Ouvrir le menu principal

Nasrallah Boutros Sfeir

prélat catholique libanais
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Boutros, Sfeir et Nasrallah (homonymie).

Nasrallah Boutros Sfeir
(ar) نصر الله بطرس صفير
Image illustrative de l’article Nasrallah Boutros Sfeir
Nasrallah Boutros Sfeir en 2005.
Biographie
Naissance
Rayfoun (Liban)
Ordination sacerdotale par le
card. Paul Pierre Méouchi
Décès (à 98 ans)
Beyrouth (Liban)
Cardinal de l’Église catholique
Créé
cardinal
par le
pape Jean-Paul II
Titre cardinalice cardinal-patriarche
maronite d'Antioche et de tout l'Orient
Évêque de l’Église catholique
Consécration épiscopale par
Mgr Jean Chedid
Dernier titre ou fonction patriarche maronite émérite d'Antioche
Patriarche maronite d'Antioche et de tout l'Orient
Évêque auxiliaire maronite d'Antioche

Blason
« Gloria Libani data est ei » (Es 35,2)
« La gloire du Liban lui sera donnée »
(it) Notice sur www.vatican.va
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Nasrallah Boutros Sfeir (en arabe : نصر الله بطرس صفير), né à Rayfoun au Liban le et mort à Beyrouth le [1], est un religieux, ecclésiastique maronite et cardinal libanais.

Il a été le 76e patriarche maronite d'Antioche et de tout l'Orient de 1986 à 2011 puis patriarche émérite de l'Église maronite depuis le 26 février 2011 jusqu'à son décès.

Sommaire

BiographieModifier

PrêtreModifier

Nasrallah Boutros Sfeir suit sa formation au séminaire maronite de Ghazir au Liban et à l'université Saint-Joseph de Beyrouth.

Il est ordonné prêtre maronite le par le cardinal Pierre-Paul Méouchi.

Il exerce son ministère à la paroisse de Rayfoun et auprès du patriarche maronite comme secrétaire.

ÉvêqueModifier

Nommé évêque auxiliaire maronite d'Antioche le 19 juin 1961, il est consacré le 16 juillet suivant.

PatriarcheModifier

Il est élu patriarche d'Antioche et de tout l'Orient pour l'Église maronite le 19 avril 1986 à la suite de la démission du cardinal Antoine Khoraiche et est effectivement consacré le 27 avril 1986.

Il présente sa démission à Benoît XVI qui l'accepte le [2], quelques jours après avoir béni à Rome, en présence du cardinal Sfeir, une statue de Saint Maron placée à proximité de la basilique vaticane à l'occasion de la fin de l'année jubilaire marquant le mille six-centième anniversaire de la mort du saint[3].

CardinalModifier

Il a été nommé cardinal de l'Église catholique par le pape Jean-Paul II lors du consistoire du . Il est le 3e cardinal maronite et le 76e patriarche de l'Église maronite d’Antioche et de tout l’Orient, ce qui en fait une importante personnalité politique du Liban[4],[5]. Pour la Curie romaine, il est membre de la Congrégation pour les Églises orientales.

Il perd sa qualité d'électeur en cas de conclave le jour de ses 80 ans le 15 mai 2000, ce qui l'empêche de participer aux conclaves de 2005 (élection de Benoît XVI) et de 2013 (élection de François).

Lors de la crise présidentielle libanaise de 2007-2008, il a tenté une conciliation entre les parties opposées[6] ; à une occasion il a rencontré le président Bush pour résoudre le conflit[7]. Aussi, après la nomination de Michel Sleiman, il fit un voyage en Australie où il fut reçu avec les dignités de chef d'État[8].

Il a participé en 2008 aux journées mondiales de la jeunesse en Australie et a été accueilli dans un stade de Parramatta devant 20 000 personnes[8].

Il meurt le 12 mai 2019 à l'hôtel-Dieu de France dans le quartier chrétien d'Achrafieh de Beyrouth, trois jours avant son 99e anniversaire[9],[10].

PublicationsModifier

  • (ar) Les sources des évangiles (من ينابيع الإنجيل), 1975.
  • (ar) À ceux qui nous ont quitté, 2 vol (وغابت وجوه ), 1983.
  • (ar) Sermons (عظة الأحد، خواطر روحية و مواقف وطنية), 1996.

DécorationsModifier

Notes et référencesModifier

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier