Ouvrir le menu principal

Nathan Weinstock

avocat et enseignant belge
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Weinstock.
Nathan Weinstock
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Activités

Nathan Weinstock, né à Anvers en 1939, est un avocat, traducteur de yiddish et enseignant belge. Il est connu pour ses études du mouvement ouvrier juif et en tant que passeur de la culture yiddish ainsi que pour ses engagements antisionistes qu'il a reniés après l'échec des Accords d'Oslo.

Sommaire

BiographieModifier

Ses deux parents ont fui la Russie tsariste avant la Première Guerre mondiale[1].

Dans les années 1960-80, il milite dans les courants trotskistes belges et publie chez l'éditeur d'extrême-gauche François Maspéro.

Après avoir étudié le droit et la criminologie à l'Université libre de Bruxelles, il enseigne la criminologie de 1964 à 1975 à l'Université de Gand en tant qu'assistant du Prof. Willy Calewaert. En 1962, il s'inscrit au barreau d'Anvers avant de rejoindre le barreau de Bruxelles. Il prend sa retraite en 2004.

Membre du Conseil scientifique et du Conseil d'administration de l'Institut d'Études juives (Institut Martin Buber) auprès de l'Université Libre de Bruxelles ainsi que du Conseil pour les relations pluralistes institué au sein du Consistoire Central Israélite de Belgique, ses centres d'intérêt l'amènent à effectuer, parallèlement à ses activités professionnelles, des recherches dans six domaines spécifiques : la sociologie, la criminologie, l'étude des diaristes de la Shoah, la culture de langue yiddish et du conflit israélo-palestinien.

Vie privéeModifier

Il est marié avec Micheline et a eu deux enfants : Tamara (une fille) et Lev (un garçon)[2].

Thèmes d'étudeModifier

La sociologieModifier

En 1969, il rédige, avec la collaboration de Thérèse Hanocq, Jacques Bude et André Vogel, une étude sur les cours par correspondance du secteur privé en Belgique[3].

La criminologieModifier

Dans ce domaine, on note, outre divers articles de revue, un essai intitulé Production et reproduction du criminel, paru en 1978 au Ed. du Fonds Léon Lesoil (Bruxelles) avec une préface de Jean-Marie Vincent. Si la partie historique de cette étude n'est pas dépourvue d'intérêt, l'auteur récuse aujourd'hui «l'optique marxiste étriquée qui l'inspire et, surtout sa cécité éthique qui l'entraînait à valoriser de façon irresponsable le délinquant en tant qu'exclu, sans avoir égard à la réalité du comportement antisocial.»[réf. nécessaire]

Le mouvement ouvrier juifModifier

Le Pain de Misère. Histoire du mouvement ouvrier juif en Europe est l'un des premiers ouvrages étudiant le mouvement révolutionnaire juif en Europe - et particulièrement dans l'Est de l'Europe. Il y met en valeur l'action du Bund.

Avec Terres Promises. Avatars du mouvement ouvrier juif au-delà des mers autour de 1900, Nathan Weinstock « sort de l'oubli une épopée méconnue inspirée par les rêves et les espoirs de toute une population et de toute une époque, parachevant la fresque qu'il avait entamée ave l'étude du mouvement ouvrier juif en Europe »

Une synthèse relative au mouvement ouvrier juif au Nouveau Monde et en Palestine – initialement destinée à trouver place dans le Pain de Misère – vient compléter ultérieurement cette recherche dans Terres Promises. Avatars du mouvement ouvrier juif au-delà des mers autour de 1900.

Rétrospectivement, il écrit à propos du Pain de Misère : « Ce travail est malheureusement entaché d'un sectarisme regrettable reflétant les convictions trotskistes de l'auteur à l'époque de sa rédaction ».[réf. nécessaire]

La ShoahModifier

En 1990, Nathan Weinstock collabore à Pourquoi le Carmel d'Auschwitz ? écrit par son épouse, Micheline Weinstock[4]. C'est le début d'un travail sur la Shoah.

Avec son épouse, il traduit de l'hébreu et du yiddish, le Journal du ghetto de Varsovie de Hillel Seidman, archiviste de la communauté juive de Varsovie — que le couple avait pu rencontrer avant son décès le 28 août 1995. Ce travail est l'occasion de la réalisation d'un dossier documentaire établi en collaboration avec Georges Bensoussan et Micheline Weinstock[5].

Il réalise ensuite un volume de témoignages annotés sur la Shoah, traduits du yiddish, dont plusieurs documents extraits des archives d'Emanuel Ringelblum : Chroniques du Désastre[6], co-traduction de Oneg Shabbat. Journal du ghetto de Varsovie[7]. Il traduit les mémoires de Zofia Kubar, parus sous le titre Échappée du Ghetto de Varsovie[8].

Sur le conflit israélo-palestinienModifier

Nathan Weinstock est notoire pour son engagement antisioniste et pour le revirement qui suivit.

Issu de la gauche israélienne, formé à l'Hashomer Hatzair et membre du Matzpen, il écrit en 1969 Le sionisme contre Israël et en 1970 Le Mouvement révolutionnaire arabe qui deviendront des classiques antisionistes. Il vit un revirement idéologique à la fin des années 1990 dans le contexte des attentats kamikazes et des « Accords manqués de Camp David », lesquels sont, de son point de vue, dus au « double jeu » de Yasser Arafat et à l'impossibilité pour les Palestiniens de renoncer à la violence. Il estime que « [p]our sortir de l'ornière, il ne suffit pas qu'Israël se montre prêt à des concessions douloureuses, dont en premier lieu l'évacuation des territoires conquis en 1967 [mais également] que les Palestiniens aient le courage d'opter concrètement et sans retour pour la coexistence avec leurs voisins »[9].

Aujourd'hui, il analyse ses écrits initiaux comme « bourrés de conclusions simplistes et abusives »[10] et explique ses postures de l'époque par le fait qu'il était « subjugué (...) par le trotskisme » et « en parfait doctrinaire », qu'il appliquait « non pas à analyser mais à (...) canaliser mentalement en fonction de (...) schémas prémâchés et réducteurs. »[10].

En plus des événements de 2001, la prise de conscience de l'histoire des réfugiés juifs des pays arabes est pour lui une autre révélation. En 2004, il publie un ouvrage intitulé Histoire de chiens : la dhimmitude dans le conflit israélo-palestinien.

En 2011, il publie Terre promise, trop promise. Genèse du conflit israélo-palestinien (1882-1948)[9].

BibliographieModifier

  • Le Sionisme contre Israël, Cahiers libres Maspero, Paris, 1969.
  • Le mouvement révolutionnaire arabe, François Maspero, Paris, 1970.
  • Chroniques du Désastre. Témoignages sur la Shoah dans les ghettos polonais, préface de Georges Bensoussan, Éd. Metropolis, Genève 1999. (ISBN 2883400954)
  • Couleur espérance. La mémoire ouvrière juive autour de 1900, (souvenirs de militants socialistes juifs présentés et traduits du yiddish), Éd. Metropolis, Genève, 2000. (ISBN 2883401055)
  • Le Pain de Misère. Histoire du mouvement ouvrier juif en Europe, 3 vol., François Maspero, Paris, 1982-1984; rééd. en deux volumes, Éd. La Découverte, Paris, 2002. (ISBN 270713810X) ; (ISBN 2707138118)
  • Terres Promises. Avatars du mouvement ouvrier juif au-delà des mers autour de 1900, Éd. Metropolis, Genève, 2001. (ISBN 2883401179)
  • Histoire de chiens : La dhimmitude dans le conflit israélo-palestinien, Coll. « 1001 nuits », essai, Fayard, Paris, 2004. (ISBN 2842058437)
  • Le Yiddish tel qu'on l'oublie : Regards sur une culture engloutie, Éd. Métropolis, Genève, 2004. (ISBN 2883401446)
  • Une si longue présence : Comment le monde arabe a perdu ses juifs, 1947-1967, Plon, Paris, 2008. (ISBN 2259204937)
  • Micheline & Nathan Weinstock, Israël a 60 ans. 60 documents pour comprendre, Éditions de l'institut sépharade européen, Bruxelles, 2008.
  • Terre promise, trop promise - genèse du conflit israélo-palestinien, 1882-1948, éditions Odile Jacob, Paris, 2011. (ISBN 2738126847)
  • La Beauté du Diable, Belles Lettres, 2011 (traduction annotée et commentée d'un roman hébreu du XIIe siècle).
  • Renaissance d'une nation, Lormont, France, Éditions Le Bord de l’eau, 2013 (ISBN 978-2-35687-198-5)
  • 1891-1907: le mouvement sioniste découvre l'existence du peuple palestinien, Édit. Honoré Champion, Paris 2016 (ISBN 978-2-7453-3098-7)
  • La Déclaration Balfour Cent ans après, Le Bord de l'Eau 2017.
  • Le Livre d'Esther dans la tradition occitane judéo-comtadine, IEO Edicions (Institut d'Estudis Occitans) 2018 (ISBN 9782859105969)

Traductions du yiddishModifier

  • Beria et Zimra, Metropolis, Genève 2001 (en collabor. avec Micheline Weinstock)
  • Y. L. Peretz, Les Oubliés du shtetl, « Terre Humaine », Plon, Paris 2007 (en collabor. avec Micheline Weinstock)
  • Yitzkhok Laybush Peretz, Mémoires oubliées, Didier Devillez/Inst. d’Études du Judaïsme, Bruxelles 2008.
  • Yosef Opatoshu, Le Train des contrebandiers et autres récits, Honoré Champion, Paris 2012.
  • Yosef Opatoshu, « Le Fondouk Vert » et autres récits', Didier Devillez/Inst. d’Études du Judaïsme, Bruxelles 2013.
  • Se rire du destin. Farce pour Pourim (comédie anonyme de 1697), Édit. Avant-Propos, Waterloo 2016 (ISBN 978-2-39000-039-6),
  • Récits yiddish. Stempenyu de Sholem-Aleykhem, suivi de deux nouvelles d'I.-M.Weissenberg), Édit. Classiques Garnier, Paris 2016 (ISBN 978-2-8124-3522-5)
  • Tout est bien qui finit bien (comédie anonyme de la fin du XVIIIe s.), Éd. Les Belles Lettres, Paris 2016 (ISBN 978-2-251-33978-8)
  • Zusman Segalowicz, Une révolution au jour le jour, Édit. Interférences, Paris 2016 (ISBN 978-2-909589-35-0).
  • Les récits hassidiques du Rabbi de Kotzk, traduits et commentés par Nathan Weinstock, "Spiritualités Vivantes", Albin Michel, Paris 2017 (ISBN 978-2-226-32679-9)

Autres traductionsModifier

  • De l’hébreu : Joseph Ibn Zabara, Le Libre des Délices, Les Belles Lettres, Paris 2011.
  • Du néerlandais :
    • Jacob Israël de Haan, Palestine 1921, L’Harmattan, Paris 1997
    • De notre envoyé spécial à Jérusalem. Au cœur de la Palestine des années vingt, André Versaille, Bruxelles 2013.

DistinctionsModifier

Notes et référencesModifier

  1. Nathan Weinstock, Histoire de chiens : La dhimmitude dans le conflit israélo-palestinien, Fayard 2004, p. 159
  2. Nathan Weinstock, Histoire de chiens : La dhimmitude dans le conflit israélo-palestinien, Fayard 2004, p. 190
  3. Préface de Léon-Eli Troclet, Éd. du Centre Nat. de Sociologie du Droit social, Bruxelles
  4. Nos 3-4 1990 de la Revue de l'Université de Bruxelles, Éd. de l'Université de Bruxelles.
  5. Hillel Seidman, Du Fond de l'Abîme, Collection « Terre Humaine » dirigée par Jean Malaurie, Éd. Plon, Paris 1998, rééd. 2002. (ISBN 2266121685)
  6. Nathan Weinstock, Chroniques du Désastre. Témoignages sur la Shoah dans les ghettos polonais, préface de Georges Bensoussan, Éd. Metropolis, Genève 1999. (ISBN 2883400954)
  7. Oneg Shabbat. Journal du ghetto de Varsovie, Éd. Calmann-Lévy, Paris 2017 (ISBN 978-2-7021-5857-9)
  8. Nathan Weinstock, Échappée du Ghetto de Varsovie, Éditions le Bord de l'Eau, 2018 (ISBN 9782356875426)
  9. a et b . Nathan Weinstock, Terre promise, trop promise. Genèse du conflit israélo-palestinien, éditions Odile Jacob, 2011, pp. ii-iii.
  10. a et b L’Arche n° 579-580, juillet-août 2006
  11. Nathan Weinstock sur Les Belles Lettres

Liens externesModifier