Narcisse (athlète)

Assassin de l'empereur romain Commode
Narcisse
Fernand Pelez - Mort de Commode 02.jpg
Détail de La Mort de Commode par Fernand Pelez, 1879. L'athlète Narcisse au dessus du corps de l'empereur Commode qu'il vient d'étrangler sur ordre de Marcia.
Biographie
Décès
Époque
Activité
Autres informations
Sport
Lutte (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Condamné pour

Narcisse (en latin, Narcissus) était un athlète[1],[2], plus précisément un lutteur[3], du IIe siècle. Il assassina l'empereur romain Commode en 192.

HistoireModifier

Athlète et lutteur, l'esclave Narcisse est surtout connu pour être l'assassin de l'empereur romain Commode, par qui il était employé comme partenaire de lutte[2],[3] et entraîneur personnel au maniement des armes afin de lui permettre ses apparitions en tant que gladiateur lors de combats arrangés dans l'enceinte du Colisée. Dans les dernières années de son règne, Commode, paranoïaque, multiplie alors les purges, en particulier à l'encontre de ses proches qu'il soupçonne de vouloir le renverser. En 192, Narcisse est ainsi recruté par le préfet du prétoire, Quintus Aemilius Laetus, le chambellan impérial, Eclectus, et sa concubine Marcia. Ces derniers étaient en effet menacés de tomber en disgrâce et auraient donc décidé de prendre les devants.

Le , Marcia, concubine de Commode et conspiratrice[2], introduit Narcisse dans la chambre de l'empereur (Villa des Quintili sur la Via Appia). On pense que Marcia avait auparavant drogué, voire empoisonné, Commode qui, pris de vomissements, part reprendre ses esprits dans son bain. Narcisse étrangle ensuite son maître, probablement dans son bain[1],[4].

FilmographieModifier

Notes et référencesModifier

  1. a et b Dion Cassius, Histoire romaine, Livre LXXII.
  2. a b et c Lampridius, Historia Augusta ("Vie de Commode").
  3. a et b Hérode d'Antioche, Histoire de l'Empire romain de la mort de Marc-Aurèle à l'ascension de Gordien III, I.i. ; Edward Gibbon, Histoire de la décadence et de la chute de l'Empire romain, 1.4.
  4. Hérode d'Antioche (op. cité) pense que c'était dans son lit.

Articles connexesModifier