederick C. Leiner, Millions for Defense: The Subscription Warships of 1798, Annapolis, Naval Institute Press, , 262 p. (ISBN 978-1-55750-508-8, présentation en ligne)
  • (en) Robert Deveraux, « The First American Fleet: The Sailing Warships of the Quasi-War, 1798-1801 », Western Illinois Historical Review, vol. 2,‎ (ISSN 2153-1714, lire en ligne)
  • (en) Gardner W. Allen, Our Naval War With France, Boston et New York, Houghton Mifflin Company, , 323 p. (OCLC 1202325, présentation en ligne)

Articles connexesModifier