Ouvrir le menu principal

Naîgnouma Coulibaly
Image illustrative de l’article Naîgnouma Coulibaly
Naîgnouma Coulibaly, no 15, lors de l'Open LFB 2013
Fiche d’identité
Nationalité Drapeau du Mali Mali Drapeau de la France France
Naissance (30 ans)
Djacoroni
Taille 1,92 m (6 4)
Surnom Mima[1]
Situation en club
Club actuel Nice
Poste pivot
Carrière universitaire ou amateur
2003-2006
2006-2007
AS Commune III
Toulouse Basket Club
Carrière professionnelle *
SaisonClubMoy. pts
2007-2008
2008-2009
2008-2009
2009-2010
2010-2011
2011-2012
2012-2013
2013-2014
2014-2015
2015-2016
2016-2017
2017-2018
Pleyber-Christ
Basket Landes
Poznan
Pleyber-Christ
Pleyber-Christ
USO Mondeville
USO Mondeville
Arras
DVTK Miskolc
Uni Gérone CB
Canik beledeyesi
Nice
0?
05,1[2]
0?
0?
12,8[3]
07,5
10,5
12,2
?
8,5
?
7,8[4]
Sélection en équipe nationale **
2008-Drapeau : Mali Mali

* Points marqués dans chaque club dans le cadre de la saison régulière du championnat national.
** Points marqués pour l’équipe nationale en match officiel.

Naîgnouma Coulibaly est une joueuse franco-malienne de basket-ball, née le à Djacoronoi (Mali).

Sommaire

BiographieModifier

Elle est la sœur de la joueuse malienne Mariam Coulibaly (basket-ball)[5].

«Chez nous, si les garçons peuvent faire du sport, sortir le soir, les filles ne peuvent pas faire ce qu'elles veulent. Mais, j'aimais trop le basket. Je jouais toute seule, sur le chemin de l'école. Et parfois, j'oubliais d'y aller. Je ne faisais que des tirs, je ne savais même pas dribbler. (...) Ce n'est qu'en 2003, à 14 ans, après le décès de mon père, que l'on m'a autorisée à accompagner mon frère dans son club.» Deux ans plus tard, avec les premières sélections en équipe nationale cadette, junior puis senior, l'adolescente devient la fierté de sa famille et de tout son quartier de Djicoroni Para au bord du fleuve Niger. «Le regard des gens a changé. Je n'étais plus une fille qui veut faire du basket, mais une internationale malienne qui pouvait réussir sa vie grâce au sport.» À 16 ans, cette enfant, dotée d'une sacrée détente, démarre son drôle d'itinéraire par Toulouse. La belle histoire - «venir en France, jouer au basket» - tournera court. «Le rythme de la journée, les traditions, les habitudes: je n'ai pas réussi à trouver ma place. J'étais trop jeune, trop seule et j'ai voulu rentrer au Mali[1]

Elle atterrit à Pleyber-Christ (futur Landerneau Bretagne Basket). Le talent vite repéré par des agents, elle rejoint Basket Landes pour des débuts prometteurs, mais s'y blesse et finit par quitter le pays. Ressourcée au Mali, elle finit la saison en première division polonaise[1]. Elle revient deux saisons à Pleyber-Christ, où elle est l'une des toutes meilleures intérieures du championnat. Meilleure rebondeuse de LF2 en 2010-2011 avec 12,8 rebonds (additionnés de 12,8 pts)[3], elle signe en LFB à Mondeville[6]. Internationale malienne, elle dispute en 2008 les jeux olympiques de Pékin, puis le Mondial 2010[7]. Après deux saisons en Normandie, avec des performances intéressantes en Euroligue et 10,5 points, 9,6 rebonds et 1 passe de moyenne pour 14,9 d’évaluation en championnat, elle est annoncée en mai 2013 à Montpellier[8], mais s'engage finalement pour Arras[9].

Après une longue période en France, elle rejoint début septembre 2014 le club hongrois de DVTK Miskolc qui dispute l'Eurocoupe[10]. Après avoir passé la saison 2015-2016 en Espagne à Gérone pour 9,4 points et 8,6 rebonds en championnat et 8,5 points et 7,2 rebonds en Euroligue, elle s'engage avec le club turc de Canik[11]. Après trois à l'étranger, elle retrouve la LFB pour 2017-2018 avec Nice[12].

ClubsModifier

PalmarèsModifier

Distinctions individuellesModifier

  • Meilleure rebondeuse du championnat LF2 2011
  • Championne d’Afrique des Nations au Sénégal avec l’équipe malienne
  • Meilleure rebondeuse du Championnat d’Afrique U20 au Mozambique en 2007
  • Championne d’Afrique Juniors au Bénin
    • Meilleure rebondeuse du Championnat d’Afrique Juniors au Bénin
  • Meilleure rebondeuse des Mondiaux Juniors en 2007 en Slovaquie
    • Meilleure rebondeuse des Mondiaux Espoirs en 2007 à Moscou
  • Participe aux JO de Pékin 2008

Notes et référencesModifier

  1. a b et c « Coulibaly : attention, talent ! », Le Télégramme, (consulté le 2 juin 2011)
  2. « Naîgnouma Coulibaly », Ligue féminine de basket (consulté le 2 juin 2011)
  3. a et b « Naignouma Coulibaly », FFBB (consulté le 2 juin 2011)
  4. « Naîgnouma Coulibaly », Ligue féminine de basket (consulté le 19 mai 2018)
  5. « Le basketball, une histoire de famille en Afrique », sur www.fiba.basketball, (consulté le 21 juin 2019)
  6. « Mondeville dévoile son effectif », Ladyhoop, (consulté le 2 juin 2011)
  7. a et b « Naignouma Coulibaly: La championne a Bamako! », Mali Basket-ball (consulté le 2 juin 2011)
  8. « BLMA : Vers une reconduction de la paire Fatimatou Sacko – Géraldine Robert », Catch & Shoot, (consulté le 2 mai 2013)
  9. « Naignouma Coulibaly à Arras, Adja Konteh vers le Hainaut ? », Catch & Shoot, (consulté le 30 juin 2013)
  10. Thibaut Lasser, « Naignouma Coulibaly quitte Arras pour Miskolc (Hongrie) », basquetebol.fr (consulté le 9 septembre 2014)
  11. Thibaut Lasser, « Turquie : Naignouma COULIBALY signe à Canik », postup.fr, (consulté le 22 août 2016)
  12. Gabriel Pantel-Jouve, « NAIGNOUMA COULIBALY RENFORCE NICE », bebasket.fr, (consulté le 26 mai 2017)

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :