Naitaba
Naitauba
Naitauba
Géographie
Pays Drapeau des Fidji Fidji
Archipel Lau
Coordonnées 17° 01′ S, 179° 17′ O
Superficie 12 km2
Point culminant 186 m
Administration
Autres informations
Géolocalisation sur la carte : Fidji
(Voir situation sur carte : Fidji)
Naitaba
Naitaba
Île aux Fidji

Naitaba (Naitauba[1], Naitaba[2])[3],[4] est une île du nord de l'archipel de Lau (iles Fidji) de 2,4 km de diamètre[5]. L'île est volcanique entourée de corail et s'élève à 186 m sur un plateau vers l'extrémité sud de l'île[6]. L'île est couverte de forêts. Les noix de coco sont cultivées pour le coprah. Une barrière de corail entoure complètement l'île.

HistoireModifier

 
Naitauba dans les Îles Lau

En 1789, le capitaine William Bligh, chassé par les mutins du Bounty, passe au large de l'île avec 18 de ses compagnons sans oser s'y arrêter, ayant aperçu des sauvages armés de lances sur le rivage[7].

Le premier propriétaire de l'île est William Hennings, consul allemand aux Fidji. Il y fait commerce de coprah. Il achète l'île ainsi que celle de Mago[8] en 1862.

En 1877, les frères Walter et Herbert Chamberlain, oncles du premier ministre britannique Neville Chamberlain, associés à quelques entrepreneurs aventuriers, rachètent l'île à Hennings, pour 7 250 livres sterling.

Ils la lui revendent à perte en 1899 (4 000 livres sterling), après de mauvaises affaires.

L'île revient à nouveau à la famille Hennings de 1899 à 1965. Elle l'exploite comme plantation de coton et de coprah[7].

En 1932, le navigateur solitaire Fred Rebell fait escale sur l'île. Il y est reçu et hébergé pendant une dizaine de jours par la famille Hennings qui lui fait visiter la plantation prospère[9].

En 1965, l'acteur Raymond Burr et son partenaire Robert Benevides achètent 1 625 ha sur l'île[10], pour poursuive l'exploitation du coprah et élever des bovins[11].

L'île est vendue en 1983 à un adepte d'Adi Da (alias Franklin Albert Jones)[12], au prix de 2,1 millions de dollars[13]. Avec une quarantaine de disciples, le gourou crée un ashram et s'y livre à diverses pratiques spirituelles et sexuelles controversées, jusqu'à sa mort en 2008. L'île reste aujourd'hui un lieu de pèlerinage et de culte pour les disciples d'Adi Da Samraj.

RéférencesModifier

  1. "Naitauba (Variant)" Naitaba at GEOnet Names Server , United States National Geospatial-Intelligence Agency
  2. "Naitaba (Variant) " Naitaba at GEOnet Names Server , United States National Geospatial-Intelligence Agency
  3. "Naitamba Island (Approved)" Naitaba at GEOnet Names Server , United States National Geospatial-Intelligence Agency
  4. Henderson, George Cockburn (1933) The Discoverers of the Fiji Islands: Tasman, Cook, Bligh, Wilson, Bellinghausen J. Murray, London, page 203, (OCLC 56000674)
  5. Bartholomew, John George (1890) The Royal Atlas & Gazetteer of Australasia T. Nelson, London, gazetteer page 35, (OCLC 25600847)
  6. United States Hydrographic Office (1916) Pacific Islands Pilot Volume II (Eastern Groups) US Navy, Government Printing Office, Washington, D.C., page 462, (OCLC 36732916)
  7. a et b « A Brief Description and History of Naitauba by Martin Goulding », sur spiralledlight.wordpress.com
  8. (en) « Mago Island », Wikipedia,‎ (lire en ligne, consulté le )
  9. Fred Rebell, Seul sur les flots, Paris, Arthaud, , 233 p., p. 108-113
  10. Andrew Mersmann, « Robert Benevides: Raymond Burr Vineyards, Sonoma County, California », sur Passport Online, (consulté le )
  11. « History » [archive du ], Raymond Burr Vineyards (consulté le )
  12. Lynne Duke, « Deep Throat's Daughter, The Kindred Free Spirit », The Washington Post,‎ (lire en ligne, consulté le )
  13. Stanley, David (1992) Fiji Islands Handbook (3rd edition) Moon Publications, Chico, California, page 192, (ISBN 0-918373-92-1)

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Sarah Mohamed-Gaillard, Histoire de l'Océanie de la fin du XVIIIe siècle à nos jours, Armand Colin, Collection : U, 2015, 240 p., (ISBN 9782200601300), aperçu sur Cairn.info

Articles connexesModifier