Ouvrir le menu principal

Les Nasamons ou Mesamons (en grec ancien : Νασαμω̃νες, en latin : Nasamones) sont une tribu égyptienne nomade vivant au sud de la grande Syrte, en Libye antique.[1] Il a été cru à tort qu'il s'agissait de Numides, au côté des Garamantes[2].

Sommaire

HistoireModifier

Les Nasamons étaient centrés dans les oasis d'Awjila et de Siwa, dans le désert libyen. Ils utilisaient des chars de guerre, comme les Garamantes. Ils étaient connus pour attaquer les colonies grecques en Cyrénaïque. Pendant la guerre du péloponnèse, les citoyens d'Euesperides ont reçu l'aide du général spartiate Gylippos, qui a aidé à défendre la ville des Nasamons, en route pour la Sicile. Plus tard, Pline l'Ancien raconte que les Nasamons ont vaincu la tribu Psylli dans une guerre, les expulsant de la région. L'empereur romain Auguste a tenté de pacifier les tribus du désert, et a envoyé le proconsul Publius Sulpicius Quirinus pour gouverner la Crète et Cyrénaïque en 15 av. J.-C. Les Nasamons étaient temporairement soumis par les Romains, et restaient assez autonomes. Selon Cassius Dio, ils se sont levés un siècle plus tard lorsque les Romains ont essayé de leur extorquer de l'argent. Ils ont recommencé à ravager les colonies côtières, jusqu'à ce qu'ils soient repoussés par Gnaeus Suellius Flaccus.

Plus tard, pendant l'Antiquité tardive, et le début du Moyen Âge, les Nasamons sont devenus des vassaux de l'Empire romain d'Orient. Procope écris que les Nasamons sont restés païens, jusqu'au VIe siècle, lorsque l'empereur Justinien leur a construit une église à Awjila[3].

On ne sait pas ce qu'il advint des Nasamons après cette période; il est probable qu'ils soient restés une tribu semi-nomade chrétienne, jusqu'à la conquête musulmane, au VIIe siècle.

Voir aussiModifier

RéférencesModifier

  1. (en) Herodotus, The Histories, OUP Oxford, (ISBN 9780199535668, lire en ligne), p. 112
  2. (en) Louis Werner, « Libya's forgotten », txt, vol. 55 « Desert kingdom », no 3,‎ (lire en ligne)
  3. (en) Jona Lendering, « The Nasamones of Awjila », txt,‎ (lire en ligne)

BibliographieModifier